Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: N'oubliez pas le tournoi en cours : Le Grand Tournoi des films

+  Forum The Simpsons Park
|-+  General Category
| |-+  Bruits de couloir
| | |-+  Cinéma/Télévision (Modérateur: Bart78)
| | | |-+  Sujet cinéma
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 ... 660 661 [662] Imprimer
Auteur Fil de discussion: Sujet cinéma  (Lu 381801 fois)
The Phenom
Membre des tailleurs de pierre
***
Messages: 719



Voir le profil
« Répondre #9915 le: Janvier 05, 2018, 05:04:26 »

Mon avis sur ce  Star Wars VIII, d'un certain côté, pour moi, c'est le pire Star Wars que j'ai vu de toute ma vie, je me suis fait chié d'une forme comme rarement j'avais hâte que ça se termine, mais d'un autre coté y'a quand même des trucs qui était assez sympa, on va être honnête. Mais voilà, je demandais juste le truc le plus basique qui était de passer un bon moment et je n'ai pas passer un bon moment. Je me suis profondément ennuyé face à ce film. En gros c'est la première heure et demi de film qui est d'une longueur... l'introduction est un énorme climax de film à lui tout seul... Passer l'introduction est un d'ennui mortel, ça fait du surplace, ça part dans tout les sens comme Valérian et la Cité des mille planètes, ça ne sait pas où aller et une fois que l'intrigue se resserre, on va dire pendant l'énormissime climax de fin là pour le coup j'étais content, ça m'a réveillé surtout au niveau des enjeux de ce qui se passe.

Il y a quand même des trucs intéressants, faudra au moins le signaler. Mais également d'autres trucs qui n'ont vraiment pas marché pour moi. La rédemption de Kylo c'est pas encore ça et je suis un peu dégouté avec qu'ils ont fait parce que pendant un moment ça allait dans une bonne direction, par contre Luke Skywalker qui fait de la figuration limite je vais dire, est-ce qu'il a une scène de combat? Il a une demi-scène de combat et est-ce qu'il meurt à la fin? Oui, il fait son gros sacrifice et j'ai trouvé ça quand même pas mal, je dois dire. Il y a un moment qui est totalement n'importe quoi dans le film, t'as Leia qui ce fait exploser sur son vaisseau, qui ce fait éjecter dans l'espace et qui survie... je veux dire elle survie alors que t'as l'explosion, t'es à moins je ne sais pas combien de degré sous zéro, t'as pas d'oxygène... elle se réveille, sait pas qu'elle se téléporte, mais avec le pouvoir de la force, je ne peux pas expliquer ça, elle arrive à retourner jusqu'au vaisseau en flottant sans crever. Même un Jedi ne pourrait pas survivre à ça. Je veux dire y'a des Jedis qui sont morts pour moins que ça et elle y arrive sans aucun problème, je ne comprends absolument pas ça. À la limite je me dis que c'est grâce à la force mais je ne peux même pas expliquer ça avec la force, pour moi ça s'explique juste par  "ta gueule, c'est magique !", voilà. Je n'ai pas aimé. Cette scène m'a sortie un peu de ma crédulité dans l'univers. J'accepte les bruits de laser dans l'espace, mais un corps biologique qui n'explose pas sous la dépression et qui ne se cristallise pas entièrement dans le froid spatial... Je n'y ai pas cru. Et son envol de sorcière n'a pas arrangé les choses.

Donc voilà, en gros, pendant 1h30 je me suis dit "C'est le pire Star Wars que j'ai vu de ma vie", puis là y'a le climax de fin qui au moins a de l'action et là je me suis dis "Tiens y'a des thèmes intéressants"
« Dernière édition: Janvier 05, 2018, 05:11:31 par The Phenom » Journalisée
Masta
Garbage-Man
**
Messages: 129


Life : best in the world, best of the weird


Voir le profil WWW
« Répondre #9916 le: Janvier 05, 2018, 20:49:04 »

Ah fallait bien que ce Star Wars déchaîne les passions Grimaçant Perso je comprends qu'il déplaise, que ce soit par ses défauts évidents ou par ses choix scénaristiques qui ne pouvaient pas contenter tout le monde. Aussi comme le 7 était assez bancal sur quelques points, le 8 ne pouvait qu'en pâtir par association, donc ceux qui n'avaient déjà pas apprécié le virage de Force Awakens auraient difficilement pu être convaincus. (Par contre ceux qui veulent le supprimer de la saga, que ça déshonore Star Wars... bullshit).

Mais... j'ai beau reconnaître ses défauts et problèmes (de ceux que Régis m'a évoqué, j'ai rarement été en désaccord si je suis objectif), hé bien... j'ai beaucoup aimé ce film ! Peut-être est-ce parce que je ne suis pas un gros fan de Star Wars (même si j'aime beaucoup la saga), mais même si le film a frôlé la sortie de piste à deux trois reprises pour moi, même s'il est très maladroit, il dégage quelque chose de particulier qui me fascine. Ceci est en partie lié non pas au film en tant que tel, mais en ce que le film représente pour la saga. Voyez ci-dessous si vous avez le courage de lire mon pavé Clin d'oeil (Pas de vrai spoiler)

---------------

J'en ai parlé ici et là mais plus le temps passe, plus Star Wars me fascine, davantage par les réactions que la saga suscite que pour les films en eux-mêmes. Non pas que ceux-ci n'attirent pas ma curiosité ou me laissent indifférent, que du contraire. Mais en tant que personne appréciant beaucoup Star Wars sans lui vouer un certain culte, j'ai forcément une vision un peu différente des fans hardcore. Or Star Wars me semble l'exemple ultime de la saga que l'on s'est appropriée. Plus qu'à Lucas ou Disney, elle appartient aux fans. Ou du moins, c'est le sentiment qu'ont beaucoup d'entre eux, consciemment ou non. Cette appartenance joue sur leur sensibilité et leur jugement et ainsi, chaque scène sera scrutée à la loupe, chaque personnage aura une importance décuplée, aboutissant à une opinion des plus tranchées Voyez les débats acharnés autour du "Han shot first" et le déferlement de haine contre Jar-Jar Binks pour ne citer que des exemples marquants.

J'ai donc le sentiment qu'on pardonne de moins en moins de choses à Star Wars. La prélogie très contestée a sans doute eu son rôle à jouer. Il était donc logique que le Réveil de la Force reste en terrain connu pour en froisser un minimum. Ironiquement (mais aussi logiquement), cette volonté de rester fidèle lui a été reprochée, son décalquage de l'épisode IV étant à la fois sa principale force et sa principale faiblesse. Les uns appréciaient cet attachement et cet amour pour l'univers ainsi que ce jeu de miroir entre les générations, les autres pointant du doigt l'absence du facteur "wow" et de renouvellement, aboutissant à l'impression que, plus que jamais, Star Wars n'était plus qu'un objet marketing... ce qu'il était déjà dès la trilogie originale. Ewoks les gars...

Puis vint Rogue One qui, grâce à sa position de spin-off, avait davantage la possibilité de se différencier, d'oser plus. Cela s'est fait dans la douleur avec les fameux reshoots mais cette maladresse n'a pas effacé ses qualités, le souffle épique et l'aspect tragique lui permettant de se distinguer davantage, jusqu'à même surpasser le Réveil de la Force pour certains (moi compris). Feu vert donc pour un épisode VIII chargé de prendre un nouvel envol et instaurer définitivement une dynamique neuve. Or cela tombe bien, c'est exactement la thématique principale du film : laisser le passé de côté. Ce qu'il ne fera pas sans problèmes

Les Derniers Jedi a des défauts évidents. On sent une hésitation dans le ton, la majorité des pointes d'humour étant au choix hors propos ou mal insérées. Cela donne dans un premier temps un rythme maladroit où plusieurs scènes importantes n'ont pas eu l'impact mérité. Aussi, les réactions des personnes semblaient plus d'une fois quelque peu aléatoires, plus guidées par le besoin de faire avancer l'histoire que par une réelle logique ou caractérisation. A croire que le film ne savait pas toujours où donner de la tête. Enfin plusieurs choix scénaristiques ont de quoi irriter avec notamment une utilisation pour le moins "cheaté" de la Force, sans oublier qu'au final, toutes les questions laissées en suspens dans l'épisode VII ne sont pas vraiment résolues. Et ne semblent pas nécessairement en voie de l'être pour le prochain opus.

Ces défauts existent et pourraient avoir trompé certains sur la marchandise. Au départ, ils m'avaient refroidi et faire craindre un opus décevant. Ils m'empêchent d'ailleurs toujours de mieux noter ce film, quand bien même j'aimerais bien. Car heureusement il n'est pas décevant et même très bon grâce à toutes ses qualités. Cela ne fait pas oublier ses problèmes mais aucun Star Wars n'était parfait. Les premiers épisodes faisaient juste un meilleur travail pour cacher les trous de son scénario et en tant qu'épisodes "originaux", nous cherchions moins les problèmes que pour ces derniers travaux. Les premiers pouvaient se contenter d'exister, les derniers doivent justifier leur présence. Heureusement Les Derniers Jedi le fait surtout sur deux principaux points : le refus du manichéisme et la volonté d'émancipation.

L'identité de Vador et le caractère de Han Salo avaient déjà posé de bonnes bases pour signaler que tout n'était pas aussi simple et que la frontière entre le côté obscur et la lumière n'était pas si épaisse. Rogue One avait complété ça avec une résistance n'ayant pas nécessairement les mains propres. Les Derniers Jedi s'en fait une spécialité, de par le tiraillement de Kylo Ren et Rey, les stratégies de la République pour juste survivre ou les démons intérieurs de Luke Skywalker. Tout cela est pertinent et participe à humaniser cette galerie de personnages, nous faisant presque oublier les quelques facilités d'écriture auxquelles je faisais allusion. On a même droit à une dose de cynisme via le personnage roublard de Benicio Del Toro, qui remarque bien qu'en temps de guerre, le profit reste roi et qu'importe si on est "bon" ou "mauvais". Sachant qu'on traite Star Wars de machine à fric depuis le rachat par Disney, j'oserais presque dire qu'il s'agit d'un commentaire meta.

Ce qui m'amène à cette fameuse émancipation,à la fois dans ce que raconte le film et ce qu'est le long-métrage lui-même. Cela se sent notamment via l'arc narratif d'un Luke Skywalker ne considérant plus les Jedi comme sacrés, jusqu'à rappeler leur échec face à la prise de pouvoir de Dark Sidious, et qui sera amené à clore le chapitre de ces chevaliers de l'espace, tout en restant un symbole pour la prochaine génération. Ou comment rappeler que Star Wars n'avait pas pour vocation à devenir le film culte qu'il est (comme Luke), que la saga a fait des erreurs (la Prélogie, enough said) mais quitte à avoir obtenu un tel statut, autant continuer à faire rêver. Un parallèle qui me fascine personnellement.

Émancipation également de mise chez Kylo Ren, personnage qui incarne presque à lui seul la trilogie N°3 en tant qu'antagoniste rejeté dans l'ombre de Dark Vador et condamné à subir des comparaisons défavorables. Parallèle on ne peut plus évident et pertinent ici. Le voir briser son casque n'était donc que logique (première scène forte du film) et faisait office de premier geste d'indépendance. On le voit toujours tiraillé entre les deux côtés (refus manichéisme again) mais plus déterminé à faire régner sa part d'ombre, le rendant plus menaçant mais toujours attachant.

Cela permet aussi à Adam Driver d'offrir une excellente performance, plus juste que dans l'épisode VII. Le bonhomme est clairement le meilleur aspect de la jeune garde, sans rien retirer à la bonne volonté des Ridley, Boyega et Isaac qui ont toute ma sympathie. Cela étant, leurs prédécesseurs volent la vedette sans problème. Notre regretté Carrie Fisher nous quitte en beauté avec un temps de présence à l'écran lui rendant justice et une implication sans fausse note (en dépit d'une scène assez abusée). Mais bien entendu, c'est ce cher Mark Hamill qui l'emporte, le bonhomme ayant une présence magnétique phénoménale, parvenant à intriguer, émouvoir, effrayer même brièvement, jusqu'à acquérir une "badassitude" qui force le respect, le plus souvent rien que par sa gestuelle et son regard. Ironique pour quelqu'un ayant basé une bonne partie de sa carrière sur le doublage mais prouvant un grand talent qui aurait mérité d'être plus exploité ailleurs.

Enfin The Last Jedi parvient à avoir ce souffle épique qui manquait dans The Force Awakens, que ce soit via des batailles spatiales plus nombreuses, une réalisation plus personnelle, ou l'accent mis sur les nombreuses pertes humaines, là où la trilogie originale semblait ne pas en faire grand cas. Renforçant de fait la dimension humaine que l'on aime tant dans la saga. Ajoutez à cela une musique toujours optimale (quoique dépourvue de nouveau thème fort), un bestiaire des plus sympathiques, un BB-8 aussi adorable qu'improbable et un fan-service très bien géré, même émouvant à plus d'une reprise et servant la thématique principale du film le temps d'une scène. Idem pour ces fameux choix scénaristiques qui peuvent faire tiquer mais qui trouvent pour la plupart une cohérence, à la fois dans la volonté du film de partir sur autre chose, et dans l'arc narratif des personnages.

Les temps changent, la fascination reste. Star Wars est maladroit, étrange et rempli de défauts mais spectaculaire, intriguant et diablement attachant. Comme l'espèce humaine en fait.

----------

Ah et si jamais vous vous demandez :

1) Empire Strikes Back
2) Return of the Jedi
3) A New Hope
4) The Last Jedi
5) Rogue One
6) Force Awakens
7) Revenge of the Sith
Cool Phantom Menace
9) Attack of the Clones

Je ne donne pas de note mais sachez qu'en dehors de l'épisode 2 qui m'a globalement ennuyé, j'apprécie tous les autres, même l'épisode 1 qui, je l'avoue, a droit à ma bienveillance nostalgique, étant le premier épisode que j'ai vraiment pu voir de bout en bout.
« Dernière édition: Janvier 05, 2018, 20:53:23 par Masta » Journalisée

The Phenom
Membre des tailleurs de pierre
***
Messages: 719



Voir le profil
« Répondre #9917 le: Janvier 06, 2018, 04:17:53 »

Je ne suis pas un gros fan de Star Wars non plus, quand je regarde ça c'est juste dans le but d'être diverti et je me suis pourtant fait chié pendant 1h30 mais le climax de fin est très bien je dois dire. Mais à cause de l'introduction totalement chiante qui semble sans fin, ça fais juste me garder mon avis qu'il n'y a pas eu de vrai bon Star Wars depuis les 80s.

Pour ceux qui veulent le supprimer de la saga, c'est vrai que ça va loin mais je les comprends quand même... moi j'aimerais bien effacer Alien: Covenant de la franchise Alien ^^ Pas besoin de me lancer des insultes plein la gueule ceux qui ont aimé, je ne relance pas le débat. De toute façon, Alien: Covenant à mes yeux est qu'une parodie de Alien, je veux dire ça peut pas avoir été fait en étant sérieux à 100%... donc je le considère même pas parmi la franchise et ça me suffit, pas besoin de l'effacer "officiellement". C'est comme ce Star Wars, y'a des scènes comme celle de Leia qui me fait dire que dans le fond, c'est qu'une parodie de Star Wars, même pas besoin de "l'effacer officiellement" de la franchise.
Journalisée
The Reg
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 22569


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #9918 le: Janvier 12, 2018, 15:18:21 »

Depuis un mois, je n'ai pas vu beaucoup de films comparé à des fois, mais tout de même 22.

Pour la peau d'un flic
Réparer les vivants
The birth of a nation
Les animaux fantastiques
Rec
The circle
Alabama Monroe
Quand la femme s'en mêle
Le poison
Le reptile
Diane de Poitiers
La dernière fois que j'ai vu Paris
Appelez-moi monsieur Tibbs
Les Anges aux poings serrés
Star Wars Episode VIII : Les derniers Jedi
Un tueur dans la foule
L'étoffe des héros
Ligne rouge 7000
Chambre 1408
Le concert
Escapade à New-York
Esther


Je me suis fait du rattrappage Sidney Poitier, une des dernières superstars vivantes d'Hollywood qui était déjà célèbre avant les années 60. Appelez-moi monsieur Tibbs (1971) que j'ai bien aimé sans plus, une suite à Dans la chaleur de la nuit (1967) tout de même en-dessous. Par contre si vous n'avez pas vu Dans la chaleur de la nuit (1967), foncez ! Les Anges aux poings serrés (1967) qui était bien, que très sage aujourd'hui (les jeunes anglais révoltés des 60's c'est pas vraiment aussi hardcore qu'aujourd'hui... ^^) et je vais bientôt voir L'esclave Libre.

Pour ce qui est récent, j'ai notamment été assez déçu par Les animaux fantastiques qui n'était pas... fantastique... et donc le dernier Star WarsTriste

Pour ce qui est de mes conseils, il y aurait Esther (2009) que j'ai vu hier et qui a été une très bonne surprise. Escapade à New-York (1970), une bonne petite comédie, Le poison (1946) un film de Billy Wilder (rien que ça devrait mettre en confiance) sur l'alcoolisme.
Journalisée


Régis
Dr. Nick
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 12619


Wanted dead or alive


Voir le profil
« Répondre #9919 le: Janvier 12, 2018, 17:59:05 »

Je suis d'accord pour Les Animaux Fantastiques, il m'a bien déçu moi aussi. Ça m'a rendu triste. Snif.
Journalisée

Ever danced with the devil in the pale moonlight ?

Lenny Bar
Administrateur
Super vice-président
*****
Messages: 4496


Mortecouille !

stauf6@hotmail.com
Voir le profil
« Répondre #9920 le: Janvier 17, 2018, 17:47:03 »

Comme souvent, je n'ai pas vu grand chose dans ta liste, Régis. Seulement 3.

Perso j'ai bien aimé Les animaux fantastiques

Qu'est-ce que tu as pensé de Chambre 1408 ? J'ai aussi beaucoup aimé.

J'ai vu Le poison aussi et... bof, je n'en garde pas un excellent souvenir. Il m'a plutôt ennuyé.
Journalisée

Pages: 1 ... 660 661 [662] Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.14 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC
Simple Audio Video Embedder
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !