Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: N'oubliez pas les tournois en cours : Le Grand Tournoi des films - Le Grand Tournoi des chansons

+  Forum The Simpsons Park
|-+  General Category
| |-+  Les épisodes
| | |-+  Saison 6 (Modérateurs: H_2_B, The Reg Noël !!!)
| | | |-+  Episode 18 - Burns fait son cinéma
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 [2] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Episode 18 - Burns fait son cinéma  (Lu 11019 fois)
Solarius
Employé de la centrale
**
Messages: 272



Voir le profil
« Répondre #15 le: Novembre 27, 2019, 21:07:31 »

S6 E18 Burns fait son cinéma
N’ayant jamais vu la série « The Critic », je ne peux pas juger de la prestation de Jay Sherman par rapport à ce qu'il pouvait apporter dans son dessin animé d'origine. En revanche, je peux quand même juger ce qu'il apporte à l'épisode, c'est-à-dire… Malheureusement pas grand-chose au final. Le concours de rots me rappelle péniblement les tréfonds de l'humour atteints dans La Cabane des Horreurs XXII, bien qu'heureusement ils n'ont pas trop insisté dessus. Le seul gag qui m'ait vraiment fait rire à son sujet, c'est quand il se prend un ballon dans les valseuses la scène avec Patty et Selma.
D'ailleurs, quand j'ai vu l'épisode pour la première fois, je ne connaissais pas encore « The Critic », donc je croyais que Jay était juste un personnage normal.

Autant Jay Sherman ne brille pas beaucoup dans cet épisode, autant je trouve tout le reste très réussi. La façon dont l’histoire est construite laisse beaucoup de place à l'humour, à travers notamment le biais des personnages secondaires. En fait, une majeure partie de l'épisode se compose de recueils de sketchs liés par un fil rouge. Les recueils qui m'ont le plus marqué sont l'émission « Un regard sur Springfield », la liste d'idées à la mairie, et les différents films.
D'ailleurs, les moments où l'épisode perd cet aspect de recueil de sketchs sont les moments que je trouve les moins intéressants. Voir Homer éclater de rire devant un truc complètement stupide m'a fait un peu rire, mais j'avoue que je suis un poil déçu de la fin. L’hésitation d’Homer n’est pas très intéressante, surtout qu'on sait à l’avance qu’il va se ranger avec Marge.

Je ne vois d'ailleurs pas vraiment pourquoi l'épisode s'appelle « Burns fait son cinéma ». Les manigances de Burns sont en effet complètement noyées parmi les autres films, et ne constitue qu'une péripétie parmi d'autres. Par contre j'ai bien aimé l'anachronisme de Jésus qui tend à Judas une bouteille d'eau en plastique ^^

Bien que le cross-over avec The critic n’apporte pas grand chose, car Jay Sherman n'est pas la source de beaucoup de gags, l'épisode comporte suffisamment d'humour pour se rattraper. L'organisation de l'histoire en recueils de sketchs permet d'enchaîner les scènes avec une liberté et une rapidité utiles pour maintenir le rythme. 16/20

Bien sûr, la réplique « tu m'as volé mon âme ! » m’a tué de rire, mais j’ai adoré celle-là également :
Citation de: Homer
Je suis tout à fait à ma place dans ce jury, même si j'y suis parce que je couche avec la directrice du festival

PS : J'ai jeté un œil à quelques épisodes de « the critic »… Et ça a quand même bien vieilli il faut le reconnaître.
Journalisée

Masta
Garbage-Man
**
Messages: 158


Life : best in the world, best of the weird


Voir le profil WWW
« Répondre #16 le: Octobre 10, 2020, 23:17:41 »

Un bien bon épisode de bout en bout qui ne perd pas de rythme, on a droit à un bon gag ou une réplique tordante toutes les 30 secondes, mes préférées viennent de Reiner Wolfcastle "En regardant de plus près, ce sont... des mocassins", ainsi que le "A ton service, Elvis" de Dieu Souriant. Le premier tiers est déjà une bonne mise en bouche avec la situation à Springfield (Abraham toujours autant à l'ouest Grimaçant ), les courts-métrages ont chacun leur touche (la scène ratée de Burns qui est la meilleure prise Souriant ), la critique du snobisme et de la corruption du cinéma est facile mais bien négociée avec la chute finale, on a ce qu'on aime des Simpson.

Juste dommage que Jay Sherman soit assez oubliable en soi même s'il a droit à ses moments (quand il voit les soeurs, la conséquence de son commentaire sur MacGyver) tandis que Homer est inégal ici, la frontière stupide/sympa et stupide/lourd est souvent mince.

15/20
Journalisée

Pages: 1 [2] Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.14 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC
Simple Audio Video Embedder
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !