Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: N'oubliez pas le tournoi en cours : Le Grand Tournoi des films

  Voir les messages
Pages: [1] 2
1  General Category / Saison 2 / Re : Episode 2 - Simpson et Dalila le: Fvrier 21, 2018, 17:50:11
S1 E2 Simpson et Dalila
J’adore cet épisode. Et pour moi, cela repose énormément sur le personnage de Karl.

Mais commençons par le reste. Nous avons droit ici à une énorme satyre de la superficialité qui règne dans le monde professionnel américain. C’est bien simple, les gens ne sont pas engagés parce qu’ils sont compétents, ils le sont parce qu’ils présentent bien. Bien que très exagérée, cette critique est menée à merveille tout au long de l’épisode. Il est vraiment amusant de voir à quel point les réactions de l’entourage d’Homer changent avec son apparence.
L’épisode est d’ailleurs extrêmement cruel, car là où la morale est clairement « ce n’est pas l’apparence qui est importante, ce sont les qualités internes », on nous montre que la société occidentale fait exactement l’inverse. Dans le domaine du travail tout du moins, car Marge et dans une certaine mesure monsieur Burns nous montrent que, dans le domaine des sentiments, il y a de la place pour cette morale.

L’ironie d’ailleurs, c’est que dans ce monde de brutes, M. Burns fait presque preuve de plus d’humanité que les autres. La scène où il se souvient de sa magnifique chevelure est plutôt émouvante, et le fait qu’il redonne son ancien travail à Homer est assez significatif.

Parlons à présent de Karl. Il est de loin l’un des personnages les plus étranges des Simpson. Pour commencer, il est extrêmement mystérieux, on ne connaît même pas son nom de famille. De plus, il fait preuve d’un altruisme et d’un désintéressement très rares dans la série, et son dévouement à Homer est incroyable. Il agit en même temps comme le mentor d’Homer, et l’on voit qu’il est extrêmement compétent. C’est bien simple, il est parfait, ce qui fait de lui une véritable singularité dans cet univers.
Certains fans ont supposé que le personnage était gay, principalement parce qu’il embrasse Homer mais aussi parce que son design aurait dû être calqué sur un acteur ouvertement gay. Personnellement, je préfère penser qu’il s’agit de l’ange gardien d’Homer, ce qui d’ailleurs serait complètement possible étant donné son apparence étrange et l’une de ses citations : « J’ai fait ce pour quoi je suis sur Terre ».
J’aime beaucoup toutes les scènes où on le voit coacher Homer, où il l’aide à devenir meilleur. Dans ce monde qui repose sur l’apparence plus que sur les compétences, Karl excelle dans les deux. Il va veiller à la fois à l’apparence d’Homer, par l’intermédiaire des costumes, et à sa préparation mentale afin de l’aider à assumer ses fonctions.
Karl fera tout pour lutter contre cette injustice sociale qui privilégie l’apparence. Cela rend d’autant plus cruelle la scène de fin, puisque même avec un discours impeccable sur le fond et la forme, Homer sera rejeté à cause de son apparence. Karl s’était trompé. Ou peut-être même qu’il l’avait toujours su, mais qu’il voulait tout de même qu’Homer soit irréprochable lors de son discours.
Comme si, au final, même une intervention divine ne pouvait pas lutter contre la stupidité de la société...

C’est un très bon épisode, peut-être un peu trop exagéré cela dit. Je vais lui donner 16/20.
2  General Category / Saison 2 / Re : Episode 1 - Aide-toi, le ciel t'aidera le: Fvrier 18, 2018, 18:14:34
S2 E1 Aide-toi et le Ciel t’aidera

Ce nouveau générique est vraiment cool, il faut dire que celui de la saison 1 craignait un peu quand même. Celui-là permet de voir les nombreux personnages secondaires qui font la force de la série.
Ah, et miracle en ce qui concerne les gags du canapé : après 13 épisodes, les Simpson ont enfin pensé à acheter un canapé où ils peuvent tenir tous les cinq ! Il était temps :p

Concernant l’épisode en lui-même, ma réaction lors de mon premier visionnage fut « mouais ». Mais lors de mon second visionnage, je me suis rendu compte qu’en vérité l’épisode était un véritable OVNI parmi les Simpson. Ce qui ne veut pas dire qu’il est bien, hein, mais c’est un épisode vraiment étrange.
Du coup, je vais commencer par ma réaction lors de mon premier visionnage :

Ce qui me déplaît le plus dans cet épisode, c’est le rôle de Lisa. Ça ne colle vraiment pas avec son personnage de refuser d’aider son frère alors qu’elle est parfaitement au courant de ses problèmes. Certes, elle lui fait bien la morale de « Dieu t’a donné une chance alors saisis-là », mais elle-même n’aura aucun scrupule à aller s’amuser pendant que son frère n’arrive pas à travailler. C’est d’autant plus sale qu’elle le voit en train d’essayer, et qu’il n’y a pas besoin d’être un génie pour comprendre que quand quelqu’un se donne des baffes pour se concentrer, c’est qu’il a sérieusement besoin d’aide.
Je m’attendais complètement à ce que Lisa apparaisse sur les escaliers de la cave, avec Bart qui se serait étonné qu’elle veuille vraiment gâcher son jour de neige pour l’aider. Mais non, et ça a été la grosse déception.
Cette remarque vaut d’ailleurs pour toute la famille, mais Lisa est la seule qui n’ait pas d’excuse. Vu la stupidité d’Homer on peut penser que c’est une bonne chose qu’il reste en dehors, et l’épisode insinue plus ou moins que Marge a non seulement l’impression que son fils travaille trop, mais aussi qu’elle ne se rend pas compte qu’il ne travaille pas efficacement.

À la fin de mon 1er visionnage, je n’avais pas cherché plus loin. Lisa est mon personnage préféré et la voir agir de façon aussi égoïste m’avait déplu. Mais après mon second visionnage, je me suis rendu compte que cela faisait partie d’un tout beaucoup plus grand.

Beaucoup de membres ici pensent que le thème principal de l’épisode est l’éducation, mais c’est faux. Le véritable thème de cet épisode, c’est la religion, et plus précisément le rapport entre l’Homme et Dieu. L’éducation ne sert que de prétexte pour introduire les véritables thèmes de cet épisode : la Rédemption et les Miracles Divins.

Bart est ici clairement une brebis égarée en quête de rédemption. Il va chercher de l’aide d’abord auprès de ses proches, Homer, Marge et Lisa, mais il sera rejeté par chacun d’eux de manière plus ou moins directe. Il va ensuite chercher de l’aide auprès de la personne apparemment la plus compétente, Martin Prince, mais cela ne marchera pas non plus.
Au final, l’aide qu’il recherche ne viendra pas de ses proches, elle viendra des deux personnes auxquelles on s’attendait le moins : Dieu et Mme Krapabelle.

Et c’est là tout le message de l’épisode : l’aide que tu recherches ne viendra pas de tes proches, elle viendra Dieu, de là où tu l’attends le moins.
Il est vraiment surprenant de trouver une telle morale dans les Simpson. Je crois que c’est le seul et unique épisode à ce jour qui glorifie ainsi la croyance en Dieu.

Lorsque l’on analyse l’épisode, on peut en effet voir que tout est fait pour montrer que la seule aide que Bart recevra est d’origine divine.
La tempête de neige qui permet à Bart de réviser est très clairement d’origine divine. Il est déjà inhabituel d’avoir de la neige le mois de Juin, mais surtout il n’y aura jamais rien pour rationaliser cet événement. Pourtant, une blague sur le changement climatique aurait été facile à placer, mais ils ne l’ont même pas fait.
Même quand Lisa aide Bart, elle le fait à la manière d’un messager divin, pas à la manière d’une sœur douée à l’école. Il y a une véritable théâtralisation qui est faite autour de sa réplique : le ton solennel, la contre-plongée... Elle a même poussé le vice jusqu’à ouvrir la porte uniquement pour bénéficier des effets de lumière ! ^^

Les paroles de Lisa ne collent d’ailleurs pas vraiment avec son personnage. Lisa est grosso modo à mi-chemin entre l’agnosticisme et le déisme, il est donc très étrange pour elle de placer Dieu au centre de son argumentaire. La « vraie » Lisa (ou la récente si l’on considère que le personnage a évolué) aurait probablement placé Bart au centre de l’argumentaire, et ça aurait donné quelque chose comme ça : « Je ne sais pas si Dieu existe, ni à quelle religion il correspond, ni s’il a vraiment provoqué cette tempête de neige. Ce que je sais, c’est que tu l’as prié parce que tu avais besoin d’un peu de temps pour apprendre tes cours. Tu devrais saisir ta chance tant qu’elle se présente. »
Le simple fait que ce soit Dieu et non Bart qui soit le centre du discours de Lisa montre que c’est bien la croyance qui est le centre de cette histoire, et que Lisa agit en tant que messager divin et non en tant que sœur.

Finalement, l’épisode nous montre une dernière fois qu’aucune aide ne viendra des proches de Bart, lorsque toute la famille voit clairement que leur garçon a des problèmes pour travailler, et qu’aucun d’eux ne fera le moindre geste pour l’aider.

J’avoue que je ne suis pas vraiment fan de cette morale. À mon goût il aurait au contraire été préférable de montrer que l’aide ne vient pas de nulle part, et qu’elle vient de nos proches et des personnes compétentes dans leur domaine. Mais bon, ça c’est mon avis d’agnostique. Un croyant pourra probablement me dire exactement l’inverse, et vu qu’aux états unis ils sont plutôt croyants, je comprends que les scénaristes aient voulu caresser le spectateur dans le sens du poil...
Cela dit je trouve que cette morale porte quand même préjudice à l’épisode, car en nous montrant que la famille de Bart ne compatit même pas à son malheur, le scénario nous empêche de ressentir une grande sympathie pour Bart.

D’un autre côté, même cette morale est finalement bancale, puisque Bart a réussi grâce à la complicité de madame Krapabelle, il a donc fallu qu’une humain change un peu le système pour qu’il réussisse... Il est possible cependant qu’elle ait été victime d’une inspiration divine soudaine, ce qui ferait que la morale arrive finalement à tenir debout.

Comment noter un tel épisode ? Déjà, ce ne sera pas 15 ou plus, parce que Lisa est vraiment mauvaise et ça ne convient pas au personnage. Le fait que ce soit mis au service d’une morale ne le pardonne pas, ça montre juste que c’était un choix délibéré et non pas une erreur d’écriture... Ce qui est peut-être pire maintenant que j’y pense mais bon... La subtilité et l’adresse avec laquelle les scénaristes ont fait passé leur message, quant à elles, forcent le respect. Cela dit, si ton message est tellement subtil qu’il n’est pas compris par la majorité des spectateurs, n’est-ce pas quelque part un échec ?
Honnêtement, je ne sais pas quelle note mettre. Vous pourriez citer n’importe quelle note entre 5 et 14, je vous dirais « cette note est méritée ». Comme il faut malgré tout donner une note, je vais donner la médiane de ces deux extrêmes. Arrondi à l’unité, ça nous fait tout juste 10/20.
3  General Category / Saison 1 / Re : Saison 1 : Votre avis ? le: Fvrier 18, 2018, 11:44:06
L'espion qui venait de chez moi : 17/20 (VF)
Bart a perdu la tête : 17/20
Bart le génie : 16/20
Noël Mortel : 16/20
L'abominable Homme des Bois : 15/20
Un clown à l'ombre : 15/20
Une soirée d'enfer : 14/20
Simpsonothérapie : 13/20
Terreur à la récré : 12/20
Marge perd la boule : 11/20
Ste Lisa Blues : 10/20
Un atome de bons sens : 9/20
L'Odyssée d'Homer : 8/20

Moyenne : 13,3/20

Là où Futurama avait débuté sur des épisodes qui étaient tous très bons, on voit que les Simpson ont beaucoup plus galéré, alternant de très bons épisodes avec des vraiment moins bon.

Au cours de cette saison 1, on voit vraiment la série se construire elle-même. Les épisodes tendent à établir les bases de la série, en introduisant ses personnages et ses thèmes. Je retiens particulièrement Noël Mortel, qui est un bon pilote pour la série, et Bart perd la tête qui va vraiment poser les bases de la qualité en ce qui concerne la cohérence de l'histoire et l'utilisation des personnages secondaires. Je considère Bart perd la tête comme le premier "vrai" épisode des Simpson pour cette raison.

Malgré plusieurs mauvais épisodes, cette saison agit comme une fondation solide pour la suite de la série.
4  General Category / Saison 1 / Re : Episode 13 - Une soirée d'enfer le: Fvrier 18, 2018, 11:08:29
S1 E13 Une soirée d’enfer
Un épisode que je trouve bien sans être très bon pour autant.

Pour commencer il est complètement illogique que Homer et Marge aient pu embaucher la babysitter démoniaque. En effet, on voit clairement qu’ils se sont adressés à une agence de babysitting, or une agence de babysitting n’aurait jamais pu engager une criminelle dont la photo est connue, sinon à travers toute l’Amérique, au moins à travers tout l’état de Springfield. Pour que cette partie du scénario soit plausible, il faudrait qu’après avoir essuyé le refus de l’agence, ils se soient tournés vers les annonces de particulier à particulier.

Malgré cette petite incohérence, l’épisode est assez sympathique. Ce qui m’a fait le plus sourire, c’est qu’il ont pris à l’envers l’un des clichés de ce genre d’histoire. Très souvent en effet, ont a l’habitude que la baby-sitter soit quelqu’un de bien, et qu’elle ne soit méchante qu’à travers les yeux des enfants, incapables de comprendre les restrictions qui leur sont imposées. C’est typiquement le cas de la baby-sitter de Calvin dans Calvin et Hobbes, et il me semble aussi que c’est le cas dans Titeuf. Après que la baby-sitter ait été maltraitée par l’enfant à garder, les parents lui donnent généralement une généreuse prime pour se faire pardonner.
Ici on a le droit à une inversion comique de la situation. La baby-sitter est réellement quelqu’un de méchant, mais quand Homer et Marge rentrent chez eux, ils s’imaginent qu’elle a été maltraitée par les enfants exactement comme dans le cliché habituel. Ça donne donc un quiproquo parfaitement comique qui est pour moi le meilleur moment de l’épisode ^^

Les deux histoires se laissent regarder avec plaisir, sans pour autant que ni l’une ni l’autre ne soit vraiment intéressante. En fait, je pense que le rythme de cet épisode naît du fait que ces deux histoires sont racontées en parallèle. Lorsque l’on passe d’une scène avec la baby-sitter vers une scène avec Homer et Marge, on est à la fois inquiet et frustré (car qu’on a peur pour Bart, Lisa et Maggie, et on veut savoir ce qui va leur arriver), et en même temps rassuré (puisque l’ambiance est beaucoup plus détendue, et il suffirait d’un seul coup de téléphone pour que Homer et Marge se rendent compte du problème).

Concernant les personnages, j’ai été un peu déçu par Mlle Botz. Elle fait trop cliché, voire même un peu trop « cartoonesque ». Même Tahiti Bob dans les saisons suivantes ira rarement aussi loin dans l’exagération (sauf l’épisode où il se modifie génétiquement. Là j’avoue qu’il remporte la manche haut la main).
La faute revient probablement à l’incohérence que j’ai déjà fait remarquer. Une criminelle aussi connue qui arrive à se faire engager comme baby-sitter par une agence, c’est trop. De la même façon, son apparence et son attitude sont trop exagérés.

On peut faire une comparaison entre Mlle Butz et César et Ugolin, de L’espion qui venait de chez moi. Dans les deux cas, on a affaire à des criminels qui maltraitent les enfants. Mais César et Ugolin n’ont rien d’exagéré, donc on peut parfaitement croire à l’existence de tels personnages, et on peut parfaitement croire que ces deux là aient pu tromper leur monde. Du coup on est immergé dans l’histoire (dans la VF en tout cas puisque la VO a tendance à leur attribuer un accent ridicule). Mlle Butz c’est tout l’inverse, elle est trop clichée, tellement clichée qu’on n’arrive pas à croire à son existence, et encore moins au fait qu’elle ait pu se faire engager par une agence de baby-sitting.

Au final, je vais donner à cet épisode un bon 14/20.
5  General Category / Saison 1 / Re : Episode 12 - Un clown à l'ombre le: Fvrier 16, 2018, 20:18:37
S1 E12 Un clown à l’ombre
Je vais être légèrement plus sévère que la majorité, mais pas de beaucoup.

Une petite note avant de commencer : j’ai l’impression que Lovejoyd était beaucoup plus extrémiste à cette époque que maintenant. Son désir de brûler tous les objets Krusty a l’air presque moyenâgeux.

Comme tout le monde l’a déjà dit, le mieux réussi dans cet épisode c’est l’ambiance « enquête policière » et le duo Bart/Lisa qui en découle. Je trouve vraiment que ces deux personnages forment le meilleur duo de la série, et ça fait plaisir de les voir enquêter ensemble. Le moment où Bart essaie de convaincre sa sœur de l’aider est particulièrement amusant.
J’aime beaucoup les trois indices qui sont éparpillés dans la scène du hold-up. On a un peu l’impression de voir un épisode de Scooby-Doo par moment.

Là où cet épisode perd des points, c’est sur le traitement du personnage de Tahiti Bob. Le scénario nous présente Tahiti Bob comme un personnage intéressant : un comédien forcé de travailler dans des conditions inacceptables. Il y a en effet beaucoup de violence gratuite envers Tahiti Bob, le plus effrayant étant que cette violence envers un être humain fasse rire des enfants. Jusque là l’épisode tenait une excellente critique du show-business, une industrie prête à déshumaniser ses travailleurs pour faire de l’audimat.
Le souci c’est que cette critique se perd complètement en cours de route. Personne en dehors de Bob ne remettra en question les conditions inacceptables dans lesquelles il a été traité, et en particulier Bart et Lisa qui auraient normalement dû se poser des questions à ce sujet. On n’aura même pas un petit mot du président de la chaîne pour dire d’un ton satyrique que c’est normal de traiter les employés comme des objets.
J’ai donc un sentiment « d’incomplet » devant cet épisode, en voyant que la problématique apportée par Tahiti Bob n’a pas été traitée et a été oubliée à mi-chemin.

Néanmoins ça vaut tout de même un bon 15/20.
6  General Category / Saison 1 / Re : Episode 11 - L'espion qui venait de chez moi le: Fvrier 14, 2018, 17:19:44
S1 E11 L’espion qui venait de chez moi

Il s’agit du premier voyage d’un Simpson à l’étranger, et je suis heureux que ce soit la France qui reçoive ce privilège !
En fait, l’épisode est composée de deux histoires presque indépendantes, mais on aurait du mal à identifier des histoires A et B tant les deux sont bien développées et cohérentes.

La représentation de la France dans cet épisode est vraiment très intéressante, car elle va majoritairement à l’encontre de tous les clichés qu’on peut avoir sur ce pays. C’est un choix très intéressant, car dans les futurs épisodes de voyages, les scénaristes essaieront au contraire de coller le plus possible aux clichés du pays visité, et qui plus est de façon positive. Même dans l’épisode où les Simpson vont au Brésil, où le pays n’est pas vraiment représenté de façon radieuse (d’ailleurs l’équipe avait dû faire des excuses publiques aux autorités), ça reste tout de même basé sur des clichés.
Dans cet épisode, la situation va complètement à l’encontre des clichés qu’on peut avoir sur la France. De l’art ancestral de la vinification, on ne voit que des contrefacteurs. Des châteaux, on ne voit qu’une bicoque. De l’art de vivre, on ne voit qu’une maltraitance envers un enfant. L’épisode joue en plus avec nos attentes : quand Skinner annonce que Bart pourrait aller en France, le spectateur s’attend à voir tous les clichés français : visite de la Tour Eiffel, sophistication dans l’art de vivre, vinification portée au rang d’art... Et ces clichés sont bien là d’ailleurs, notamment à la toute fin. Mais Bart a juste atterrit au mauvais endroit.
J’aime beaucoup cette représentation. Sans pour autant dénigrer la France, elle montre qu’il est toujours possible de piocher la mauvaise carte, que chaque médaille a son revers. De plus, en se libérant ainsi des clichés touristiques, l’épisode peut véritablement raconter une histoire.

Commençons donc par l’histoire de Bart. Elle est vraiment poignante. Pendant mon premier visionnage, j’étais resté scotché devant mon écran à espérer que le calvaire de Bart prenne fin.
C’était vraiment très courageux de la part des scénaristes d’avoir mis Bart dans une situation où il est réellement maltraité, sans rien pour adoucir cette situation. On pourrait d’ailleurs craindre que cela se passe comme dans Ste Lisa Blues, c’est-à-dire qu’à vouloir faire trop sérieux, l’épisode en oublie d’être drôle. Mais ce n’est pas le cas, car toute cette histoire baigne dans un humour noir qui nous fait rire en même temps qu’il nous effraie pour Bart. J’ai particulièrement aimé les scènes où on nous montre que César et Ugolin accordent moins de valeur à sa vie qu’à celle d’une mule.
On ressent vraiment de la pitié pour Bart, en particulier quand on le voit pleurer devant la lettre de ses parents. Et c’est vraiment rare que j’éprouve de la pitié pour ce personnage.

Passons à l’histoire d’Adil maintenant. Elle est géniale aussi.
Adil est un personnage vraiment très intéressant aux multiples facettes. À l’image de la dictature dont il est issu, son apparence est absolument parfaite, mais derrière cette apparence il cache des secrets pas jolis jolis. Et en même temps, même si on n’aura jamais le fin mot de l’histoire, je pense qu’il est sincère lorsqu’il dit qu’il ne déteste pas l’Amérique.
Les sentiments d’Homer envers Bart et Adil sont très bien explorés.
À propos d’ailleurs, la dictature communiste en Albanie a pris fin en 91, du coup à un an près cet épisode était obsolète :p

Le parallèle entre ces deux histoires est vraiment excellent. En particulier, j’ai adoré la façon ironique dont les trois « méchants » échouent. Car au final, ces trois méchants sont victimes du plan qu’ils avaient eux-mêmes mis en place pour profiter des autres, comme s’ils avaient été les architectes de leur propre échec. César et Ugolin, à force d’exploiter Bart, vont provoquer sa rencontre fortuite avec un policier qui va le sauver. Adil profitera de la naïveté d’Homer, ce qui se retournera contre lui lorsque ce dernier, tellement convaincu de l’innocence d’Adil, le dénoncera involontairement au FBI.

Concernant le débat VF/VO, j’aurais plus tendance à défendre la VF. D’une part parce que le « français » parlé dans la VO n’est pas vraiment du français (non sérieusement, qui en France parle d’anti-freeze au lieu d’antigel ? C’est moi ou bien César a prononcé « heureux » au lieu de « aveugle » ?). De manière générale, l’épisode en VO a un aspect « mauvaise parodie forcée », là où l’épisode en VF paraît beaucoup plus naturel...
De plus, je préfère la version de la scène du policier dans sa version française. La réécriture faite par les scénaristes est une excellente idée, au point que je trouve la VF plus logique que la VO. Parce que bon... Je sais pas, tu es policier, tu vois un enfant en mauvaise santé, apparemment abandonné, seul sous la pluie... Même si il parle pas français, je pense que tu l’emmènes quand même voir un interprète... Voilà.

Je mettrai 17/20 pour la VF, et 16/20 pour la VO.
7  General Category / Saison 1 / Re : Episode 10 - L'odyssée d'Homer le: Fvrier 13, 2018, 18:12:53
S1 E10 L’odyssée d’Homer

Je suis vraiment surpris que cet épisode ait été autant apprécié. À mon goût c’est l’un des plus mauvais de la saison.

Le cœur de l’épisode, c’est le fait qu’Homer ait payé une danseuse pour... Bah pour danser justement. Et c’est là le premier problème du scénario : c’est son travail. Ok, elle n’a pas forcément choisi ce travail, et peut-être que dans une société idéale ce genre de travail n’existerait pas... Ça n’empêche pas que Shayla est une danseuse, et que danser contre de l’argent c’est son travail. Si Homer avait payé pour danser quelqu’un dont ce n’est pas le travail, tout le discours qui passe autour de l’objectivation de la femme aurait été justifié, mais là il ne s’agit pas spécialement d’objectiver les femmes, il s’agit de payer quelqu’un pour faire son métier. Du coup le message qu’on essaie de nous faire passer asséner concernant l’objectivation des femmes devient complètement bancal.
Si encore Shayla faisait son métier sous la contrainte, l’épisode pourrait regagner un semblant de cohérence, sauf qu’on ne sait même pas au final ce qu’elle pense de son métier. C’est d’ailleurs ironique que dans un épisode censé lutter contre l’objectivation de la femme, le personnage féminin qui déclenche les événements soit réduit à sa simple fonction, sans aucun développement sur son caractère ou ses sentiments.

Au passage, vous remarquez que j’appelle Shayla par son vrai nom et non par son pseudonyme de princesse Cachemire. Je me suis dit que comme les scénaristes ont essayé si désespérément de nous asséner leur message dans le crâne, j’allais au moins leur faire le plaisir d’en tenir compte et d’utiliser le nom de la femme plutôt que le nom de l’objet.

La fin est un incroyable ramassis de facilités scénaristiques sorties de nulle part pour nous offrir un final complètement gnan-gnan.
On a déjà le cabaret qui apparemment autorise de parfaits inconnus à parler aux danseuses 30 secondes avant le début du spectacle... Et je suis jamais allé au cabaret mais je sais qu’au théâtre ça marche pas vraiment comme ça... Et bien sûr les techniciens du spectacle qui apparemment ne se rendent même pas compte qu’un inconnu qui n’a rien à faire là s’est fait embarqué sur la cage treuillée.
Et puis surtout on a Marge, qui est présente dans le cabaret parce que... scénario et ta gueule.
Quand bien même Marge aurait voulu venir voir Homer faire ses excuses (ce qui est déjà faux, puisqu’à cette époque elle n’a pas de téléphone portable donc Homer l’appelle forcément à la maison), elle ne pouvait de toute façon pas s’attendre à voir Homer sur scène, et en toute logique elle aurait dû au moins le chercher en coulisses.
Ça rend d’ailleurs la fin encore plus bancale, car si l’on peut effectivement reprocher à un homme marié de danser avec une femme à moitié nue, qu’en est-il d’une mère qui laisse ses enfants de 8 et 1 ans seules pour prendre du bon temps dans un cabaret ? Oui parce que la seule raison logique pour que Marge soit présente dans ce cabaret, c’est qu’elle soit ici pour prendre du bon temps.

Et on peut enfin parler de la morale, avec ce discours de fin d’Homer à la mords-moi le nœud. C’est à cause de ce genre d’épisode que je n’arrive pas à considérer les Simpson comme une série révolutionnaire, contre-culturelle ou quoi que ce soit d’autre, et ce même à cette époque.
La fin de cet épisode est l’incarnation parfaite de la bien-pensance et du politiquement correct. Il n’y a rien qui dépasse, rien qui puisse faire grincer des dents, rien d’original, et rien d’intéressant. Le discours d’Homer aurait pu être écrit par un féministe extrémiste ou par le Pape que ça ne m’étonnerait même pas. Il aurait été vraiment difficile de faire plus bien-pensant et politiquement correct que ça. C’est vrai que notre société occidentale est partiellement décadente, mais est-ce vraiment au point que l’américain moyen ait besoin d’un discours aussi gnan-gnan pour espérer s’améliorer ? Je ne pense pas.
Cette fin ne vise pas à explorer les tenants et les aboutissants d’un problème sociétal, elle vise simplement à nous inculquer une morale bas de gamme et convenue. Ça me fait penser à ces « épilogues moralisateurs » qu’on retrouvait beaucoup dans les anciens dessins animés pour jeunes enfants, du genre « Sonic va vous causer parler ».
Le 5e épisode de la saison 8, Bart chez les dames, traitera à peu près du même sujet, mais il offrira une fin beaucoup plus sarcastique et ambiguë, et par conséquent beaucoup plus riche en sens. Ce ne sera effectivement pas une happy end, mais justement ça ira chercher plus loin.

Pour résumer, cet épisode démarre très bien, puis devient de plus en plus bancal à mesure que l’histoire avance, pour finir par s’effondrer à mi-parcours. La fin quant à elle est un ramassis de facilités scénaristiques mises au service de l’une des morales les plus plates, paresseuses, et bien-pensantes jamais écrites dans les Simpson. J’hésite entre 7/20 et 8/20, mais je vais opter pour 8/20, car malgré les défauts d’écriture sur la fin, le début reste vraiment appréciable.

Et je me répète, mais c’est quoi ce délire autour du personnage de Shayla ? Vous faites un épisode avec l’unique but de nous faire rentrer dans le crâne que les femmes ne sont pas des objets et ont des sentiments, et vous n’êtes même pas fichus de développer les sentiments du 2e personnage féminin le plus important de l’épisode !
Ne faites pas de discours moralisateurs à la mords-moi le nœud, faites plutôt des personnages féminins intéressants ! Au lieu de dire que les femmes ont des sentiments, montrez-le nous ! Vous êtes dans un dessin animé, pas dans un meeting politique que diable !

Ah et pour une fois je ne vais pas citer l’épisode, mais Dr. Nick :
Citation de: Dr.Nick
Alors quand Marge flirte avec un joueur de bowling, personne ne la juge, mais lorsqu'Homer danse avec une strip-teaseuse, on le jette à la porte ?
8  General Category / Saison 1 / Re : Episode 9 - Marge perd la boule le: Fvrier 13, 2018, 12:20:46
S1 E9 Marge perd la boule
Après « Bart perd la tête », voici « Marge perd la boule »... Je me demande si c’était fait exprès...

On commence avec un Homer qui se comporte vraiment comme un connard, puisque non content d’avoir oublié l’anniversaire de sa femme, il ne cherche même pas à se faire pardonner en achetant quelque chose pour elle. J’ai particulièrement adoré la petite phrase d’Homer : « Quoi ?! Mais tu sais même pas jouer au bowling ! Oups... ». Ce petit « Oups » n’a l’air de rien mais il confirme qu’Homer a bien agit par égoïsme et non par stupidité comme ce sera souvent le cas par la suite.
Le début de manière générale est assez agréable, notamment le moment de flottement au moment où Marge découvre « son » cadeau. J’imagine vraiment bien Bart et Lisa qui sont implicitement d’accord pour dire que leurs cadeaux respectifs sont meilleurs que celui d’Homer ^^

Effectivement, le personnage de Jacques en VO a un petit quelque chose de différent avec la VF. Mais dans les deux versions, le personnage a effectivement quelque chose d’insupportable. Même si cela rend l’épisode désagréable, cela permet aussi de comprendre facilement pourquoi Marge lui préfère Homer, qui s’est certes mal comporté, mais qui est quand même moins agaçant que Jacques.

Là où l’épisode est le mieux réussi, c’est dans sa représentation des sentiments. Il n’y aura jamais de scène où les personnages diront clairement ce qu’ils ressentent (hormis Lisa et Bart mais ils ne sont pas au cœur de l’histoire). Les sentiments d’Homer et Marge passent par des non-dits, des gestes, et au mieux quelques indices. On retrouvera ainsi le « oups » dont j’ai parlé plus haut, le seul indice qui montre vraiment qu’Homer a agit par égoïsme et non par stupidité. On retrouvera aussi la scène dans le lit à 12:45, avec ce « non-dialogue » qui montre l’éloignement des personnages ainsi que leur incertitude. On retrouvera bien sûr la scène avec la confiture de cacahuètes, où Homer s’exprime d’une façon complètement détournée (même si je trouve la scène assez bancale parce que ça ne correspond pas vraiment au personnage d’Homer).
D’ailleurs, là où la plupart des épisodes qui mettent en péril la relation Homer/Marge reposeront sur le fait que l’un d’eux va voir l’autre avec un inconnu et s’enflammer pour rien, là c’est l’inverse : il y a réellement quelque chose entre Jacques et Marge, et Homer ne le découvrira jamais vraiment. Il ne dira même pas à voix haute ses soupçons : en tant que spectateur on ne peut que spéculer sur ce que pense vraiment Homer dans ses moments de silence.

La fin à la centrale est complètement surréaliste, ce qui ne me dérange pas en soi, mais qui rompt complètement avec le reste de l’épisode très terre à terre qui ne faisait rien dans l’exagération. Je n’arrive pas à accepter qu’une civile puisse entrer comme ça dans la centrale nucléaire, sans équipement de sécurité approprié, pour interrompre le travail de son mari juste parce qu’elle veut lui prouver son amour. En plus elle a gâché l’une des seules et uniques fois où Homer travaillait réellement au boulot (je crois qu’on ne le reverra plus faire un vrai travail avant l’épisode où il change un néon).
La réplique d’Homer à propos de la confiture de cacahuètes est vraiment très étrange. Ça fait vraiment bizarre d’entendre ce personnage parler de façon aussi détournée, car il est d’habitude caractérisé par sa franchise et sa spontanéité.

Il ressort de cet épisode un tout un peu contradictoire. D’un côté le personnage de Jacques qui est une véritable caricature sur pattes, de l’autre des sentiments qui sont affichés de manière extrêmement subtile. Ce n’est pas un excellent épisode, mais il reste intéressant à regarder pour ce conflit qui est basé sur le non-dit plus que sur la parole. Ça ne l’empêche pas d’être gâché par une fin mauvaise qui rompt complètement avec la subtilité de l’épisode et par deux ou trois autres trucs. Au final je vais lui donner un bon 11/20.
9  General Category / Produits dérivés / Re : Les Simpson le jeu rétrocompatibilité xbox one le: Fvrier 11, 2018, 18:46:22
Il me semble que la XBox One n'est pas rétrocompatible, mais je n'en suis pas sûr. En tout cas, ce dont je suis sûr, c'est que la rétrocompatibilité est une caractéristique de la console, pas du jeu en lui-même.
10  General Category / Saison 1 / Re : Episode 8 - Bart a perdu la tête le: Fvrier 11, 2018, 18:36:49
S1 E8 Bart a perdu la tête

S’il y a quelque chose que je regrette dans les saisons récentes, c’est l’absence des cours de catéchisme pour Bart et Lisa. C’était toujours des moments géniaux qui confrontaient la foi de l’Église aux raisonnements naïfs des enfants, enfants qui soulevaient avec innocence toutes les contradictions posées par la religion. Cela dit, il est vrai que ces moments seraient difficiles à introduire aujourd’hui, Lisa étant devenue bouddhiste, et Bart préférant de loin régner en Enfer plutôt que servir au Paradis.

On sent dans cet épisode que les apparences des personnages commencent à être définitives, je pense notamment aux couleurs de cheveux de Barney et Smithers qui sont devenues celles qu’on connaît actuellement. De même, la foule est vraiment mieux réalisée que dans l’épisode 3, il y a eu un sacré travail à ce niveau.
De manière générale, les personnages et les graphismes commencent à ressembler à quelque chose, et ça fait vraiment plaisir de voir une telle amélioration.
Les caractères des personnages commencent d’ailleurs à ressembler à ceux qu’on connaît, en particulier pour Homer, plus intéressé par les paris d’argent que par l’Église, et Marge qui tente de ramener sa famille dans le droit chemin.

L’histoire est vraiment excellente. La relation qui se noue entre Bart et les voyous est parfaitement développée, ce qui rend les agissements de Bart très naturels. Toute l’histoire forme un tout très cohérent, depuis les enseignements d’Homer jusqu’à la réaction des springfieldiens à la dégradation de la statue. Il n’y a pas un seul instant où l’on tique sur la cohérence de l’histoire.
Ce qui donne sa force à l’épisode, ce n’est pas tant l’originalité du scénario que la force, la justesse et la cohérence avec laquelle il a été développé, faisant interagir les personnages de façon complexe (je pense notamment à Homer qui ne donne pas vraiment un mauvais conseil, mais plutôt un conseil destiné aux adultes, qui sera mal interprété par Bart).

En plus de cela, cet épisode pose une véritable base pour la mythologie des Simpson. D’une part avec l’utilisation et le nombre des personnages secondaires, qui interviennent tous de manière pertinente et conforme à leur rôle. Je pense que ce qui fait vraiment la force des Simpson, c’est la qualité de ses personnages secondaires, car la famille en elle-même est sympathique mais relativement « faible ». Et cet épisode est plus ou moins le premier qui mette ainsi en avant les personnages secondaires.
D’autre part, l’épisode développe la légende de Jebediah Springfield, un élément important de l’univers qui sera continuellement développé au cours des saisons suivantes. Cette légende de Jebediah Springfield est vraiment excellente, car elle apporte un background et une mythologie à cet univers, ce qui permet au spectateur de s’y attacher, et aux springfieldiens de s’individualiser et de gagner en profondeur à travers leur admiration envers le fondateur de la ville.

Cet épisode est peut-être l’un de ceux qui posent le mieux les bases de la série, en ce qui concerne la cohérence de l’histoire, la mythologie de l’univers, et l’utilisation maîtrisée des personnages secondaires. Et même en mettant cela de côté, il reste un excellent épisode qui mérite largement 17/20.

Ah d’ailleurs, bien que l’humour soit très présent au cours de l’épisode, je vous mets quand même ma citation préférée :
Citation
Bien que les historiens contemporains aient découvert récemment des preuves qui montreraient que c’est l’ours qui a tué Jebediah et non l’inverse...
11  General Category / Saison 1 / Re : Episode 7 - L'abominable homme des bois le: Fvrier 11, 2018, 16:19:15
S1 E7 L’abominable Homme des Bois

Dans cet épisode comme dans Noël mortel, Flanders est défini ici uniquement par sa richesse matérielle, et par ailleurs il n’a pas encore de tics de langages. Ned est probablement l’un des personnages qui a le plus évolué depuis la saison 1, et c’est très amusant de voir ce changement.

La première partie de l’épisode est une excellente satire du marché automobile en Amérique. On y retrouve tout, depuis le vendeur malhonnête (personnage d’ailleurs très drôle) jusqu’aux camping-cars abusivement luxueux qui oublient complètement le côté « camping » de l’objet. J’adore le camping-car à deux étages, c’est tellement ridicule comme idée XD

Le cœur de l’épisode, c’est-à-dire le moment où la famille est perdue dans les bois, est aussi très bon. Le duo Lisa/Marge est probablement le moins intéressant, puisqu’elles ne servent à rien sinon souligner l’incompétence d’Homer et Bart. Un soulignage qui est fait de façon assez grossière voire bâclée, et si il n’y avait pas eu Lisa j’aurais probablement reproché la facilité scénaristique avec laquelle Marge arrive à faire son feu et à manger.

Au premier visionnage, je n’avais pas aimé la partie avec Maggie, je l’avais trouvée trop tirée par les cheveux. Mais lors de ce deuxième visionnage, je l’ai davantage appréciée. Je pense qu’en voyant les épisodes des saisons 11 à 13, j’ai été plus ou moins « vacciné » contre ce genre d’extravagances ^^

Le duo Homer/Bart est assez bon, notamment avec le gag du piège à lapin. Ce qui rend ce gag si bon, c’est que les scénaristes nous préparent au fait que le piège ne va pas fonctionner, pour ensuite nous surprendre en allant à contre courant, avec un piège qui en réalité fonctionne trop bien.
J’ai personnellement adoré le fait qu’Homer soit confondu avec le bigfoot, ainsi que l’enflammement excessif de la presse suite à cette nouvelle. En revanche, le fait que les scientifiques remettent en doute l’humanité d’Homer est poussé trop loin, et c’est donc moins drôle... Cela dit, je ne peux pas m’empêcher de rire devant la réplique finale : « C’est soit un être humain extrêmement primaire, soit une bête extrêmement intelligente ».

Un épisode assez agréable, qui mérite bien son 15/20.
12  General Category / Saison 1 / Re : Episode 6 - St Lisa Blues le: Fvrier 10, 2018, 13:17:17
S1 E6 Ste Lisa Blues
Le tout premier « Lisa centric » de la série, et... c’est pas vraiment une réussite.

Il est clair que l’épisode est profondément triste et déprimant, ce qui est à la fois une qualité et un défaut. Une qualité car cela nous permet vraiment de nous identifier à Lisa et de ressentir sa déprime, à défaut de la comprendre. Un défaut parce que le registre de l’épisode n’est plus du tout la comédie, ce qui est quand même le comble pour une sitcom (abréviation de « comédie situationnelle »).
De la même façon que pour Un atome de bon sens (3ème épisode), on sent que les scénaristes ont voulu montrer que les Simpson était plus qu’une comédie, et pouvait s’attaquer sérieusement à des problèmes de société comme la dépression. Sauf qu’à trop vouloir montrer que les Simpson est plus qu’une comédie, ils ont en réalité montré que les Simpson n’était pas une comédie. C’est donc quelque part un échec de leur part.

L’histoire B où Homer et Bart jouent aux jeux vidéo ne m’a pas marqué plus que ça. C’est quelque chose d’extrêmement banal de voir un enfant jouer mieux à un jeu que ses parents.
C’est en revanche assez amusant de voir Homer qui essaie par tous les moyens de jouer mieux, mais la fin est assez plate, même si la lâcheté de Bart est plutôt drôle à voir.

La rencontre de Lisa avec Murphy « Gencives Sanglantes » ne me plaît pas du tout. C’est assez curieux, puisque j’aime beaucoup le personnage de Murphy, mais... Je sais pas, cette scène a quelque chose de bizarre. Peut-être que j’ai tout simplement du mal avec l’idée de la petite fille de 8 ans qui part au milieu de la nuit pour sympathiser avec un complet inconnu, peut-être que c’est autre chose, je ne sais pas vraiment.
La façon qu’a Lisa de retrouver le moral est assez... rapide, pour ne pas dire trop facile. Il suffisait apparemment de lui dire « on sera tous avec toi » pour résoudre le problème immédiatement... Moui... J’aimerais bien que ça puisse marcher en vrai.

Il faut dire aussi que je n’aime pas trop la musique en général, et encore moins le blues que je trouve vraiment ennuyeux à écouter. En cela je suis complètement d’accord avec Murphy :
« Le blues tu sais ce n’est pas fait pour se sentir mieux, c’est fait pour que les autres se sentent plus mal. Et pour amasser un peu de pognon par la même occasion ».
Donc forcément, ça ne joue pas en la faveur de cet épisode.

Si je dois donner une qualité à cet épisode, c’est que l’histoire A et l’histoire B se recoupent fréquemment, et c’est une qualité qu’on retrouve rarement dans les épisodes à 2 histoires.

Au final, c’est un épisode qui sort complètement du registre de la comédie pour nous donner une histoire pas mauvaise mais qui possède des faiblesses. Les amateurs de blues seront sûrement aux anges, les autres c’est moins sûr.
Je vais tout de même lui accorder 10/20, car l’enchevêtrement des histoires A et B est mine de rien un exercice difficile qui est ici plutôt réussi.
13  General Category / Saison 1 / Re : Episode 5 - Terreur à la récré le: Fvrier 10, 2018, 10:36:51
S1 E5 : Terreur à la récré
Un épisode moyen sur lequel il n’y a pas grand chose à dire.

Comme dans l’épisode précédent, Lisa est presque un personnage secondaire. Elle apparaît juste au début pour initier la dispute, puis n’a plus aucun rôle à jouer et presque plus d’existence. Cela étant dit, j’adore son échange avec Bart dans le bus scolaire.

Le scénario est bon, mais l’exécution souffre de certains écueils. La scène de l’entraînement, bien qu’assez amusante, donne l’impression de s’étirer en longueur et devient vite agaçante. Cela est probablement dû au fait que les animateurs ont tout bonnement réutilisé plusieurs fois les mêmes images, ce qui donne l’impression que ce passage a été rallongé à la va vite pour meubler du temps... Surtout que ces passages réutilisés souffrent déjà à la base d’une animation assez bancale.

La scène finale où tout le monde se réconcilie autour des cupcakes sort aussi un peu de nul part et fait beaucoup trop guimauve. On dirait un épisode d’Inspecteur Gadget... Ou même pas d’ailleurs, parce que dans Inspecteur Gadget les méchants restent méchants... ça se rapproche plus des « gros câlins » des télétubbies. Je suis sûr qu’il y a une comparaison plus valorisante, mais je ne m’en rappelle plus précisément.
L’épilogue où Bart s’adresse directement au spectateur est assez inutile et pas spécialement amusant non plus.

L’humour m’a assez peu touché, les seuls gags qui m’auront vraiment marqués sont deux citations d’Homer :
Citation de: Homer
Bart, tu dis « lèche-bottes » comme si c’était une mauvaise chose...
Citation de: Homer
Les règles qui apprennent à un garçon à devenir un homme : ne pas bavasser, te moquer toujours de ceux qui sont différents de toi, ne jamais, jamais l’ouvrir avant d’être bien certain que tout le monde est d’accord avec toi...
Ces gags sont vraiment drôles car ils ont aussi un rôle de critique sociale. Au premier abord évidemment, les « leçons de vie » d’Homer nous semblent un très mauvais exemple à suivre. Mais en y réfléchissant elles ont un côté véridique, il s’agit effectivement de règles que l’on retrouve énormément dans nos sociétés, et c’est même parce que Lisa n’obéira pas à ces règles qu’elle sera rejetée dans la suite de la série.
Homer est très intéressant quand il fait ce genre de commentaire, car alors ce n’est pas tant un mauvais parent qu’un adulte désabusé qui a compris les problèmes de la société et a choisi de les accepter.
Contrairement à beaucoup de gens, le gag du bras d’Hermann ne m’a pas fait rire plus que ça. C’est juste un gars qui a perdu son bras en le passant à l’extérieur d’un bus, et qui conseille à un enfant de ne pas faire la même erreur. C’est tout. Seule la manière dont il le dit est relativement drôle, mais rien de bien marquant.

En bref, un petit 12/20 pour un épisode qui se regarde.
14  General Category / Saison 1 / Re : Episode 4 - Simpsonothérapie le: Fvrier 07, 2018, 15:18:26
S1 E4 Simpsonothérapie

Un épisode vraiment très étrange quand on le voit aujourd’hui, puisque les rôles d’Homer et Marge ont tout simplement été inversés. Marge va effectivement se saouler au ponch après avoir abandonné Maggie dans une garderie comportant une télé comme seule babysitter, et Homer va alors s’inquiéter quant à la normalité de sa famille et va... vendre la télé pour payer une séance de psychanalyse... Euh... Ok...

Ce Homer là est vraiment très différent de celui qu’on connaît, il agit vraiment comme on l’attendrait de Marge. Et ça va de paire avec le fait que Marge, quant à elle, est un personnage plat qui manque de développement. Son personnage se limite à une femme au foyer sans beaucoup de volonté, et qui n’apporte pas grand chose à l’histoire sinon faire honte à sa famille.
Lisa souffre d’ailleurs du même problème : elle n’est pas un personnage à part entière. Elle est juste « la sœur de Bart », et c’est la seule chose qui la définit. Elle est davantage une ombre ou un écho de Bart qu’un vrai personnage.

La mère d’Homer aurait qualifié son fils de déception ? Intéressant... Mais je ne crois pas que ça ait été retenu pour le canon de la série, parce que je ne me souviens pas que ce point ait été abordé dans les épisodes avec Mona.
On peut noter aussi le 1er épisode d’Itchy et Scratchy. Une parodie de Tom et Jerry qui sera un élément très intéressant pour l’univers de Springfield.
J’ai noté un petit détail assez amusant quand on le remarque : la « famille parfaite » rencontrée au pic-nique se retrouve elle aussi chez le psy ! C’est un brin d’humour sympa de la part des scénaristes, et peut-être un moyen aussi de se moquer des familles trop parfaites que l’on voit dans les autres sitcoms.

En bref c’est un épisode assez inconsistant. On voit juste les Simpsons se disputer, puis se réconcilier grâce à l’achat d’une télévision. C’est un peu léger, d’autant plus léger que Lisa n’est que l’écho de Bart, et que Marge est presque transparente, ce qui est quand même problématique pour un épisode centré sur les relations familiales. Même si la scène des chocs électrique est sympa, la façon dont ils sont déclarés « incurables » est assez grossière voire bâclée. Si encore ils étaient restés fâchés à la fin pourquoi pas, mais là ça tombe vraiment à plat...
Heureusement, il y a pas mal de bons gags, et c’est cela qui sauve l’épisode. Au final l’épisode reste sympa à regarder, mais il échoue à développer vraiment les personnages et les liens qui les unissent. 13/20.

Citation
Marge : Vous pensez qu’il est prudent de laisser tous ces petits sans surveillance ?
Mère : Vous avez raison. [allume la télé] Voilà c’est réglé.
15  General Category / Saison 1 / Re : Episode 3 - Un atome de bon sens le: Fvrier 05, 2018, 21:57:29
S1 E3 Un atome de bon sens

Ça peut paraître bête, mais ce gag du canapé doit être dans mon top 15 de mes gags préférés. Je saurais même pas dire pourquoi !
Ah tiens... Je savais que Smithers avait été conçu comme noir à la base, mais je n’avais jamais remarqué qu’ils l’avaient vraiment dessiné noir dans la saison 1 !

Malheureusement cet épisode ne fait pas le poids face aux deux premiers. Il y a quelque chose de profondément illogique dans l’attitude d’Homer : complètement indifférent à la sécurité de la centrale quand il est surveillant technique, puis soudain complètement conscient du risque causé par la centrale quand il perd son boulot, puis refusant d’être responsable de la sécurité de la centrale alors qu’avec son attitude précédente il était parfaitement qualifié. Rien que ça ça suffit à gâcher le scénario.
C’est pas aidé par la facilité déconcertante avec laquelle Homer pense au suicide. Il perd son emploi et ne trouve pas l’argent pour acheter une bière ? Allez hop, suicide. Le fait que Marge travaille rend cela encore plus incohérent, puisque du coup ça donne tout de même un « métier » à Homer : celui d’homme au foyer, et vu la quantité de travail, nul doute qu’Homer aurait été utile.

Au final, c’est un épisode pauvre en humour et doté d’un scénario incohérent. À l’époque, c’était peut-être très novateur d’aborder le thème du suicide dans une sitcom. J’imagine que les scénaristes ont voulu choquer le public avec cet épisode, mettre en avant le fait que les Simpsons cherchent à aborder des sujets sérieux... Mais au final ça donne un résultat bancal. Je mets quand même un petit 9/20, parce que malgré tout ça se regarde avec plaisir.

Citation
Je ne suis pas technicien de surveillance, Lisa, je suis surveillant technique.
Pages: [1] 2


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.14 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC
Simple Audio Video Embedder
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !