Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: N'oubliez pas les tournois en cours : Le Grand Tournoi des films - Le Grand Tournoi des chansons

+  Forum The Simpsons Park
|-+  General Category
| |-+  Bruits de couloir
| | |-+  Arts / Culture / Littérature (Modérateur: Bart78)
| | | |-+  Mangas / Animés
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 ... 13 14 [15] 16 17 18 Imprimer
Auteur Fil de discussion: Mangas / Animés  (Lu 70700 fois)
The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #210 le: Mars 23, 2014, 20:36:29 »

TV Special : Baddack contre Freezer (1990)


C’est un des films qui s’insère comme il faut dans la chronologie de l’histoire, car c’est l’histoire de la planète Végéta avant sa destruction par Freezer, mais surtout celle de Berduck le père de Kakarotto/Sangoku qui essaie de la sauver. Il y a également quelques apparitions de Vegeta et Sangoku bébé. Ce qui est drôle c’est qu’après ce film les épisodes fillers lors de la saga Namek ont fini par, en partie, le contredire. Mais passons car en soi, ce film une réussite.

Déjà une chose le souligne : Berduck a été crée pour ce film, et ensuite Toriyama l’a inséré dans le manga ! La classe. Berduck est accompagné par une équipe, ils écument les planètes ensemble. Ses potes sont plus ou moins intéressants, mais en voyant ça, je me suis fait une réflexion il y a quelques années : Plutôt que de sortir DBGT une fois DBZ fini, un spin-off sur les aventures d’une bande de Saiyens aurait pu être sympa, avec un minimum de soin ça aurait pu être très intéressant.

Enfin, en début de film l’habitant d’une planète envahie par les Saiyens lui transmet le don de pré-connaissance. Il a désormais des visions du destin funeste de sa planète, mais refuse d’y croire. Seulement alors qu’il se remettait d’un malaise, ses coéquipiers sont partis sans l’attendre sur la planète Meat où des hommes de Freezer les ont massacrés. Un d’entre eux survit assez longtemps pour informer Berduck qui les a rejoints.

Dans les films en général il y a une immense majorité de musiques tirées de l’anime, avec à l’occasion des morceaux inédits. Et lorsque Berduck combat les hommes de Freezer à son tour, démarre le morceau « Solid state scouter » qui est carrément excellent, accompagnant à merveille un combat plutôt énergique. Le rythme se ralentit dans le dernier tiers, Berduck ayant de plus en plus de visions, le ton est particulièrement sombre, on sait que Berduck est destiné à échouer à sauver sa planète et plus le temps passe, plus la tragédie qui s’annonce devient pesante. Tout aussi brillant. Le tout conclu par une scène d’action d’anthologie et d’une certaine ampleur.

Bien que se terminant sur une note d’espoir avec Sangoku trouvé par Sangohan, ça fait du bien de voir un film qui pour une fois n’a pas véritablement un happy end, trop de films se terminant par un éclat de rire général après avoir battu le gros méchant qui se pointait tout d’un coup pour conquérir le monde.

Ce film est donc une réussite. Je me risque même à dire que j’aurais voulu en voir un peu plus. Le mode de vie de tous les jours des Saiyens par exemple. Et alors qu’il y a une réunion de famille : Freezer, Zarbon, Dodoria, Vegeta, Nappa, Sangoku, on a même les Sabaï-Men, le jeune Radditz est totalement absent, dommage. Mais dans l’ensemble je chipote, ce qui est servi est plus que satisfaisant, et il était temps, d’autant plus quand on voit la touche des prochains.

4/ Le menace de Namek (1991)


Alors que Sangohan s’amuse à dresser son petit dragon en sifflant dans une scène aussi ridicule qu’inutile, des méchants extra-terrestres envahissent la terre… encore. Un vieux méchant nommé Slug veut les Dragon Ball pour retrouver sa jeunesse… encore. Il parvient à ses fins et compte dominer la terre… encore. Sangohan sort en douce de chez lui pour essayer d’arranger la situation... encore. Piccolo le sauve juste avant qu'il ne se fasse tuer… encore. Ai-je besoin de préciser que ce film ne fonctionne pas question chronologie ?

Une nouvelle fois les sbires se font avoir par les faire-valoir de la team Z comme Piccolo, mais c’est à Sangoku de tout régler en combat singulier. Pour ça, vu que Slug est trop fort pour lui, il se transforme en simili Super Saiyen. C'était avant que Toriyama ne décide à quoi ça ressemblerait, donc forcément une fois que le vrai Super Saiyen est apparu dans la série, ça ne fonctionne plus. Il fait donc une transformation plus proche d'un Super Kaioken... dans tous les cas, c'est pourri.

Slug n’a pas le choix, il enlève une partie de ses fringues et dévoile qu’il est en fait un Namek. Il devient gigantesque et là Sangoku n’est à nouveau plus à la hauteur. Vous noterez le schéma très fréquent dans les films : Sangoku pas assez fort, il se transforme et devient le plus fort, l’autre aussi donc et il redevient le plus fort, Sangoku trouve une attaque de la mort qui tue, généralement un Genki-Dama. Il y a des variantes mais dans l’ensemble c’est pourtant ça.

Et la manière de vaincre le méchant Slug... ri-di-cule. Attention, il suffit de… siffler. Parce que, je retranscris ce que dit Kaioh qui décidément adore expliquer aux neuneus ce qu’il se passe à l’écran « Tout comme les humains ne peuvent supporter le crissement de la craie sur un tableau, Slug ne peut supporter les sifflements qui atteignent certains nerfs de ses conduits auditifs ». Du grand art. Ca veut dire aussi qu’un bambin de 5 ans sans aucun pouvoir pourrait le battre. Vous ai-je précisé que Slug craint un max ? Et puis bon, Slug perd quasiment toutes ses forces, nous si on entend un crissement sur un tableau, on ne perd pas toutes nos forces comme si on venait de courir un marathon…

Ah oui et puis Kaioh nous apprend aussi que, tout comme le très haut, Slug a été envoyé sur une autre planète avant les bouleversements climatiques qui sont survenus sur Namek. Copié/collé N°163 repéré. Enfin bref, comme Slug a été blessé nos amis profitant de cette terrible arme qu’est le sifflement, il s’énerve et s’apprête à détruire la terre. Du coup pour l’emporter, Sangoku utilise le Genki-dama… encore. Avant l’éclat de rire final traditionnel… encore.

Ce film est donc un des pires. J’accorde deux bons points, tout d’abord le film a quelques musiques inédites pas mal, et dans la chambre de Sangohan il y a un poster d’une McLaren-Honda. Mais évidemment ça ne le sauve pas du raté.

5/ La revanche de Cooler (1991)


Dans la famille des démons du froid il y a le roi Cold et ses deux fils, le cadet Freezer et l’ainé : Cooler. Ce dernier apprend la mort récente de Freezer, et décide d’aller le venger. Une 3e fois consécutive donc des méchants extra-terrestres envahissent la terre. Une 5e fois consécutive, il n’y a aucune logique chronologique par rapport à la timeline du manga. Une nouvelle fois on ne se fait pas trop chier sur le design : Même vaisseau que celui de Freezer, Cooler a été très légèrement relooké mais il est quasiment son jumeau, et ses soldats fidèles ont encore une fois un look terriblement random, bien que Sauzer (étrangement) en général soit reconnu comme un des bras droits de méchants les plus intéressants. Je ne vois pas pourquoi, franchement. Peut-être parce qu’il trouve la mort après Cooler, et encore…

Notons qu’à la sortie de ce film, si le manga papier avait déjà clos le sort de Freezer (au moins sur Namek) ce n’était pas le cas de l’anime, donc ceux qui ne regardaient que l’anime et qui ont découvert le film a sa sortie ont pu avoir un spoil de l’histoire. En tout cas c’est une vraie expédition punitive qui se pointe sur terre pour tuer Sangoku. En tentant de protéger Sangohan, il est grièvement est blessé. Une partie du film est la recherche de ce dernier par Cooler et ses hommes pendant que Sangohan va chercher des Senzus. La construction est légèrement différente de d’habitude, mais rien de renversant.

Car bien vite on retombe dans le même schéma que d'habitude : Les sbires du grand méchant se battent contre Piccolo et les autres, Piccolo qui se pointe au moment Sangohan va se faire tuer, comme dans absolument tous les films jusqu’ici ! Désolé de me répéter mais j’y peux rien, c’est leur faute aussi ! Sangoku avale un senzu et c’est donc le combat final avec le shéma dont je vous ai parlé dans le précédent. Machin est plus fort mais truc se transforme donc est plus fort maintenant mais machin se transforme à son tour…

Cooler a bien entendu une transformation (4e fois pour le méchant en 5 films) et Sangoku se retrouve contraint de se transformer en Super Saiyen, le vrai Super Saiyen, pour la première fois dans un film. Encore que le spectateur qui découvre pourrait ne pas savoir, il ne sera pas nommé. Kaioh absent de ce film a décidé d’arrêter de jouer au commentateur sportif donc le faux Super Saiyen du film précédent est évoqué, le vrai non.

Leur combat de 10 minutes est le plus intéressant des face à face entre Sangoku et le boss final jusqu’ici. En bref, un film guère original mais probablement le moins ridicule de tous ceux sortis jusqu’ici si je ne compte pas l’épisode spécial Berduck, il s’installe dans la moyenne haute des films. En vrac notez que non content de mal traduire et de n’avoir jamais eu de continuité sur ce point, la VF n’est même pas capable dans le même film d’être cohérent : Au début du film Cooler dit une phrase, on la revoit en flashback à la fin, ce n’est pas le même. Ajoutons aussi qu’apparait pour la dernière fois ce petit dragon ami de Gohan a comme ami dans les films et quelques épisodes de l'anime. Ouf ! Le pire c’est que dans les 3 films ils se sont débrouillés pour lui coller une vague utilité scénaristique quand un mec comme TenShinHan doit avoir 5 minutes d’exposition en 17 films, je vous jure…

6/ 100 000 guerriers de métal (1992)


J’imagine un groupe de scénaristes de la Toei qui éclate de rire quand un petit jeune propose un scenario original. Mais non, pourquoi faire ça puisqu’on peut pomper le film précédent et la saga Namek et s’asseoir une nouvelle fois sur la chronologie. Comme Freezer après sa rouste par Sangoku, Cooler a été rafistolé, il est en partie machine désormais. Et comme par hasard, il décide d’envahir la nouvelle planète Namek. Il y a des milliards de planètes dans l'univers et il choisit la seule où nos amis pourraient bien se pointer pour filer un coup de main. Si au moins c'était pour les Dragon Ball... Bon par contre le vaisseau qui s’accroche à Namek comme un Facehugger à un visage humain dans Alien, j’avoue que c’est aussi original que déroutant.

Arrive aussi une tendance déplaisante dans les films : Les éléments comiques non pertinents. L’humour a toujours fait partie de Dragon Ball et il a ses ambassadeurs. Sangoku le premier depuis le tout premier tome. Certains méchants, Tortue Géniale, Yajirobé, Oolong… Et en général j’aime. Mais là, la team Z va sur Namek pour régler son compte à ceux qui terrorisent ses habitants. Sangoku, Piccolo, Sangohan, même Krilin… ok jusque là. Mais bon dieu de bois, vous pouvez me dire pourquoi faire venir Tortue Géniale, Yajirobé et Oolong ? L’un ne se bat plus car trop vieux, Yajirobé est un lâche, et Oolong pire, il ne s’est jamais battu se sa vie ! Ca sent le placement d’éléments comiques bien forcé. Et c’est Krilin aussi qui devient un clown, jusqu’au film précédent inclus ça allait encore mais ça bascule vraiment dans celui-ci. Il ne se battra plus jamais sérieusement.

Dans les idées du film, on sent que Terminator 2 vient juste de passer par là : Cooler désormais robotique peut se reconstituer en cas de membre détruit. Une autre idée est une sorte d’univers parallèle où se trouve brièvement Sangoku lors du déplacement instantané. Vous me direz « il faut bien qu’il soit quelquepart » et moi je vous répondrais « et tu connais la définition du mot instantané, neuneu ? ». Non mais !

Piccolo n’a pas l’occasion de sauver Sangohan juste avant sa mort dans ce film, quel dommage ! Heureusement le vieux cliché ne tombe pas à l’eau : Cette fois, Sangoku est en mauvaise posture et voilà le Végéta ex machina. Le mec prévenu on ne sait comment arrive on ne sait comment (pour rappel on est sur Namek, et la nouvelle planète hein…) et intervient à la dernière seconde. Première apparition de Vegeta dans un film, capable de se transformer en Super Saiyen. En fait ce film sera la première fois où Végéta et Sangoku se battront véritablement ensemble contre un ennemi commun. Si si, regardez bien le manga, ça n’arrive pas avant… ben en fait, ça n’arrive jamais. Que ce soit contre Freezer, Cell ou Boo, il arrive que l’un soit présent pendant que l’autre se bat, mais c’est chacun leur tour, ou pas contre le même gars. Et oui.

Quoi qu’il en soit, les Saiyens découvrent qu’en fait il y a des tonnes de Cooler, ce après en avoir bavé pour en démolir un seul. Le vrai Cooler est dans le vaisseau dans un piteux état, à la recherche d’énergie. Dans l’ensemble j’admets néanmoins être assez pris par les diverses séquences de combat avec Cooler. En plus les musiques de la saison 4 débarquent, celles de la saga des cyborgs je précise, et je les apprécie beaucoup. Malgré ses défauts, je placerai ce film comme étant le meilleur des 6 premiers, sans compter le TV spécial de Berduck.
Journalisée

Springfield83
Membre de la famille Simpson
****
Messages: 6324



Voir le profil
« Répondre #211 le: Mars 23, 2014, 21:07:56 »

J'aime bien lire tes critiques Régis. J'ai déjà vu les films que tu mentionnes sauf Le robot des glaces et Baddack contre Freezer, pour ce dernier j'ai encore plus envie de le voir en ayant lu ton avis.

Et bien figure toi que comme j'ai fait l'acquisition du jeu dbz raging blast 2, j'ai pu voir l'oav de 20 minutes... Et comment dire, c'est bien fait mais ne le regarde pas Regismo : L'histoire ne prend pas le temps d'évoluer qu'on arrive déjà à la fin, Piccolo sauve Sangohan et bref pleins de trucs pas géniaux... Souriant

Je vais essayer de voir tous les autres pour que je puisse réagir mieux à tes avis. Clin d'oeil
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #212 le: Mars 25, 2014, 19:10:57 »

Merci Shelbyville83. Sourire Je l'ai déjà vue en fait celui du docteur Egui Clin d'oeil. Je me suis tâté à en faire la critique mais son statut est un peu spécial, j'ai laissé tomber. En fait, la version originale de ce film durait 50 minutes. Je l'ai vue deux fois il y a environ 10 ans. Donc forcement vu que celui-ci dure 28-29 minutes ça parait trop expédié.

7 L'offensive des cyborgs (1992)


Scénariste 1 : Allez, la saga Freezer ça a pas mal marché, faisons un copier/coller de la saga cyborg en deux épisodes au lieu de 70. On n’a qu’à prendre 3 cyborgs supplémentaires ! Ceux qu’il y a dans le manga c’est lesquels déjà ?
Scénariste 2 : C16, C17, C18, C19, C20.
Scénariste 1 : Ok, ben ce seront C13, C14, C15.
Scénariste 2 : Trop fort ! Où tu vas chercher ça ?
Scénariste 1 : En plus on pourrait encore faire 4 films si on en met 3 par films…

Bon heureusement, la dernière phrase ne s’est pas réalisée. Mais oui, vous avez bien là le scenar du 7e film. Sangoku et ses potes sont en ville, à faire du shopping, aller au restau, pendant que les comic relief attendent un concours de miss. Notons la première apparition de Trunks dans les films. Des fois que vous ayez un doute, une 7e fois en 7 films la chronologie n’est pas respectée, franchement on ne peut placer ça nulle part. Et donc 3 cyborgs crées par l’ordinateur du docteur Gero se pointent. Pour ne pas mettre en danger la population, Sangoku et Trunks vont les affronter dans des zones désertes au pole nord.

En terme de robots on a un mec très ordinaire, un gros balaise, et un petit qui a vraiment l’air con avec son nœud pap, son cerveau apparent, et toujours à picoler. Les deux derniers ne diront rien de plus que « Sangoku » durant tout le film. Les combats sont cool heureusement, et question bande originale, il y a beaucoup de morceaux inédits. Inédites, les ficelles ne le sont pas : Piccolo une énième fois sauve Gohan au dernier moment alors qu'il va se faire tuer, Vegeta intervient une 2e fois en 2 films au moment où Goku est en difficulté et copie/colle sa réplique du précédent, en gros « Je ne viens pas pour t'aider, mais c'est moi qui doit te tuer, pas eux ».

Comme les cyborgs sont plus rudes que prévus, ils finissent par se transformer en Super Saiyens : Sangoku, Vegeta et Trunks. Limite on se demande pourquoi ils attendent 20 minutes pour ça. C14 et C15 meurent de la même manière, ils ont l’air d’être entier après un gros choc mais en fait non, quelques secondes plus tard en fait on s’aperçoit qu’ils sont coupés en deux. Du coup C13 absorbe leur puce et se transforme en un gros monstre bleu sous stéroïdes… Sans commentaires. Il est ultra puissant et bat Vegeta, Trunks et Piccolo en deux temps trois mouvements, n’hésitant pas non plus à frapper Sangoku dans les burnes (oui oui, j’avais acheté la VHS y’a 10 ans et ça m’avait sauté aux yeux…).

Ce dernier n’a pas le choix, il utilise le… Genki-Dama ! Ouais ! Y’avait longtemps. Petite variante toutefois, il l’absorbe cette fois. C’est suffisant pour venir à bout du gros vilain en une seule mi-temps de 45 minutes. Si on considère que les intrigues des films ne sont que des prétextes pour la baston, ce film a la palme. Il n’y a que du combat de la 10e à la 45e minute. Assez divertissant mais sans intérêt particulier car, comme trop souvent, c’est du déjà vu, déjà vu, déjà vu.

TV Spécial : L'histoire de Trunks (1993)


Décidément quand ils développent une histoire autour de l’histoire du manga et non en copiant sans l’assumer, ça marche beaucoup mieux. Déjà un film qui commence par la mort de Sangoku, et de maladie pas au combat, c’est assez puissant. J’aime qu’on n’en fasse pas des tonnes. Il n’y a pas de musique, tout est basé sur l’attitude de ses amis et de sa famille autour, et 2 ou 3 mots suffisent. Tortue Géniale va servir de narrateur pour les évènements qui vont suivre et voir (même brièvement) tous les personnages qu’on connait mourir les uns après les autres, là encore ça offre une intro inoubliable.

Les années passent, on a quelques minutes d’exposition sur les ravages que font les cyborgs. Trunks est désormais adolescent, et n’arrive pas à les supporter. Sangohan adulte (qui en VF a la voix habituelle de Sangoku) décide de s’entrainer avec lui. Mais le film ne se repose pas uniquement sur la tentative de destruction des cyborgs et l’entrainement de Trunks et Sangohan. Fatalement le système D est en place, on a un zoom sur les difficultés de survie des quelques figures connues qui n’ont pas été massacrées : Tortue Géniale, Oolong, Plume, Chichi, Gyumao, et bien sûr Bulma. Même elle qui est riche. On peut supposer que ses parents (personnages assez géniaux soit dit en passant) sont morts.

Il y aussi tout un passé auquel Trunks n’a accès que par bribes, ces scènes sont finalement assez brèves mais je les aime bien. A un moment il demande à Sangohan comment était son père. Et à moins que ce dernier soit particulièrement magnanime, il préfère mentir à Trunks, il adoucit la véritable nature de Végéta, ce qui est d’ailleurs raccord avec le manga où Trunks constate que Sangohan et sa mère ont fait de lui un portrait bien flatteur. En fin de film, Bulma n’admettra que du bout des lèvres que Végéta n’était pas si bon que ça.

Du côté du combat, et bien il y a trois vaines tentatives de vaincre les cyborgs, les 3 combats durent chacun environ 5-6 minutes et finissent toujours de manière dramatique. Le manga développant légèrement cette partie de l’histoire, on pourra remarquer une différence : Trunks est capable de devenir Super Saiyen avant sa première confrontation avec les cyborgs, pourtant ici, ils ont décidé que ce serait plus logique que sa première transformation survienne à la mort de Sangohan, et c’est logique.

Si le film a un défaut c’est, à l’occasion, quelques longueurs dans les dialogues, on se croirait parfois dans l’anime où ils devaient faire un peu trainer. Mais ce n’est pas très dérangeant non plus. Plus dramatique, bien plus sombre et plus anxiogène que d'habitude tout en ne négligeant pas la fanbase qui veut de la baston, c’est un très bon film. Je finirai bien par « Si c’est un des plus appréciés ce n’est pas pour rien » mais le film qui suit contredirait cette phrase.
« Dernière édition: Mars 25, 2014, 20:07:59 par Regismo » Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #213 le: Mars 25, 2014, 19:11:16 »

8 Broly le super guerrier (1993)


La pièce maitresse des films, le meilleur des films, le début d’une énorme Trilogie ? Et bien… NON ! Je me contrefous des goûts et des couleurs : NON, les films Broly ne sont pas bons. Si vous aimez tant mieux pour vous, mais c’est quand même mauvais. Au mieux il peut paraître correct comparé au 3e épisode de la trilogie Broly qui est apocalyptique, mais ça s’arrête là. Je ne sais même pas par où commencer. Mon producteur me suggère par le début. Bon… ok, délire de producteur, mais pourquoi pas après tout.

Déjà ça se passe quand ? Ca pourrait être dans les 10 jours avant le Cell Game mais tout va bien mais la vie est belle, les gens sont au boulot, nos amis font un pique-nique sous les arbres où Krilin chante… Oui, oui, Krilin chante. Si sur la Jacquette de la VHS d’origine ça avait été précisé, je ne sais pas si ça serait aussi culte aujourd’hui parce que pas grand monde l’aurait acheté… Goku et Gohan ne restent pas en Super Saiyen en permanence, bien entendu, bref : Après 8 films il n’y a toujours pas de cohérence.

On a encore des survivants Saiyens qui sortent de nulle part, leur chef se nomme Paragus et se pointe sur terre pour rencontrer Végéta. Il a presque la même coiffure que lui mais il faut y ajouter des rouflaquettes et une moustache. C’est soooo seventies tu vois... Il est venu pour demander à Végéta d’être le nouveau roi de la planète éponyme. Végéta s’en branle mais il est pire qu’un type en manque de sexe dont la libido parle avant le cerveau : Paragus flatte son orgueil en lui disant que lui seul peut battre un guerrier légendaire qui les menace, du coup Végéta le fier oublie de réfléchir et embarque.

Trunks se méfie et il a raison mais sa réaction est étrange. Ce n’est même pas « j’ai un doute, je vais confier à Végéta que je n’ai pas trop confiance en ce type » non, Paragus est là depuis 3 minutes et a dit 5 phrases, il gueule d’entrée « Non père ne le croyez pas ce sont des mensonges ! » on ne sait trop pourquoi. Paragus connait Trunks d’ailleurs, ce qui n’a aucun sens ! Qu’il puisse être au courant de l’existence du bébé Trunks c’est gros mais admettons, mais Trunks adulte n’a aucune existence et n’a passé que quelques jours dans cette époque.

Ah oui évidemment comme dans 100 000 guerriers de l’espace, Tortue Géniale et Oolong sont de la partie et ils embarquent, faut bien garder les éléments comiques inutiles dans le lot. Kaioh lui a averti Sangoku qu’un guerrier avait détruit la galaxie du sud et demande à ce dernier de le chercher, et là on ressort de 100 000 guerriers de l’espace le passage dimensionnel où Sangoku voyage par déplacement instantané. Il se transporte dans un endroit désert alors que le déplacement instantané n’est censé fonctionner que s’il y a quelqu’un. Pour le justifier ils font dire à Sangoku que sa force est si grande qu’elle est présente partout. Ca parait très faible comme argument, depuis quand l’énergie des personnages de DBZ fait comme de la radioactivité, à rester présente longtemps après son passage ?

Végéta et consorts arrivent sur la planète, Paragus lui présente Broly, son fils. L’ambiance mystérieuse qui essaie d’être instaurée est souvent gâchée par Tortue Géniale et Oolong. Il y a aussi une sous-intrigue sur un peuple réduit en esclavage pour alimenter le château en énergie… ils n’ont guère d’intérêt pour l’histoire principale si ce n’est que les gentils puissent avoir l’air gentils en prenant la défense des faibles. Ils n’apportent aucune information cruciale quand on y regarde de près. Les recherches de Sangoku l’amènent à se téléporter sur la nouvelle planète Végéta alors que Broly en est momentanément absent. Et quand il a Broly sous son nez, il semble se poser des questions mais… finalement non.

Une des rares scènes qui ne craint pas, entre autres grâce à sa musique très réussie, est le flashback de Paragus qui explique comment il en est venu à demander l’aide d’un savant pour qu’il crée un dispositif pour contrôler l’esprit de Broly et éviter qu’il ne pique des crises. Seulement c’est suivi par la plus grosse connerie vu dans un film qui concerne l’intrigue principale. Et vu leur connerie en général, ce n’est pas peu dire :

Broly est furax et a du mal à se contrôler même avec le dispositif de son père… parce que quand ils étaient bébé, Sangoku l’avait dérangé en pleurant ! Fallait oser ! Et la VF empire le truc : Un des hommes qui s’occupe des bébés dit « Le fils de Berduck, Sangoku, vient de le faire pleurer. Sa force est faible mais quel courage ! » Quoi quel courage ? Outre le fait qu’ils n’appellent pas Sangoku Kakarotto (parce que oui selon la VF, par la plus grosse coïncidence de tous les temps, ses parents sur Végéta et le grand-père qu’il l’a recueilli sur terre lui ont donné le même nom) pourquoi « quel courage » ? C’est un nouveau né ! Où vous avez vu qu’il avait du courage ?

Broly finit par s’énerver et attaque Sangoku durant son sommeil. Sangoku qui le connait ? Ils se sont croisés oui, mais n’ont pas été introduits. C’est un fait nouveau, il est voyant maintenant l’ami Goku. Il faut que Broly s’énerve pour que Goku comprenne qu’il a en face de lui le mec qui dégageait une telle force. D’ailleurs faudrait savoir. Paragus dit que c’est la première fois que Broly se déchaine depuis des années qu’il a le dispositif, et pourtant Broly a mis a feu et à sang une galaxie récemment et lâché assez d’énergie pour qu’elle soit palpable à des années lumières à la ronde ?

Le lendemain, Sangoku révèle donc à Végéta que Paragus lui a menti et que Broly est en fait le Saiyen légendaire. Paragus finit par lâcher le morceau : Il veut la terre et l’a attiré ici parce qu’il ne veut pas qu’elle devienne un champ de bataille. Comme une comète est sur le point d’entrer en collision avec la planète, c’était nickel pour qu’ils meurent dans l’explosion pendant qu’il partait sur terre. Deux choses :

1/ Pour un type qui était si bien renseigné qu’il connaissait l’existence de Trunks, pourquoi n’attirer que Végéta et Trunks ? Il n’est pas au courant qu’il y a au moins 3 autres combattants qui auraient pu le tenir en échec sur terre ? Sangoku, Sangohan et Piccolo se retrouvent sur la planète au final alors j’imagine que les scénaristes se sont dit que ça cacherait la misère, mais le fait est que Paragus n’avait invité aucun d’eux : Sangoku et plus tard Piccolo y arrivent à l’improviste parce qu’ils ont sorti une grosse source d’énergie, Sangohan est d’abord monté dans le vaisseau en voulant retenir la montée de Tortue Géniale.

2/ Maintenant que tout le monde sait qu’il a menti, il compte faire comment au juste pour tous les battre vu qu’il ne veut/peut pas se servir de Broly ?

Là encore le film estime qu’on peut se passer de réponse puisque Broly se fout en pétard et cette fois perd tout contrôle. Là tout d’un coup, il se souvient que Sangoku s’appelle Kakarotto. Belle constance la VF. La libération de puissance de Broly est spectaculaire et la déception va être à la hauteur de sa colère. Le voilà qui se révèle être le super Saiyen légendaire plus bodybuildé qu'Arnold Schwarzenneger. Vegeta qui a des soucis de mémoire immédiate répètera trois fois en l’espace de deux minutes la phrase exacte « Voilà donc le légendaire super guerrier de l’espace ».

Et commence un des moments les plus affligeants du film : Végéta qui après deux vaines tentatives pour vaincre Broly se met à pleurnicher. Alors d’accord, il a déjà été dans cet état notamment contre Freezer, mais après combien d’essais pour devenir le plus fort ! Là il a à peine essayé qu’il se décourage, se met à genoux et s’apitoie pendant 20 minutes ! Paragus enfonce le clou « Tu es le seul guerrier de l’espace de sang pur Végéta, ton instinct t’a dit quel être puissant et malfaisant pouvait être Broly. » Non… Sangoku aussi est un Saiyen de sang pur et c’est ce même Sangoku qui a dit à Végéta qui était Broly. Le pire c’est que plus tard, Végéta retrouvera confiance sans raison.

En flashback, Paragus explique que dans le passé, le roi Végéta a ordonné qu’on le tue lui Broly, pour qu’ils ne deviennent pas une menace. Manque de pot, le roi a du ordonner à des gens un peu cons de faire le travail. Combattants d’élite de mes fesses qui laissent Paragus et Broly pour morts alors qu’aucun d’entre eux ne l’est, ce qui permet à Broly de les sauver tous les deux de la destruction de la planète Végéta. On aurait pu penser que des grands soldats (qui disposaient de détecteurs de puissance) sauraient quand quelqu’un est mort ou pas…

Alors maintenant que le film entre dans la phase baston (après 40 minutes) on me dira « Oui mais le combat dans tout ça ? » Je dirais qu’avec une histoire à ce point à côté de la plaque je ne vois pas comment on pourrait considérer honnêtement le film comme étant le meilleur même si le combat était bien. Mais si en effet  un combat général tout le monde en même temps (Goku, Vegeta, Trunks, Gohan, Piccolo) contre Broly ça aurait de la gueule sur le papier... dans les faits, les combats ne rattrapent même pas le coup ! Et voici pourquoi : A part l'attaque finale, Broly ne souffre pas une fois ! Il encaisse n’importe quoi, il se prend même un Kamehameha à bout portant dans la figure, non seulement ça ne le blesse pas mais ça ne le fait même pas reculer, c’est dingue !

Voir durant une demi-heure un combat à ce point inégal, c'est ennuyeux ! Un combat très long n'est bon que s’il est à peu près équilibré. Prenez le film précédent, on a le même cas de figure à la fin avec « Super C13 » mais ça dure 5 minutes, avant on a eu de la baston où il n’y a pas de grosse domination. Ajoutez ici l’eternel cliché de Piccolo qui sauve Sangohan au dernier moment (6 fois en 8 films !) les soucis de VF (rayon magique ! scandent Sangohan et Trunks) et la technique finale qui ne sort de nulle part et ça achève d’être mauvais.

En résumé je trouve que ça préfigure bien ce que sera la fin de DBZ et, en pire, DBGT : Un gros n’importe quoi. On croirait une parodie. Même en le regardant en version originale pour échapper à quelques conneries proférées en VF, ça ne change rien à l’indigence du récit. L’humour ne fonctionne pas (je ne vous ai pas parlé de bien des scènes débiles), le caractère des personnages n’est pas respecté et le combat n’a pas le caractère épique qu’il mérite. Ce n’est pas parce que ce film est le plus long de tous ceux sortis alors qu’il est le meilleur et ça me fait doucement sourire d’entendre qu’il est top mais que ses suites c’est de la merde. Car ce n’est même pas le meilleur de la trilogie.

9 Les mercenaires de l'espace (1993)


Quelques mois après le Cell Game, un tournoi un peu spécial est organisé. Il est financé par l’homme le plus riche du monde, j’ai nommé « Monsieur Multimillionnaire ». L’homme le plus riche du monde s’appelle Monsieur Multimillionnaire. Je l’ai déjà fait mais, j’ai envie d’applaudir la VF encore une fois.  Ses parents devaient être voyants, ou alors il a hérité de leur fortune. On est dans le même délire que le personnage de BD Richie Rich.
Le vainqueur aura l’occasion de se battre contre Hercule Satan. Oui en VF ils l’appellent généralement Hercule mais manifestement ils n’avaient pas encore décidé entre les deux noms à ce moment là, alors ils se sont pas fait chier, ils ont mis les deux.

Mais surtout les 4 meilleurs participants se battront contre des adversaires venant d’une autre galaxie. On ne sait pas trop comment ils ont fait pour contacter des combattants d’une autre galaxie pour les convaincre de venir participer à leur championnat de merde mais… En tout cas bien que peu original, un championnat, j’aime bien l’ambiance des championnats du monde d’arts martiaux, c’est plutôt sympa d’en avoir un ici, d’autant plus que… mais… mais… miracle ! Oh miracle ! Ce film fonctionne, on peut le placer dans la chronologie de Dragon Ball ! Quelques mois après la mort de Cell et Sangoku.

J’ai entendu des critiques comme quoi ce n’est pas normal que ChiChi laisse Gohan participer mais, outre le fait qu’elle donne une explication convenable, je rappelle que dans le manga elle saute sur l’occasion lors du tournoi de la Saga Boo vu la somme d’argent à gagner, n’ayant plus grand-chose de la somme d’argent que Sangoku lui avait laissé grâce à sa victoire au dernier tournoi. Je suis plus surpris par Bulma qui rêve de gagner un séjour dans une station thermale alors qu’elle est richissime ! Elle peut s’en payer tous les jours si elle veut ! Et puis la VF est décidément reine pour ruiner des dialogues : « Moi j’étais très intéressé par les fameux séjours dans les stations thermales du monde entier et il se trouve que j’ai appris que Trunks allait battre les androïdes n°17 et 18 dans un combat qui aurait lieu dans le monde futur… alors ça ne pouvait pas mieux tomber n’est-ce pas ? » Je ne vois franchement pas le rapport !

Végéta ne participe pas au tournoi, ayant perdu momentanément le goût de se battre depuis le Cell Game. Dans ce championnat, TenShinHan, Chaozu et Yamcha sont de la partie pour la 2e et dernière fois dans un film. Yamcha et Chaozu feront de la figuration cela dit, quand TenShinHan aura tout de même son moment de gloire dans un quart de finale contre Trunks. Ils feront un combat très sympa même si TenShinHan sera trop résistant à mon goût. Même en y allant mollo, Trunks devrait se débarrasser de lui très facilement, or il va jusqu’à se transformer en Super Saiyen. TenShinHan lui utilise le Kikoho, il a oublié que cette attaque est dangereuse. Mais bon, n’ergotons pas, j’aime ce passage. Moins le quart de finale où Krilin est ridicule face à Piccolo, il a même oublié comment voler, bonjour le clown…

Les qualifiés pour les demi-finales doivent se rendre dans une aire de combat spéciale, et pour ça grimper dans une navette qui les emmène en dehors de la terre deux temps trois mouvements. C’est c’lààà oui… Mais les hommes et femmes de Bojack ont pris leur place. C’est un groupe de mercenaires qui avait été enfermé par les Kaioh il y a des milliers d’années. Ils ont été libérés quand la planète de Kaioh a explosé lors du Cell Game. Et ils veulent, bien sûr, conquérir la terre. Sangohan s’y oppose mais malgré une belle résistance il croule sous le nombre. Heureusement il s’en sort tout seul comme un grand.

Non j’déconne, Piccolo le sauve encore au dernier moment. Ce sera la dernière fois, ne serait-ce que parce qu’on ne le verra guère plus par la suite dans les films. Mais Trunks se pointe lui aussi, et bientôt Végéta, qui réagit quand il sent Trunks en danger, agissant comme un père aimant bien qu’il s’en défende. Le combat général est vraiment sympa, notons comme je l’ai dit plus haut que pour une fois il y a une femme dans le lot, et à part C-18 il faut dire qu’on a rarement vu de combattantes. Faut remonter à la jeune Chi-Chi ou plus loin encore, à Lanfan, qui était plus une… ben une pute, qu’une combattante. Les autres maintenant sont assez banals, même Bojack qui n’est que le gros tas de muscle random.

Tous les combattants sont tenus en échec, Sangohan est sur le point de se faire tuer. Sangoku qui depuis le début suit le combat grâce à Kaioh n’a pas le droit d’intervenir. Mais n’y tenant plus il utilise le déplacement instantané, fout un coup à Bojack qui ne capte pas trop, fait un petit speech motivant auprès de Sangohan qui utilise le Super Saiyan 2. Et là, rien ne lui résiste. Un petit séjour à l’hôpital avec fou rire plus tard et tout est bien qui finit bien.

Bien qu’il ait des défauts, j’admets bien aimer ce film. Déjà une partie concerne la VF et la qualité originale de l’OAV n’y est pour rien. Mais malgré les soucis qui concernent l’histoire de base, je le conseillerai malgré tout. Car au niveau des qualités il est diablement divertissant sans être trop abusé au niveau de l’histoire, il a une bonne musique, une bonne ambiance, et pour une fois que Sangoku ne bat pas le méchant... Franchement pas si mal.
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #214 le: Mars 28, 2014, 15:41:12 »

10/ Le retour de Broly (1994)


Et oui, ça promet, vous le voyez rien qu’au titre. Avec le retour d’un ancien méchant ils ne se foulent pas, mais c’est surtout les circonstances qui ne vont pas : Broly a survécu à l’attaque de Sangoku alors qu’il avait eu l’air d’imploser à la fin de l’épisode précédent, et il a réussi à atteindre une capsule et à s’échapper alors que quelques instants plus tard la planète était réduite en miettes. Il est allé sur terre mais il est resté en hibernation dans la glace durant des années.

Il s’agit du premier film de l’époque Boo qui pourrait vaguement se dérouler dans le délai de 30 jours avant le tournoi… seulement Videl a « insisté pour qu’on lui présente le dragon » et elle connait Trunks. Donc ça ne colle pas question Timeline. J’ai craint que cette histoire de Videl qui veut voir le dragon soit la seule raison mais heureusement Trunks et Sangten ont des vœux très intéressants à formuler à base de jeux et de gâteaux, alors tout va bien.

Ils sont à proximité d’un pauvre village qui voit sa prospérité décliner à cause d’un monstre. C’est un dinosaure, Trunks et Sangoten s’en débarrassent. Mais il se trouve que dans leurs pérégrinations, Sangoten a pleuré très fort. Quelle malheureuse coïncidence : Parmi tous les endroits sur terre où ça aurait pu arriver, c’est à côté de l’endroit où Broly repose et ses lui rappellent ceux du bébé Sangoku : Il se réveille. Mon dieu…

Ce dernier attaque Videl et lui fout un coup, elle l’encaisse sans trop de mal quand ça aurait du la tuer. Sangoten et Trunks, les joyeux insouciants, vont donc s’en occuper. Commencent alors 15 minutes de singeries guères hilarantes des deux galopins. La voix de Broly en VF dans le premier film de la trilogie ça passait, mais ici elle ne colle vraiment pas. Pour une fois que la VF ne passe pas sous silence le nom Saiyen de Sangoku il faut qu’il soit ridiculisé. Dans le film précédent parfois ils y pensaient parfois non, mais Broly disait « Karotto », ça passe. Mais ici il l’appelle… « Cachalot ». Cachalot…

En tout cas Broly est trop puissant, et alors qu’il est sur le point de leur donner le coup de grâce, coucou : Sangohan s’interpose à la dernière seconde. Broly libère alors sa force, on en profite pour copier/coller ces moments du précédent film, c’est moins cher. Après un bref combat plutôt correct, Sangohan se joue de lui et il périt dans la lave d’un volcan. Mais Gohan perd connaissance près de cette même lave. Et alors qu’il est sur le point de périr brulé, coucou : Krilin vient le sauver à la dernière seconde. Habillé comme Piccolo, comme un pied de nez à ceux qui pensaient que ce serait lui. Ah ! Vous nous avez bien eu, c’est vrai que Krilin à la place de Piccolo, c’est tout de suite vachement plus original.

C’est alors que Broly se pointe à nouveau, il a survécu ! Il assomme Krilin. Sangohan et Sangoten du coup font un Kamehameha commun pour le battre. Ils entendent la voix de Sangoku qui leur donne du courage. Et c’est alors qu’une image de Sangoku arrive pour leur filer un coup de main. Hop, un coup de copier/coller du Kamehameha final contre Cell, ça peut pas faire de mal hein , On a dit que Sangoten qui reconnait son père et que ça ne colle pas. C’est pourtant bien connu que leur ressemblance à tous les deux, il faut aller la chercher vachement loin ! Comment Sangoten a-t-il pu le reconnaitre ? En tout cas ils en viennent à bout et youpi c’est fini. Ce film est vite oublié, pas très divertissant, les défauts du passé sont toujours là… Il est mauvais et c’est pourtant le meilleur de la trilogie Broly ! Parce que oui, juste « mauvais » c’est pas si mal dans le genre.

11/ Brio Broly (1994)


Worst. DBZ. Movie. Ever.

Non là c’est sûr, il a la palme de nullité et avec facilité ! Ce qui, vu la touche de certains d’entre eux, n’est pas un mince exploit. Je ne ferais pas très long sur celui-ci car il mérite carrément d’être oublié. Alors que C-18 « demandait » de manière musclée, sa récompense pour le tournoi à Hercule, un type véreux rend visite à ce dernier pour lui proposer un défi. Il le convainc en évoquant un ami d’enfance qui sait pas mal de choses sur lui. Je me demande si la version originale n’est pas plus sombre, car « Vous avez sucé votre pouce jusqu’à l’âge de 15 ans » ou « Vous avez volé des billes dans la cour de récréation… »

Hercule accepte, C-18 l’accompagne pour ne pas qu’on lui fasse faux bond. Sangoten et Trunks les suivent en douce. Les voilà sur une île avec plein de combattants crées génétiquement. Là-bas on ose sortir l’humour peau de banane. Mais vraiment. Hercule fait une cascade mais se rate car il glisse sur une peau de banane. Le niveau… et le pire c’est qu’il y aura bien d’autres gags pourris. C’est alors que Sangoten et Trunks voient un tube qui contient Broly ! Ils apprennent vite qu’on l’a recrée grâce à un peu de sang. Tripatouillage de l’ADN, c’était à la mode depuis Jurassic Park.

Broly ne tarde pas à sortir, mais est recouvert d’une matière bizarroïde… commence un combat pas terrible dans une ambiance tout aussi fade. L’inévitable aide d’un personnage en danger au dernier moment vient de… Krilin ! Ah, me voilà rassuré. Là où C-18, Trunks et Sangoten échouent, Krilin arrangera tout. Après 10 minutes d’un affrontement assez barbant, la fin (oui, j’en suis déjà là, mais croyez-moi y’a pas grand-chose de plus à dire…) est en queue de poisson, pas de 4e acte épique, non… Y’a bien une épilogue avec Sangoku mais plutôt anecdotique. Ce film est clairement à fuir.

12/ Fusions (1995)


A l'époque Boo, une erreur au poste frontière des morts crée la panique : Un monstre est généré, Janemba. Il ressemble à un énorme bébé jaune, il a vraiment l’air ridicule. Ce souci ressuscite aussi plein de monde. Des gens normaux, mais aussi une foule d’anciens ennemis du team Z, comme Freezer par exemple. A noter également un bref passage censuré en VF, où Hitler apparait dans les rues. Ces passages sur terre n’ont pas une grande importance à part un peu d’humour pas si mauvais pour une fois. La VF en ajoute involontairement, quand je vois le passage où un habitant lambda de la ville dit « Oh non, des zombies ! » c’est joué avec si peu de conviction (en même temps avec une réplique pareille…) que ça en devient hilarant.

Mais l’intrigue principale se déroule dans l’autre monde. Paikuhan, le plus fort des combattants du paradis en dehors de Sangoku, est occupé à essayer de franchir une barrière qui retient le roi Enma. La seule solution est… de l’insulter. L’idée est assez drôle durant quelques instants mais s’essouffle vite. Sangoku lui, essaie de se débarrasser de Janemba. Pour la première fois dans un film il se transforme en Super Saiyen 3. A chaque fois que je le vois comme ça d’ailleurs, que ce soit ici, dans le manga ou l’anime, je ne peux pas m’empêcher de penser au sacré chemin parcouru depuis le tout début de Dragon Ball ! En tout cas bientôt Janemba se transforme, ce lui donne une touche tout de même bien moins stupide.

Leur affrontement est assez cool mais Janemba est trop puissant. J’ose à peine vous dire qu’on va porter secours à Sangoku au dernier moment alors qu’il était sur le point d’être tailladé. C’est Végéta qui s’en occupe cette fois. Sangoku et Végéta sont donc morts au même moment… et oui, timeline OUT une énième fois. En tout cas Végéta non n’est plus à la hauteur pour battre Janemba et… tiens d’ailleurs en passant, vous avez remarqué comme Végéta craint dans les films ? Son seul fait de gloire est d’avoir détruit C15 sinon le reste du temps, armé de la plus grande confiance, il se fait toujours démolir, parfois très vite.

Sangoku du coup lui propose de fusionner, il lui fait un cours vite fait mais leur premier essaie échoue, ils deviennent gros. La deuxième tentative est la bonne, et voilà Gogeta. Un personnage qui a la classe et qui relègue Janemba au rend d’adversaire faible. Il s’en débarrasse et tout est bien qui finit bien. Fusions est donc un des rares films de DBZ qui réussit en partie à faire rire, mais ça ne vient que de l’humour noir de l’armée des ténèbres sur terre, celui dans l’autre monde est trop ridicule à mon goût. Les nouvelles pistes musicales sont réussies, ce qui est souvent le cas dans les films il faut le reconnaitre, les combats sont bons, quant au scénar oui bon… film suivant ?

13/ L'attaque du dragon (1995)


Et voici le dernier sorti avant bien longtemps. A genoux tous : Pour l’occasion on peut une 2e fois placer le film dans la chronologie Dragon Ball. Pas mal en 13 films. Un vieux type nommé Hoï prétend vouloir se suicider, Sangohan en « Great Saiya Man » et Videl son assistante, vont le sauver. Il leur avoue bientôt que c’était un prétexte, il voulait rencontrer Sangohan pour qu’il l’aide à appeler le dragon. Il veut en fait qu'on l'aide à libérer son ami Tapion enfermé dans une boite à musique. Tout le team Z va à la recherche des Dragon Ball. Pour l’occasion (et durant la majorité du film) il y aura un humour simple mais pas si mauvais.

On appelle donc Shenron qui délivre Tapion, et on sent l’influence de Legend of Zelda, c’est un link en un peu plus classe, qui joue un air d’Ocarina qui reste facilement en tête. Il fait la gueule et s’en va en ingrat malgré tous les efforts pour le faire sortir, manifestement il voulait rester dans sa boîte. Trunks est cependant en admiration devant lui et va lui apporter de la nourriture en cachette. On constate que Tapion se tient au maximum à l’écart des autres et semble souffrir.

Arrive une scène où une moitié de monstre terrorise Satan City. Sangohan essaie d’intervenir mais c’est finalement Tapion et sa musique qui le font disparaitre. Le soir suivant, Hoï se pointe donc chez Tapion pour tenter de lui voler son ocarina. C’est bon Hoï, va jouer à la N64 ça va te calmer ! Ah non zut, le jeu ne sortira pas avant trois ans. Bon, tant pis. Le film tout en gardant une certaine ambigüité chez Tapion n’a jamais tenté de nous mentir sur Hoï, c’est bien lui le méchant, la confirmation finale est ici. Bon, on notera quand même qu’il est bien pompé sur Badibi. L’aide de Trunks à Tapion à ce moment aura eu au moins un effet bénéfique : Tapion se déride et ils deviennent amis. Il l’invite à diner chez lui.

Il se décide à se confier à Bulma. Il a une moitié de monstre enfoui en lui, Hildegarn, qui ne demande qu’à sortir. Hoï contrôle l’autre partie et tente de reformer le monstre complet. L’ocarina est la seule chose qui puisse faire rester Hildegarn en lui. Bulma tente d’aider Tapion mais en vain, le monstre finit par se reconstituer. La partie combat commence alors et mis à part une scène d’action assez brève, on vient d’avoir plus de 35 minutes d’histoire avant le combat, pour un film de 50 minutes ! Notons aussi quelques passages censurés en VF.

C’est donc un combat général dans Satan-City contre Hildegarn, avec des civils alentours. Sangoku, Sangohan, Trunks, Sangoten, Tapion, Videl qui démontre sa totale inutilité dans ce domaine dès qu’on dépasse le voyou de base… et Végéta qui se pointe tout d’un coup, absent du reste du film. Mais comme je l’ai dit il y a peu, dans les films, Végéta craint. Et il se fait battre vite fait bien fait. Au passage, il tente de manière évidente de protéger des civils à un moment ! On pourrait ne pas aimer, mais je trouve que ça suit l’évolution psychologique du personnage qui sans devenir un ange ni même aussi bon que Piccolo, loin de là, est 100 fois moins mauvais à la fin de DBZ qu’au début.

Le combat général est vraiment sympa. Entre la musique, les dégâts dans la ville, la puissance d’Hildegarn, la brève accalmie où Tapion a réussi à retenir Hildegarn en lui et demande à son ami Trunks de le tuer, et la fin… Sangoku se transforme alors en Super Saiyan 3 pour l’arrêter mais ça n’est pas suffisant. Même Gotenks 3 et Sangohan à son maximum n’ont pas pu. Il faut que Sangoku utilise la très spectaculaire attaque du dragon, pour finalement en venir à bout. Malgré la victoire, la vision de la ville totalement ravagée offre une fin d’autant plus épique.

Bon j’ai dit que le film collait question chronologie et c’est vrai, mais la fin a tout de même son lot de soucis : D’abord Sangoku dit « Ne t’inquiète pas, nous allons partir à la recherche des boules de cristal et ressusciter toutes les victimes d’Hildegarn. » Oui, alors je sais que ça ne vous pose pas de problèmes dans les films en général de faire venir le dragon dès que vous voulez avoir de nouvelles chaussettes, mais n’oubliez pas que vous venez de les utiliser quelques jours plus tôt, il va falloir attendre un bon moment. Ensuite Tapion donne son épée à Trunks, ce qui suggère que c’est celle qu’il avait pour tuer Freezer, mais ça ne se passe pas dans cet univers.

Enfin, Tapion grimpe dans la machine à voyager dans le temps pour retrouver son frère. Je ne savais pas que Bulma en avait fait une dans cet univers. Et comme Trunks est triste de le voir partir, elle dit « Tu n’auras qu’à prendre la machine à voyager dans le temps et lui rendre visite ! » Alors, surtout pour une maman, t’es pas trop inquiète à l’idée de le voir voyager dans le temps n’importe comment, c’est bon à savoir. Et ensuite Tapion vient de se barrer avec la machine. Ca veut dire qu’il y a une 2e machine ?

Enfin, il y a quelques compensations : Entre la discussion dans les décombres de la ville, le départ de Tapion, la réaction de Trunks entre tristesse pour lui et joie pour Tapion, puis l’air mélancolique du générique, au moins le happy end est loin d’être total. En conclusion tous les films ont leurs soucis et si celui-ci ne fait pas exception, il reste un des meilleurs. Atmosphère géniale, scenario relativement original, combat énorme, humour bien distillé… il est dans le haut du panier.
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #215 le: Mars 30, 2014, 17:34:41 »

Et voilà, je termine les 17 films (15 et 2 tv specials) :

14/ Dragon Ball Z : Salut ! Son Goku et ses amis sont de retour (2008)


Ce qui est bien avec un retour 13 ans plus tard, c’est qu’au moins les gars de la Toei ont décidé de faire un effort sur le scénar.

Non je déconne. Déjà comme presque toujours la timeline n’est pas respectée puisque le dragon est censé avoir fait oublier Boo à tout le monde, ce qui n’est pas le cas ici. Mais de toute façon entre la faible durée (33 minutes) et le titre qui ne tente même pas de nous vendre une histoire, non, juste un titre qui mise à fond sur la nostalgie et c’est tout, on sent que ce ne sera pas épique. Pour une fois ce n’est pas juste un grand méchant hyper balaise qui arrive et vas-y qu’on se bastonne les deux tiers du film. Le choix de l’axer plus sur l’humour que sur l’action, pourquoi pas, on se rapproche des débuts de Dragon Ball avec ce genre de raisonnement et c’est un peu rafraichissant.

Mais il y a la théorie et la pratique. Or… Bon, commençons par le début : Satan va inaugurer un hôtel, et il fait une fête privée en avant-première pour tous ceux qui ont combattu Majin Boo. Videl en profite pour faire un rappel pour ceux qui n’auraient pas suivi que Satan a fait croire à la planète entière qu’il avait vaincu Boo mais qu’en fait « C’est Sangoku et ses amis ». OK disons que quelques fans par-ci par-là ne sachent pas ça, ce qui semble tout de même douteux. Mais elle le dit à… Sangohan. La vache le spoiler ! Il risquait d’oublier le pauvre.

Bref 2 ans après la mort de Boo, réunion de famille entre toute la bande. Et on ne se fait pas chier pour les gags, personne ne change, Goku qui n’était pas chaud pour venir est attiré par un banquet (quoique ce passage soit assez drôle) Tortue Géniale est pervers, Piccolo se pointe à la fête… on ne sait pas trop pourquoi, mais quitte à venir il pourrait se passer de sa tête de râleur habituelle. Végéta qui a de la suite dans les années veut toujours se bastonner avec Sangoku. Ca fait plaisir de revoir tout le monde même certains qu’on n’avait plus l’habitude de voir ou des très improbables comme Kaïoh ou les Kaïoshin. Seul TenShinHan manque à l’appel, son doubleur japonais étant mort. Chaozu également vu qu’ils sont plus ou moins pacsés.

Question musiques, on n’est pas dépaysés avec des thèmes classiques de l’anime, mais qu’on peut l’être un peu avec le style graphique. Ce n’était pas flagrant avec les autres films car il en sortait en gros un tous les 6 mois. Donc même en étant assez fidèle au style de Toriyama, forcément 13 ans après ça fait parfois bizarre. Donc il reste à peine plus de 20 minutes quand deux capsules spatiales Saiyennes arrivent sur terre. Et qui c’est-y qui y’a dedans ? L’un d’entre eux est Tarble et… c’est le frère de Vegeta. On comprend maintenant pourquoi tous étaient réunis, ça permettait de faire du fan service ET de ne pas s’ennuyer : Toute la bande est déjà rassemblée, comme ça c’est torché.

Tarble a besoin d’aide car deux méchants le font suer et il n’est pas super fort. Tout le monde veut s’en occuper, Goku propose de tirer au sort, ce qui se fait dans une scène burlesque où seule la fin est assez drôle selon moi, avec Végéta très gêné qui fait la connaissance de la femme de Tarble… faut dire qu’il a des goûts spéciaux le Tarble, une femme de 50 centimètres de haut au teint blanchâtre sans un poil sur le caillou. On a passé la moitié du film et voilà les deux méchants… Ce sont deux frangins qui ont un peu le look de Dodoria en plus simple, l’un a la peau rose l’autre bleue, on ne s’ennuie pas sur le design. A priori ils ont le niveau de Freezer, qu’une bonne moitié du team Z a allègrement dépassé.

Trunks et Sangoten s’en occupent avec nonchalance et apparaissent plus forts. C’est alors que les deux frangins se démultiplient ! Woah, c’est inédit ! Attends voir… ah non en fait c’est arrivé plusieurs fois. Mais même à plusieurs c’est trop limite alors ils préfèrent fusionner. Il pousse Trunks et Goten à en faire de même. Bon, ils échouent comme ça fait trop longtemps, le tout pour placer un gag, mais dans ce film ils peuvent revenir à leur état normal en un instant et refusionner tout de suite après. C’est nouveau. Comme le méchant est super énervé, tout le monde s’y met et on place plein de techniques connues, on joue le fan-service à fond. Goku règle la question en un seul coup. Les deux méchants au final qui n’ont jamais paru si terribles même question caractère, sont même gentils à la fin. Et basta après quelques blagues finales. C’était vraiment très intéressant. Bref en petit film fan-service c'est sympa une fois comme ça et drôle de manière fugace, mais ça s'arrête là.

15/ Battle of Gods (2013) Celui-ci étant particulièrement récent, je spoile mais pas totalement.


Le grand retour, avec un film qui mérite ce titre vu sa durée. Et le synopsis aussi nous promettait quelquechose d’assez grandiose. Voyons ce qu’il vaut. Nous démarrons donc après les évènements de la Saga Boo, sur la planète de Kaioh… qui est mystérieusement réapparue à sa place d’origine alors qu’elle a été détruite il y a des années lors du combat contre Cell. Maître Kaioh parle à Sangoku de Bills-Sama, un dieu maléfique, endormi depuis des décennies, qui va se réveiller, et qui serait l’être le plus puissant de l’univers. Je me demande combien de fois dans tout l’univers de Dragon Ball on a eu cette affirmation. Sangoku n’a plus qu’une envie : Se mesurer à lui.

C’est après quelques minutes qu’on sent le souci : Ce film s’annonce trop léger. Attention, j’adore l’époque Dragon Ball avec beaucoup d’humour, mais tout était plus simple. Ici, Bills-Sama est le dieu de la destruction, qui détruit des planètes entières d’un mouvement d’humeur… le gars qu’il vaut mieux éviter de foutre en pétard, quoi. Son design pourquoi pas, il a un look d’homme félin et il n’est pas très grand. S’éloigner des sempiternels géants et des paquets de muscles je dis ok.

Mais dès son réveil, on sent qu’il n’est pas très sérieux. Pas plus que l’Oracle qu’il consulte parfois : C’est un petit poisson parlant dans un bocal. Cela dit ça peut n’être qu’une mise en bouche légère pour mettre le paquet ensuite. Et puis certains vannes passent bien, comme lorsque l’assistant de Bills-Sama lui dit qu’il faut « 26 minutes » pour aller sur la planète de Kaioh, ce dernier réplique « la durée d’un épisode d’anime, hein ? ». En tout cas le voici sur la planète de Kaioh, à la recherche d’un dieu Super Saiyen. Après avoir fait sa connaissance, Sangoku demande à se mesurer à lui, mais même en Super Saiyan 3, il n’est pas de taille, il se fait battre en deux coups.

Pendant ce temps sur terre, Bulma fête son anniversaire. La petite réunion de famille est sympa mais le problème c’est qu’on y a déjà eu le droit dans le film précédent. On se demande aussi quand ça se passe puisque Gohan et Videl sont mariés et que Pan est en route, donc en théorie environ 5 ans avant la fin de DBZ. Mais Sangoten et Trunks devraient être plus grands, et Bulma avoir plus de 38 ans. Ah oui Pilaf et ses amis font partie de la fête aussi… leur intrigue est… ben… totalement inutile quand on y réfléchit.

Bills-Sama arrive pour constater si Végéta est un dieu Super Saiyan. Mais ce dernier constatant sa puissance renonce à l’affronter, paralysé et même effrayé par sa force. Mais difficile d’être à 100% dedans quand on voit Piccolo va faire du karaoké, Végéta se mettre à danser et chanter pour essayer de dérider Bills-Sama, et ce dernier apprécier un bon repas avec des amis et faire du break dance. C’est lorsque Boo ne veut pas partager son repas que ça dégénère, après avoir battu tout le monde (même Sangohan maximum potentiel sans aucun souci) il se met à hurler sa frustration de ne pas avoir de pudding… y’a pas à dire, faudrait un peu lâcher l’humour.

Plus grosse frustration encore : Végéta libère sa puissance furieux que Bills-Sama ait frappé Bulma… et durant un instant il est assez fort pour légèrement atteindre le dieu. Si Sangohan max s’est fait étaler en 2 coups ça ne marche vraiment pas. En tout cas Bills-Sama ne trouve pas le dieu Super Saiyan. Sangoku suggère alors d’utiliser les Dragon Ball. Shenron n’est d’ailleurs pas loin d’être ridiculisé, très déférent envers Bills-Sama. Ajoutez les discussions pour savoir quel Saiyan a le cœur pur ou non, Végéta qui est à deux doigts de briser le 4e mur, tout le team Z incapable de compter jusqu’à 6… Difficile de prendre le tout au sérieux, jusqu’au moment du combat.

C’est assez solennel et les graphismes des dessins animés modernes aident bien. Du coup on a passé 1 heure à attendre le grand combat final, et le voilà qui arrive. Verdict ? Et bien une nouvelle fois, la modernité du film le sert, la qualité de l’image, les travellings numériques du décor, les effets de lumière, ça rend l’affrontement assez spectaculaire. La musique est entrainante et il y a une certaine ampleur. C’est peut-être un peu trop court et malgré le spectaculaire, pour ne pas dire le gigantisme, ça manque un peu de cœur du côté de Bills-Sama qui est sans cesse nonchalant.

La fin m’a laissé partagé.  Parce que la raison pour laquelle Bills-Sama ne détruit pas la terre (oui, je ne pense pas vous spoiler, je pense que vous savez qu’ils ne vont pas tous mourir…) est très faible. Cela étant dit, la course à la puissance prend un coup dans l’aile, DBGT nous mettait la tête dedans « T’as vu comme y’a toujours plus fort hein ? T’as vu ? ». Ici non, il est simplement suggéré en passant que c’est une quête sans fin.  Les musiques elles ne sont pas celles habituelles de la série. Ca ne m’aurait pas dérangé mais c’est assez plaisant même si je n’en retiens aucune en particulier. Seul le générique de fin y déroge : Un remix très sympa de Chalaheadchala, et certaines pages de la BD dans l’ordre chronologie du tome 1 au 42 qui défilent. De quoi malgré tout terminer ce film avec le sourire pour les fans.

Au final c’est un film simplement… pardonnez le classicisme du mot : Sympa. Il a des qualités, il a des défauts, mais c’est dommage de se dire qu’il y avait moyen d’avoir le film le plus épique de la saga et de finalement se retrouver avec un film juste « sympa », si c’était pour le fan service, il y a d’autres films pour ça.
Journalisée

Maurice
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 16328


Happy Hank's Giving


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #216 le: Juin 22, 2014, 01:39:57 »

Tiens, je me refais des fois pour me reposer des épisodes de Fairy Tail. C'est très bon mais je n'arrête pas de me dire que après l'épisode 80-90 ça commence à devenir un peu n'importe quoi au niveau de l'histoire.
Journalisée

Windayme
Employé de la centrale
**
Messages: 229



Voir le profil
« Répondre #217 le: Juin 26, 2014, 18:46:53 »

Fairy Tail ? Une histoire ? Ah ?! Je savais pas !!

J'ai toujours eu l'impression que tout était improvisé, développé sur le coup: La guilde est danger, on sauve la guilde. Et c'est toujours pareil.
Je trouve aussi que c'est un peu "niais" dans les répliques, le mot "magique" revient trop souvent (J'ai déjà lu "du vent magique", sisi).

L'histoire de base avance trop lentement, le truc avec les dragons la, on l'oublie trop souvent...

Le plaisir de lire Fairy Tail, c'est les tenues légères des perso féminins.

Et on m'a fait remarquer que Fairy tail avait de nombreuses ressemblances avec One Piece, au niveau des personnages. Je sais pas trop ce que vous en pensez ici, mais je trouve que c'est plutot vrai.

Voila voila =)
Journalisée
Maurice
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 16328


Happy Hank's Giving


Voir le profil WWW Courriel
« Répondre #218 le: Juin 26, 2014, 19:06:35 »

Ça a souvent été dit que Fairy Tail a été voulait des idées de pas mal d'autres mangas, suite aux preuves accablantes je dois admettre que c'est vrai, mais ça n'empêche pas le fait que c'est super !

Pour l'histoire de Fairy Tail ce n'est pas vraiment une histoire qu'on peut expliquer d'un coup car c'est vraiment une histoire à développement.

Pour l’improvisation je ne suis pas d'accord, l'histoire se développe logiquement et les écrivains ont toujours des petites facettes pour faire des rebondissements dans l'histoire sans que ça ai l'air non logique ou bête. Pour le mot ''magique'' tu as juste à arrêter de lire ou de regarder la VF, ça fera du bien à tout le monde Grimaçant

Pour les dragons c'est fait exprès qu'on les oublies, le fait qu'ils ne sont pas là pendant un petit moment rajoute du punch à leur grand retour, je crois que c'est totalement volontaire le fait qu'ils ne soient pas là pendant un petit moment. Je trouve ça bien cependant que l'histoire avance lentement, ça permets de consolider les personnages.

Pour les tenues féminines légèrtes c'est vraiment pour attiré un autre public que ceux qui lisent ou regarde Fairy Tail.

Sinon selon moi le problème de l'animé Fairy Tail c'est les OVA qui sont trop longs et certains punch qui ont pris du temps à arriver (comme dans la saison 4), pour le moment la saison 5 est vraiment épique et elle est remplie de cliffhanger, c'est une bonne chose.
Journalisée

Springfield83
Membre de la famille Simpson
****
Messages: 6324



Voir le profil
« Répondre #219 le: Aot 29, 2014, 09:37:45 »

J'ai lu tout tes avis sur les OAV Regismo et je suis en grande partie d'accord avec toi concernant les problèmes majeurs de ces films.

Je vais d'ailleurs répondre plus ou moins à tes avis pour chaque OAV. Bien-sûr, je vais faire beaucoup plus court mais ça vous donnera mon point de vue global.

Par contre je n'ai pas vu les TV Special donc je 'y répondrai pas même si tes avis élogieux me donnent envie de les voir.

Quant à DBGT je n’en parlerai pas, car en fait, ça n’existe pas. C'est quoi d'ailleurs DBGT ?
DB... Quoi ?

1/ A la poursuite de Garlic (1989)

Outre les incohérences chronologiques par rapport à l'histoire de la série qui seront légions dans une grosse partie des OAV, je dois admettre que les ficelles scénaristiques utilisées sont extraites de l'animé. Et encore ce n'est que le premier film parce que dans les suivants, on réutilisera des codes maintes et maintes fois jusqu'à en vomir.

Alors effectivement l'histoire n'est pas passionnante et les combats plutôt légers mais j'ai bien apprécié ce film, c'est le premier film que j'ai vu petit je me souviens.

Le passage avec Sangohan drogué est assez drôle, enfin c'est de l'humour nippon quoi. Le seul gros problème c'est qu'il est trop long et qu'il finit vite par agacer.

Concernant les sbires, ici comme tu dis, ils sont l'exemple même de leur utilité dans tous les films, nous fournir des combats. Le seul problème c'est qu'ici ils sont plutôt avares en baston.
Et puis... Le début où ils capturaient Sangohan nous fournissait une ambiance plutôt sombre, on pouvait s'attendre à quelque chose d'assez réussi dans ce sens mais les scènes d'après (comme Sangohan drogué) décrédibilisent ces personnages. Ils apparaîtront tous stupides et sans grands intérêts.

Malgré tout ce film fait office de frontière entre Dragon Ball et Dragon Ball Z. Je peux comprendre ce ton plutôt léger. D'ailleurs, merci, je ne savais pas du tout que cette histoire avait été recoupée pour le format de la série.

2/ Le robot des glaces (1989)

C'est un des rares films que je n'avais pas vu étant enfant (comme si je ne l'étais plus).
Et à vrai-dire je suis plutôt content du résultat. Ce que j'apprécie vraiment c'est l'ambiance générale du film qui est plutôt réussie, l'atmosphère glaciale permet d'installer un climat froid accentué par les décors et les costumes. Oui, même le vaisseau qui est en acier, donne une impression de froid.

Effectivement en regardant un film DBZ, on ne s'attend pas à un scénario intelligent, on veut de la baston et des batailles épiques. Ici les combats, loin d'être épiques, sont tout de même réussis.

Une chose qui m'exaspère c'est d'avoir fait de Krilin un comic relief tellement stupide qu'il n'en devient plus drôle. C'est à peine bon pour faire rire des enfants qui ont mangé des pommes pleines de produits illégaux. Ce que je reproche déjà c'est que la série compte assez de personnages censés faire rire comme Oolong, mais ce que je trouve encore plus énervant c'est qu'il ne peut plus paraître sérieux. Tous ses pseudos moments de gloire se finissent par une chute.

Alors ensuite au niveau des codes réemployés il y aura la fameuse "arrivée surprise de Piccolo" (qui ne l'est plus d'ailleurs, on la voit arriver à des kilomètres à la ronde), et bien évidemment le Genkidama de Sangoku qu'il utilisera à toutes les occasions.

Mais dans l'ensemble ça reste un bon film, avec de bons combats et une ambiance bien réussie.

3/ Le combat fratricide (1990)

C'était l'un de mes préférés par le passé. Mon avis a plutôt changé mais je reste convaincu de ses quelques qualités.
Déjà, je pense que je vais arrêter de parler de la chronologie par rapport au manga et à la série parce que tu en as assez parlé comme ça. ^^

Bon alors, pour commencer je ne comprends pas non plus l'intérêt du petit dragon mais apparemment il y a un côté écologique derrière comme tu dis, je ne savais pas. Bon bien sûr ça permet de montrer la nature, les fleurs, les arbres, les animaux. En fait ce film parle plus ou moins de ce thème quand j'y pense avec à la fin, la nature qui se meurt.

En fait, les design des différents ennemis, enfin des sbires, sont toujours plutôt réussis même s'ils ont parfois peu de rapport avec l'histoire elle-même. Comme tu l'as souligné dans ton premier avis, ils sont plutôt random.
C'est vrai également que la ressemblance entre Sangoku et Thalès est frappante (aïe).

Le combat se passe exclusivement de nuit, je pense (?), ça permet d'enfin avoir une ambiance sombre à souhait. Y'a cette fois-ci bien sûr toujours cette envie de sauver la terre, c'est la raison utilisée pour tous les films.
Mais là y' a un degré au-dessus par rapport aux autres films. Ici la menace est explicite, on voit la terre dépérir petit à petit.
Y'a certaines scènes très bien faites, je pense notamment au moment où Sangohan cesse d'être un gorille et que son père le porte, les deux sont affaiblis et Thalès leur parle, y'a presque une sorte de dramaturgie.

Les combats ici aussi sont plutôt bons dans l'ensemble même s'il y a toujours un affrontement final Sangoku/méchant principal parce qu'ils sont tout simplement meilleurs que les autres.

J'ai beaucoup aimé ce film, un peu moins qu'enfant mais ça reste un OAV très sympa avec un but peut-être pas recherché mais plus crucial dans cette histoire.

4/ Le menace de Namek (1991)

Alors là oui, y'a l'effet d'épuisement et de redondance qui commence à se ressentir, et pour autant ça va continuer.

Sur ce coup tu m'as fait rire mais c'est pourtant exactement le problème des OAV, ils sont tellement attendus, les histoires sont en quelque sorte répétées avec des méchants et des lieux différents (je vous assure ça marche, vous pouvez créer vos propres OAV). Car comme tu dis, le schéma utilisé est très simpliste et répété jusqu'à usure.

Le sifflement de Sangohan au début du film... Je l'ai eu en tête pendant toute une journée même si je dois admettre qu'en fin de compte c'est pas si désagréable...  Embarrassé

Bon ici l'ambiance je la trouve beaucoup moins réussie même si ça reste sombre. La faute à un méchant pas charismatique pour un sou.

J'ai pas grand chose à dire pour le reste, ou alors je vais me répéter autant que le scénario des films.
Mais effectivement dans l'ensemble ça reste un mauvais OAV qui se contente de réemployer les mêmes ficelles scénaristiques que ses prédécesseurs.

5/ La revanche de Cooler (1991)

Oui ce film est assez sympa, le méchant est assez bien fait (même s'il ressemble à freezer forme 3 quand il évolue et à Freezer tout court quand il est au stade normal) et veut venger la mort de son frère. Bon entre histoire de vengeance et attaque sur Terre pour l'envahir, les histoires ne se bousculent pas.

Ici ça se passe en plein jour, ça change de d'habitude. L'histoire change vraiment très peu, il y a juste 10 minutes où on rajoute la blessure de Sangoku pour que Sangohan ramène un sensu qui puisse permettre à Sangoku de se restaurer. Sinon après ça on repart dans du pur classique et d'ailleurs je dois avouer que cette séquence est un peu lent... Mais si ça peut renouveler l'histoire, pourquoi pas.

Le combat est assez épique ici aussi, c'est plutôt pas mal. Je ne comprends pas non plus l'effervescence pour Sauzer, même si je dois avouer que c'est un sbire plutôt classe, par contre aucune utilité pour sa mort à la fin.

Dans l'ensemble ça reste plutôt bon, même si l'ambiance générale du film empêche de s'intégrer complètement dans l'histoire même si ça n'empêche pas le combat d'être épique à souhait.

6/ 100 000 guerriers de métal (1992)

J'ai pas autant aimé ce film que toi mais je le trouve assez bon. Il y'a de bonnes idées, je pense notamment à cette armée de Cooler, l'intrigue principale elle-même change légèrement.

J'avais oublié tous les comic relief utilisés dans ce film, merci de me les avoir rappelés. En fait, je ne suis pas contre un peu d'humour, encore faut-il qu'il soit utilisé à bon escient et qu'il ne gâche pas l'histoire censée être lourde (sauver le monde). Krillin qui est pourtant un personnage que j'affectionne se gâche et c'est dommage, il n'est pas aussi fort que les sayens mais sait se débrouiller.

Ah oui, cette première apparition de Végéta.  Souriant   Indéci   Lèvres scellées
Je te répète mais... Il faut bien un élément sauveur surprise, ici c'est Végéta et il apparaît pile au bon moment. C'est vraiment lassant surtout qu'il le fera comme Piccolo avant lui à plusieurs reprises. Toujours son excuse à deux balles (je ne sais pas s'il la sort dans celui-ci) "c'est moi qui doit tuer Kakarot, pas toi".

Bon après tout ça reste un  film sympa mais pas de quoi transcender.

7/ L'offensive des cyborgs (1992)

Tu as fait fort au niveau des scénaristes.  Souriant
Es-tu sûr et certain qu'il y en a ?

J'ai bien apprécié le début, ça change un peu des anciens films même si il va y avoir de plus en plus de rassemblement et de fêtes entre les héros par la suite. C'est le premier film où on voit autant de personnages il me semble, je veux dire des figurants dans la ville, c'est sympa ça change d'ambiance.

Bon dès l'attaque des Cyborgs ça rigole moins, sauf Krilin qui se brûle le crane avec du café brulant...
Mais heureusement que Trunks a la bonne idée de partir sinon ils auraient fait un carnage, et auraient mis la vie des habitants en danger.

Les combats sont encore une fois plutôt bons. D'ailleurs on assiste à des bastons épiques entre cyborgs et sayen, les pointures en terme de puissance. Oui c'est réussi de ce côté là et on est servi.
Je trouve l'association combat dans la glace/cyborg très sympa. Le lieu faisant écho au cyborg qui est une machine plutôt froide.

En somme c'est un film comme les autres qui n'apportent aucun nouveau scénario mais qui se regarde avec plaisir.

8/ Broly le super guerrier (1993)

Alors là on commence la trilogie Broly. Une trilogie très décevante qui avait pourtant un potentiel de géant.
On a sur le papier un combat face au guerrier le plus puissante de l'univers, ce qui est pour le premier film vrai.

Le début avec la chanson de Krilin doit être la meilleure chose du film. Le reste est très ennuyeux.
En fait l'ambiance ne prend pas à cause de comics relief comme précisé dans ton avis et puis... Le film est long et lent... Si l'histoire était aboutie, à pourquoi pas mais là déjà on ne rentre pas dedans et il se passe trop peu de choses. 40 min avant un combat digne de ce nom c'est long pour un film DBZ.

C'est vrai que les différentes réactions des personnages dans le film sont démesurées, entre Végéta qui abandonne pour rien et Trunks qui pète un câble pour... rien.

Le combat également est en-dessous des attentes. Bon le personnage est surpuissant ok... Mais quatres sayens ne peuvent rien faire ?

Du coup le film le plus long souffre de gros problèmes de rythmes, d'une histoire peu entraînante et de scènes de combat peu jouissives. On nous vend un personnage légendaire qui s'essouffle on a le droit à l'un des plus mauvais DBZ.

9/ Les mercenaires de l'espace (1993)

Oui effectivement cet OAV est déjà bien meilleur que Broly. Le tournoi est alléchant mais je suis plutôt nostalgique des petits tournois de l'époque Dragon Ball, là où Sangoku avait encore du mal face à des humains puissants.

Et donc ça se déroule comme j'aime peu, on voit défiler les différents combats inutiles pour arriver à des participants qui sont les protagonistes de la série. Les combats à défaut d'être supers sont tout de même sympathiques.

Je préfère les combats qui suivent avec les mercenaires. Je dois avouer que j'aime bien le fait qu'il y a ait une présence féminine. D'ailleurs j'aurai aimé que les combattants soient séparés plus longtemps et qu'ils affrontent individuellement les mercenaires. Bon pour une fois Sangohan bat le boss ultime même si l'idée est reprise du combat contre Cell en majorité.

Oui, cet opus reste très sympa malgré de petits défauts.

10/ Le retour de Broly (1994)

La suite tant attendue... Bon ça reste assez moyen mais c'est mon préféré de la trilogie. Faire revenir un acien méchant, pourquoi pas... Mais lui faire perdre toutes ses compétences... Heu...

Bon j'aime bien le film même s'il n'est pas du tout raccord avec le premier. Dans le premier Broly était l'être le plus puissant de l'univers, ici c'est un vieux rabougri qui ne sait pas battre une fille et deux enfants. Dans le premier film Broly tenait tête sans aucune difficulté à quatre sayens, ici il n'arrive pas à faire du mal à deux petis sayens.

Mais bon après tout. Le rôle de Videl est sympa, Sangohan agit comme un grand frère et son combat avec Broly est pas si mal. L'apparition surprise de Krilin est même très innatendue, mais dur de redorer le blason après avoir servi de comic relief durant plus de 5 OAV.

En définitif le moins mauvais de la trilogie avec de bonnes idées qui malheureusement dénaturent le personnage de Broly.

11/ Brio Broly (1994)

Oui effectivement ce film est très mauvais, les combats sont mauvais, Bio Broly est...
Bon après j'aime bien le début peut-être qui reste sympa mais bon la fin part en complet n'importe quoi. Et puis le truc de Bio Broly je sais pas quoi qui coagule, il a détruit toute un écosystème. On a même l'impression qu'il y a un village sous la couche de liquide bizarre.

Et au moment où l'on croit que tout est fini, Broly réapparaît des eaux et... ne fait rien. Il ne sert à plus grand chose malheureusement.

Oui donc, un très mauvais OAV, pour ne pas dire le pire.

12/ Fusions (1995)

Ah je pense que ce film est mon préféré. Il a une telle ambiance, une telle musique. Je l'aime beaucoup.

Et pour tout dire Janemba (forme finale) est pour moi le méchant le plus classe des OAV avec son épée et ses téléportations, il a du style.  Cool

L'histoire en elle-même est méga simpliste mais les lieux différents, l'ambiance complètement différente aussi font de ce film un truc unique.

Ici tout le monde est servi. Ceux fan des combats épiques et très premier degré avec Janemba et ceux qui préfèrent l'humour avec l'histoire secondaire et les morts qui reviennent.
Ce qui est bien c'est qu'on a ces deux sujets mais ils sont traités indépendamment l'un de l'autre et aucun n'empêche l'autre de s'épanouir.
Sur ce point c'est très bien réussi, les moments humoristiques de l'histoire secondaire ne font pas barrage à l'epicness de l'histoire principale.

C'est ce que je recherche dans un OAV, de l'humour et de l'action bien dosés. Vous avez compris, c'est mon film préféré.

13/ L'attaque du dragon (1995)

Je me souviens à l'époque j'avais le DVD  Dragon Ball Z : le film, je me regardais donc Fusions et celui-ci en boucle.
Et alors celui-ci a un scénario plutôt sympa, du moins un background plus crédible que celui de Broly pour comparer.

Le personnage de Tapion est très classe c'est vrai. C'est plus un anti-héros, il se comporte mal non pas parce qu'il l'est mais pour protéger les gens... Enfin c'est un héros qui apparaît comme un anti-héros.

Par contre j'aime pas tellement le combat ici, malgré l'histoire très intéressante, la bataille fait moins mouche.
Mais ça reste tout de même un des meilleurs films sans problème.

14/ Dragon Ball Z : Salut ! Son Goku et ses amis sont de retour (2008)

C'est vraiment comme tu dis le film fan-service de base, aucun scénario, aucune nouveauté. Bon et puis le titre au moins n'est pas trompeur, on s'est à quoi s'attendre.
Non franchement heureusement qu'il dure pas longtemps parce qu'on finit par s'ennuyer, c'est très vite oubliable.

15/ Battle of Gods (2013)

J'ai été vraiment déçu du résultat final du film.

On avait là un projet louable, une histoire de base capable de transcender et d''avoir des combats épiques. Malheureusement le tout est gâché par l'humour. Car il y en a trop.
Le problème c'est qu'il n'y a pas une bonne alchimie entre l'humour et l'action, le premier dénigrant le second. On ne peut pas rentrer dans le film avec un méchant qui bouffe tout et n'importe quoi et qui est content de manger du pudding (humour nippon quand tu nous tiens).

A aucun moment on ne ressent du danger malgré le postulat de base qui nous montre le Dieu de la destruction, le plus puissant être de l'univers 7...
On y arrive pas et c'est dommage parce que les rares scènes de combats sont géniales, elles sont jouissives.

La bande à Pilaf est ma foi assez drôle tout de même, cependant elle contribue grandement à rendre le film stupide là où il pouvait être beaucoup beaucoup plus sombre...

Le super sayen God est une bonne idée, pour une fois encore permettre à Sangoku ou aux Sayen en général d'être plus puissants. Mais là la fameuse incantation est assez étrange je trouve et le rythme s'affaiblit.
En fait le rythme ne décolle vraiment jamais à cause de l'humour qui fait retomber tout ce côté plus action.

Voilà c'est ce que je regrette, en plus Whis promettait du lourd et il s'avère être le maître de Bills, on peut s'attendre à quelque chose de très épique par la suite si on ne roule pas dans le même problème.


Encore une fois bravo pour tes avis. Je suis vraiment désolé de ne pas y avoir répondu avant, c'est assez malpoli parce qu'elles sont vraiment bien travaillées. Bravo !
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #220 le: Aot 29, 2014, 10:15:18 »

Bravo pour tout ce long message Springfield83. Sourire

Citation
D'ailleurs, merci, je ne savais pas du tout que cette histoire avait été recoupée pour le format de la série.
J'ai dit ça, moi, sur Garlic ? EDIT : Ah non je vois ce dont tu parlais. Non c'est un peu différent Ils ont fait "le retour de Garlic" dans la série sur 10 épisodes filler, juste après la saga Freezer. Comme l'anime suit la publication du manga papier et que parfois ça ne va pas assez vite, ils ont gagné quelques mois de diffusion comme ça.

Disons que le robot des glaces quand je l'avais découvert j'étais tombé dessus totalement par hasard un soir d'été de 2002 je crois à la télé où y'avait pas grand chose alors ça reste un bon souvenir d'autant qu'à l'époque j'étais (un peu, je détestais déjà Broly) moins exigeant.

Le combat du combat fratricide ne se déroule pas seulement de nuit non (j'ai souvenir de Yamcha et Krilin par exemple combattant de jour), mais une bonne partie oui. Le côté écolo me semblait assez évident je trouve, bien que pas trop envahissant, un message écologique relativement subtil c'est rare.

Pour les 2 Cooler vu les horreurs qu'on a pu avoir par ailleurs, globalement les deux sont recevables malgré toutes les vieilles ficelles scénaristiques et les copiés/collés. J'aime vraiment bien le combat Goku/Vegeta/Cooler dans le second.

L'offensive des cyborgs je l'avais en VHS alors je l'ai beaucoup regardé, même si j'ai toujours été traumatisé par le coup dans les burnes. Souriant

Fusions Janemba classe... euh... une fois transformé oui, parce qu'avant... Grimaçant Grimaçant Le côté ridicule du film m'a un peu dérangé même si on se rapproche de Dragon Ball quelque part.

L'attaque du dragon j'adore le combat ! Hérétique ! Choqué Et l'intervention finale de Goku + l'attaque du dragon, ça a la classe puissance 1000.

T'inquiète pas si tu n'y as pas répondu avant, après tout, tu restes le premier à y avoir réagi intégralement. Je remarque quand même qu'on n'a que très très peu de désaccords c'est cool (surtout sur Broly où je suis intransigeant).
« Dernière édition: Aot 29, 2014, 10:40:55 par Regismo » Journalisée

Springfield83
Membre de la famille Simpson
****
Messages: 6324



Voir le profil
« Répondre #221 le: Aot 29, 2014, 17:46:29 »

Oui pardon, je me suis mal exprimé sur les épisodes de Garlic. ^^

Disons que le robot des glaces quand je l'avais découvert j'étais tombé dessus totalement par hasard un soir d'été de 2002 je crois à la télé où y'avait pas grand chose alors ça reste un bon souvenir d'autant qu'à l'époque j'étais (un peu, je détestais déjà Broly) moins exigeant.
Et bien je ne l'ai découvert que cette année pour ma part. c'est un OAV sympa c'est vrai.

Le combat du combat fratricide ne se déroule pas seulement de nuit non (j'ai souvenir de Yamcha et Krilin par exemple combattant de jour), mais une bonne partie oui. Le côté écolo me semblait assez évident je trouve, bien que pas trop envahissant, un message écologique relativement subtil c'est rare.

C'est vrai que maintenant que tu le dis, il doit y avoir des scènes de combat durant le jour. Bah c'est vrai que ça parlait de la nature mais j'ai jamais tilté, parfois ça m'arrive de ne pas réagir.  Triste

Pour les 2 Cooler vu les horreurs qu'on a pu avoir par ailleurs, globalement les deux sont recevables malgré toutes les vieilles ficelles scénaristiques et les copiés/collés. J'aime vraiment bien le combat Goku/Vegeta/Cooler dans le second.
Oui ça reste des OAV acceptables mais bon sans utiliser ces ficelles on aurait eu quelque chose d'original. Pas besoin de faire quelque chose d'extra innovant mais au moins quelque chose qui change de l'ordinaire en terme de scénario.

L'offensive des cyborgs je l'avais en VHS alors je l'ai beaucoup regardé, même si j'ai toujours été traumatisé par le coup dans les burnes. Souriant
J'ai été moins traumatisé que toi alors parce que j'ai très peu de souvenir de cette scène.  Souriant

Fusions Janemba classe... euh... une fois transformé oui, parce qu'avant... Grimaçant Grimaçant Le côté ridicule du film m'a un peu dérangé même si on se rapproche de Dragon Ball quelque part.
Ah oui je parlais de la forme finale, il est vraiment classe, belle représentaion du diable entre autre avec les cornes.

L'attaque du dragon j'adore le combat ! Hérétique ! Choqué Et l'intervention finale de Goku + l'attaque du dragon, ça a la classe puissance 1000.
Quitte à comparer je préfère le combat contre Janemba que celui-ci même si effectivement l'attaque du dragon est vraiment pas mal dans son genre.  Cool
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #222 le: Septembre 05, 2014, 16:04:09 »

D'ici grosso merdo un mois (je finis l'intégrale d'une autre série d'abord) je pense me refaire l'intégrale de la série, DB+DBZ+DBGT non j'déconne évidemment.

J'ai une version faite par mes gros doigts, une version remontée par mes soins pour virer le plus de filler possible, de doublages merdique possible (aidé par DBZ Kai des fois), et remettre les passages censurés autant que possible. J'ai oublié le nombre exact d'épisodes mais environ 160 épisodes (DB + DBZ) de 24 à 26 minutes.
Journalisée

H_2_B
Administrateur
Super vice-président
*****
Messages: 4227


I'm Bi-winning !


Voir le profil
« Répondre #223 le: Septembre 05, 2014, 17:28:43 »

Moi je suis toujours en plein visionnage de la totalité de la série, GT compris. Pour l'instant, j'en suis à 150 épisodes de DB. Plus que 3 et je passe à DBZ. C'est long, très long... Je me suis aussi fait les 4 films DB, tant qu'à faire. Et même les fillers, je prends plaisir à les regarder. Je crois que la nostalgie joue un grand rôle là dedans.
Journalisée

The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 26873


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #224 le: Septembre 05, 2014, 17:31:02 »

Oui y'a plutôt intérêt car autant la trame principale ça va, autant pour arriver à digérer les filler, ça doit pas être ça... Lèvres scellées

A mon goût, GT la seule chose de bien c'est l'opening qui est sympa.
Journalisée

Pages: 1 ... 13 14 [15] 16 17 18 Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.14 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC
Simple Audio Video Embedder
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !