Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Accueil Aide Rechercher Calendrier Identifiez-vous Inscrivez-vous
Nouvelles: N'oubliez pas les tournois en cours : Le Grand Tournoi des films - Le Grand Tournoi des chansons

+  Forum The Simpsons Park
|-+  General Category
| |-+  Bruits de couloir
| | |-+  Musique (Modérateur: Bart78)
| | | |-+  Paroles de chansons
« sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 [2] 3 4 5 Imprimer
Auteur Fil de discussion: Paroles de chansons  (Lu 29225 fois)
The Reg Noël !!!
Administrateur
Je suis Dieu ! Wouhou !
*****
Messages: 28144


Le porc est dans la porcherie...


Voir le profil
« Répondre #15 le: Juin 06, 2011, 21:53:38 »

Je commence un peu de propagande Modienne (ma traduction résumée en-dessous) :

Blasphemous Rumors, de Depeche Mode (1984)


Girl of 16
Whole life ahead of her
Slashed her wrists
Bored with life
Didn't succeed
Thank the lord
For small mercies

Fighting back the tears
Mother reads the note again
16 candles burn in her mind
She takes the blame
It's always the same
She goes down on her knees
And prays

I don't want to start
Any blasphemous rumours
But I think that God's
Got a sick sense of humour
And when I die
I expect to find Him laughing

Girl of 18
Fell in love with everything
Found new life
In Jesus Christ
Hit by a car
Ended up
On a life support machine

Summer's day
As she passed away
Birds were singing
In the summer sky
Then came the rain
And once again
A tear fell
From her mother's eye


Pour les réfractaires à l'anglais, cette chanson, Blasphemous Rumors (j'en ai tiré un gag dans mon script des Simpson "la centrale infernale") parle d'une fille de 16 ans qui hait la vie et qui se tranche les veines. Elle survit. Elle remercie le seigneur et trouve une nouvelle vie dans la religion, à 18 ans elle est épanouie... mais elle se fait heurter par une voiture, et en meurt. Et le refrain et la moralité de cette chanson "Dieu à un sale sens de l'humour, et quand je me mourrais je m'attends à le voir rire".

Cette chanson a choqué les personnes très pieuses en 1984 à l'époque de sa sortie... elle les choque toujours. Loin d'être la plus connue du groupe, elle reste un de leurs classiques.
Journalisée

homey
Invité
« Répondre #16 le: Juin 07, 2011, 10:54:44 »

Hotel California-The Eagles:



On a dark desert highway, cool wind in my hair
Warm smell of colitas rising up through the air
Up ahead in the distance, I saw a shimmering light
My head grew heavy, and my sight grew dimmer
I had to stop for the night
There she stood in the doorway;
I heard the mission bell
And I was thinking to myself,
'This could be Heaven or this could be Hell'
Then she lit up a candle and she showed me the way
There were voices down the corridor, I thought I heard them say...

Welcome to the Hotel California
Such a lovely place (such a lovely flace)
Plenty of room at the Hotel California
Any time of year, you can find it here

Her mind is Tiffany-twisted, She got the Mercedes Benz
She's got a lot of pretty, pretty boys, that she calls friends
How they dance in the courtyard, sweet summer sweat.
Some dance to remember, some dance to forget
So I called up the Captain, 'Please bring me my wine'
He said, 'We haven't had that spirit here since 1969'
And still those voices are calling from far away
Wake you up in the middle of the night
Just to hear them say...

Welcome to the Hotel California
Such a lovely Place (such a lovely face)
They livin' it up at the Hotel California
What a nice surprise, bring your alibis

Mirrors on the ceiling, the pink champagne on ice
And she said 'We are all just prisoners here, of our own device'
And in the master's chambers, they gathered for the feast
They stab it with their steely knives, but they just can't kill the beast
Last thing I remember, I was running for the door
I had to find the passage back to the place I was before
'Relax' said the nightman, We are programed to receive.
You can check out any time you like, but you can never leave
Journalisée
Pitite_Maggie
Employé du bar de Moe

Messages: 13


lamiss_du85@hotmail.fr
Voir le profil WWW
« Répondre #17 le: Juin 15, 2011, 12:28:39 »

Soprano - Château de sable

C'est sous le prehaut des colléges la premiére fois qu'on c'est touché les lèvres
Depuis mes yeux te chantent ne me quitte pas de brèle
Je me rappel on se parler qu'avec des poèmes
On passé des nuit blanche a s'endetter chez SFR
On refesait le monde avec le pinceau de notre uthopie
On se raconter nos vie comme lors d'une thérapie
On revait d'une grande famille au bord de mer, d'une grande cérémonie après le OUI devant le maire
C'était nous contre le monde et ca quoi qu'il arrive
Pire quand mon épiderme ta rendu orpheline
On c'était promis de voyagé sur le dos d'un éléphant traverser les océans pour s'échouer sur une ile
Tu revais d'être infirmière et moi d'être avocat
On c'est jurer que nos enfants aurait la Baraka
On croyait que notre amour nous protégerait de tout
Mais la vie de couple ne se resume pas qu'a I love you ..

Refrain :
On croyait que l'amour nous suffirait
On croyait que l'amour nous sauverait
On croyait que l'amour nous protégerait
Mais la vie avec le temps nous a volé nos rêves ..


6 ans plus tard j'ai l'impression que les nuages ne pleure que sur nos tête
Agent de secu sa ne suffit pas pour rembourser nos dettes
Femme de ménage sa ne suffit pas pour remplir les assietes
De ces bijoux qui n'ont jamais demander a naître
Dis moi A quoi sert mon bac +5?
A quoi sert d'être un homme honnete quand tu n'peux pas mettre a l'abris les gens que t'aime
Dis moi, je perd la tête aide moi
Car les problème me font aimer la bouteille
Aide moiii
En plus sur ces volé nos jeunesse
Les années nous ont changé et la routine a volé nos promesses
Dans nos ni familiale , on bat de l'ail et on se crache des nom d'oiseaux a force d'avoir des brise de bec
Malgrer ca, jconnais tes sentiments pour moi
Pourtant aujourd'hui on se parle qu'a travers nos avocats
On croyait que l'amour nous protégerait de tout
Mais la vie de couple ne résume pas qu'a I love you..

Refrain:
On croyait que l'amour nous suffirait
On croyait que l'amour nous sauverait
On croyait que l'amour nous protégerait
Mais la vie avec le temps nous a volé nos rêves ..

Awa Imani:
Et si on m'avait dis un jour qu'on en arriverait la
Je nlaurais pas cru
Nous qui étions si lié que nous est-il arriver ?
Que nous est-il arriiiiver ,

Refrain:
On croyait que l'amour nous suffirait
On croyait que l'amour nous sauverait
On croyait que l'amour nous protégerait
Mais la vie avec le temps nous a volé nos rêves ..

On croyait que l'amour nous suffirait
Soprano:
On croyait que l'amour nous sauverait
Awa:
On croyait que l'amour nous sauverait
Soprano:
On croyait que l'amour nous suffirait
Awa:
On croyait que l'amour nous protégerait
Soprano:
On croyait que l'amour nous protégerait
Awa:
Cette vie nous a volé nos rêves..

C'est sous le prehaut des colléges la premiére fois qu'on c'est touché les lèvres
Depuis mes yeux te chantent ne me quitte pas de brèle
Je me rappel on se parler qu'avec des poèmes
On passé des nuit blanche a s'endetter chez SFR
On refesait le monde avec le pinceau de notre uthopie
On se raconter nos vie comme lors d'une thérapie
On croyait que notre amour nous protégerait de tout
Mais la vie de couple ne se résume pas qu'a I love you ..
Journalisée
Léo Pard
Administrateur
Membre de la famille Simpson
*****
Messages: 5369



Voir le profil
« Répondre #18 le: Juin 15, 2011, 16:08:03 »

Il est de temps de relever le niveau de ce topic. Cool

Les Charlots - Le grand vicaire : http://www.youtube.com/watch?v=4qAfRPV1XlU

A la Pentecôte quand l'herbe est trop haute
Moi je la coupe à la faux
Ma femme l'entasse au râteau
Et l'curé la broute  
Et l'curé la broute  
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu la brouter
N'a jamais pu la brouter
C'est ce qui l'emmerde

Quand se paralyse la cloche de l'église
Moi j'dis qu'il faut réfléchir
Ma femme dit qu'il faut agir
Et l'curé la branle
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu la branler
C'est ce qui l'emmerde

Chez nous sur nos crânes, foin de bonnets d'ânes
Moi je porte des képis
Ma femme porte des bibis
L'curé les calottes
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais décalotté
C'est ce qui l'emmerde

Quand sur notre place on vend de la glace
Moi je dis : j'veux pas transir
Ma femme dis : j'veux pas grossir
Et l'curé la suce
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu la sucer
C'est ce qui l'emmerde

Si par aventure, arrive une voiture
Moi j'm'occupe du moteur
Et ma femme des visiteurs
Et l'curé des charges
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu décharger
C'est ce qui l'emmerde

S'il se présente une flaque inopportune
Moi j'évite en vieux lascar
Ma femme fait des grands écarts
Et l'curé la saute
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu la sauter
C'est ce qui l'emmerde

Quand il faut remettre du tulle aux fenêtres
Moi je porte les anneaux
Ma femme porte les rideaux
Et l'curé la tringle
Mais le grand vicaire de santé précaire
N'a jamais pu la tringler
C'est ce qui l'emmerde




A noter que les paroles sont de Georges Brassens (véridique !).
Journalisée

Tosay
Super vice-président
****
Messages: 4198



Voir le profil
« Répondre #19 le: Juin 17, 2011, 21:34:58 »

dabbatchaz : le grand pardon

Cette musique parle des dernières secondes d'un condamné à mort

A lire et a écouter : http://www.youtube.com/watch?v=4n9zVNM_MAU&playnext=1&list=PL2B21F970746CF2D6



Mon père j'implore votre Pardon car je n'y peux rien
La vie a ses raisons qui font de moi un assassin
Une histoire banale, un drame de plus à compter
Une histoire de femmes qui tourne aux armes,
Les dés sont jetés
Je plaide coupable, oui accusé levez-vous
Damnée mon Âme en cette nuit je donnerais tout
Pour pouvoir rétablir, pouvoir rectifier
Un triste passé sans avenir, je suis condamné
Aucune excuse ni aucune prière
Ne pourront apaiser les maux qui envahissent mon univers
Et la marche est lancée au bout du chemin
«Un nouvel appelé» s'écrient les anges du chagrin

Je n'ai plus le choix des armes
En ce jour de confession
N'ayant que la voix des larmes
En ce jour de grand Pardon

Ma mère j'implore votre pardon, rouges sont mes mains
La vie a ses démons qui font de moi un orphelin
Une histoire fatale, trop de larmes ont coulé
Mon destin en effet est immuable, mon âme noyée
Tu ne tueras point, aimeras ton prochain
Résonnent dans ma tête les commandements divins
Et ce long couloir qui n'en finit pas
J'avance dans le noir, il ne me reste que quelques pas
Le théâtre est ouvert, les acteurs biens présents
Les regards sévères se terrent déjà placés au premier rang
Et la marche est lancée au bout du chemin
«Un nouvel appelé» s'écrient les anges du chagrin

Je n'ai plus le choix des armes
En ce jour de confession
N'ayant que la voix des larmes
En ce jour de grand Pardon

Je n'ai plus le choix des armes
En ce jour de confession
N'ayant que la voix des larmes
En ce jour de grand Pardon

Mon Dieu j'implore votre Pardon je touche la fin
Se dissipent les sons à l'injection du saint venin
Les regrets sont vivants, triste coup du sort
J'ai fait couler le sang, on me donne la mort
Au nom du Père, du Fils, du Saint Esprit
Cette aiguille troue ma chair et s'envole ma vie
Et la marche achevée au bout du chemin
«Un nouvel arrivé» s'écrient les anges du chagrin

Je n'ai plus le choix des armes
En ce jour de confession
N'ayant que la voix des larmes
En ce jour de grand Pardon

Je n'ai plus le choix des armes
En ce jour de confession
N'ayant que la voix des larmes
En ce jour de grand Pardon ....
« Dernière édition: Juin 17, 2011, 21:36:46 par Tosay » Journalisée

Ma collection produits dérivés Simpson : http://simstream.e-monsite.comMon blog : http://simpson-hamilton.skyblog.com
 <-- ma page Facebook des Walk Off The Earth https://www.facebook.com/LesFansFrancaisDeWalkOffTheEarth
Attorney
Shelbyvilliens
*
Messages: 20


Objection, votre honneur !


Voir le profil
« Répondre #20 le: Mars 06, 2012, 11:21:34 »

La Fouine: Là d'où l'on vient

La Fouine un jour tu vas percer
T'oubliera le goût de la misère, le goût du mafé
Tout ce gens pour qui tu auras compté
Tu n'auras plus rien à leur raconter

T'oublieras le goût de toutes ces choses simples
On sera plus qu'un reflet dans le rétro de ton X5
Tu passeras le bonjour aux étoiles
T'oublieras qu'ici on trimes, qu'ici on pédale

Tu feras le nécessaire pour briller
T'en oublieras même que ton père était ouvrier
Ce soir dans ta loge tu vas pleurer, crier
Personne à tes côtés, t'en oublieras même de prier

T'oublieras les petits frères en découvrant les grosses sommes
T'oublieras les meufs bien tu voudras des meufs bonnes
T'oublieras tout ces bons moments qu'on a passés
Mais ici on oublie pas le passé

Refrain:
Parce qu'on sait d'où l'on vient
Que l'on a tant cherché
La lumière le poing serré
Parce que l'on sait d'où l'on vient, hé !
La lumière est comme celle d'où je viens
Je sais où je vais

La fouine un jour tu vas percer
T'oublieras les gens qui nous ont bercer
T'oublieras les Grecs que l'on partageait en 4
T'oublieras la tolle, les fenêtres et les lancé de pattes

T'oublieras les frères qui t'ont aidé
Dans ton cavos, les caisses que l'on t'as prêté
Les gens avec qui tu rappais en indé
T'iras sniffé de la cok avec les gens blindés

Les VIP et les nouveaux délires
Ici ont a que notre amitié à t'offrir
Nous au moins on t'aime pour ce que tu est
T'oublieras tout nos habitudes, nos rituels

Tu partiras et tu reviendras ap
Restera plus de détails, au bâtiment 4
Restera plus que ton nom sur le mur du s'tepo
Ici ont oublie pas les potos

       Refrain

La fouine quand tu reviendras au ter ter
On t'accueilleras tous les bras ouvert
On oublie jamais le chemin des tours
Ici on donne sans attendre en retour

Ici, Fouiny Baby on connaît pas
Mais on connaît Laouni Casablanca
Frérot quoi qu'il en soit
On traînait dans la merde pas dans la soie

Quoi qu'il en soit -a -a -a -a
On vit le passé -é -é -é -é
On n'oublie pas -a -a -a -a
Yeah, Yeah !!

      Refrain



Journalisée

Nous avons toujours le choix. Une défaite peux soit marquer la fin d'une histoire, soit le commencement. À nous de choisir...
Sam Szlack
Invité
« Répondre #21 le: Mars 07, 2012, 14:48:47 »

Y a juste "Vas y Francky, c'est bon, vas y Francky c'est bon, bon, bon !!" que j'ai entendu dans "le mac" (pour moi, c'était de la merde bien grasse). Francky est maintenant bien au chaud dans mon GSM, car je n'écoute jamis ça: juste le passage que j'ai dit m'a amusé, le rest...
Journalisée
Jej26
Shelbyvilliens
*
Messages: 21



Voir le profil
« Répondre #22 le: Mars 07, 2012, 17:07:18 »

J'aime beaucoup les paroles de Fix you, de Coldplay :
Citation de: Coldplay - Fix You
When you try your best but you don't succeed
When you get what you want but not what you need
When you feel so tired but you can't sleep
Stuck in reverse

And the tears come streaming down your face
When you lose something you can't replace
When you love someone but it goes to waste
could it be worse?

Lights will guide you home
and ignite your bones
And I will try to fix you

High up above or down below
when you're too in love to let it go
but If you never try you'll never know
Just what your worth

Lights will guide you home
and ignite your bones
And I will try to fix you

Tears streaming down your face
When you lose something you cannot replace
Tears streaming down your face and I

Tears streaming down your face
I promise you I will learn from my mistakes
Tears stream down your face and I

Lights will guide you home
And ignite your bones
And I will try to fix you

ÇA c'est de la chanson... Sourire
Journalisée
Tetouchaud
Super vice-président
****
Messages: 3086



Voir le profil
« Répondre #23 le: Avril 28, 2012, 21:25:48 »

Une chanson qui me fait toujours craquer du trio Jean-Jacques Goldman, Michael Jones et Carol Fredericks : "Né en 17 à Leidenstadt". Explications à la suite du post.

<a href="http://www.youtube.com/watch?v=aasmFvu3KCE" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=aasmFvu3KCE</a>
 
Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d'un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j'avais été allemand ?

Bercé d'humiliation, de haine et d'ignorance
Nourri de rêves de revanche
Aurais-je été de ces improbables consciences
Larmes au milieu d'un torrent

Si j'avais grandi dans les docklands de Belfast
Soldat d'une foi, d'une caste
Aurais-je eu la force envers et contre les miens
De trahir: tendre une main

Si j'étais née blanche et riche à Johannesburg
Entre le pouvoir et la peur
Aurais-je entendu ces cris portés par le vent
Rien ne sera comme avant

On saura jamais c'qu'on a vraiment dans nos ventres
Caché derrière nos apparences
L'âme d'un brave ou d'un complice ou d'un bourreau?
Ou le pire ou plus beau ?
Serions-nous de ceux qui résistent ou bien les moutons d'un troupeau
S'il fallait plus que des mots ?

Et si j'étais né en 17 à Leidenstadt
Sur les ruines d'un champ de bataille
Aurais-je été meilleur ou pire que ces gens
Si j'avais été allemand ?

Et qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps
D'avoir à choisir un camp


Explications :
Cette chanson engagée nous interroge sur nos principes et convictions, et leurs éventuels changements dû à de difficiles conditions telles que la guerre, chaque couplet nous met à la place d'un autre peuple pour tenter de savoir ce qu'on ferait à sa place. Il est intéressant de savoir qu'un couplet est "dédié" si je puis dire à chaque chanteur. Le premier, enfin les deux premiers, couplets sont chantés par Jean-Jacques Goldman : ces deux couplets nous questionnent sur nos réactions si l'on avait été allemand et nazie durant le génocide juif lors de la seconde guerre mondiale. Ce thème n'est pas choisi par hasard pour J.J Goldman : sa famille est à la fois allemande et juive polonaise.

Le couplet suivant est chanté par Michael Jones. Il nous interroge sur nos actes durant la guerre de religion entre les catholiques et protestants en Irlande : là non plus, ce n'est pas anodin, Jones étant gallois.

Carol Fredericks chante le couplet suivant : étant noire américaine, elle essaye de nous mettre à la place d'un blanc à Johannesburg (Afrique du sud) lors de l'Apartheid (ségrégation raciale entre noirs et blancs, donc fort racisme).


Ce que je pense de cette chanson :
Je fonds pour cette chanson à chaque écoute. Le vraie des paroles et les voix extraordinaires du trio sont merveilleuses, la mélodie excellente. Je vous la conseille si vous voulez passer trois minutes sublimes !
« Dernière édition: Avril 29, 2012, 08:57:29 par Tetouchaud » Journalisée

"Si un jour tu doutes, si tu as peur, que l'avenir te paraît sombre et que tu ne sais plus vers qui te tourner, fais comme les bulles de savon, dirige-toi toujours vers la lumière."

Marie Vareille, "Ainsi gèlent les bulles de savon".
Luigi Sommet Simpson
Super vice-président
****
Messages: 2365


Oh pinaise un donut ! :)


Voir le profil
« Répondre #24 le: Mai 02, 2012, 19:42:12 »


<a href="http://www.youtube.com/watch?v=aasmFvu3KCE" target="_blank">http://www.youtube.com/watch?v=aasmFvu3KCE</a>
 
Je l'ai étudié en classe (3ème) l'an dernier Choqu&eacute;. Que de souvenirs.
Journalisée

Tetouchaud
Super vice-président
****
Messages: 3086



Voir le profil
« Répondre #25 le: Mai 02, 2012, 19:49:59 »

Nous, pour le moment nous l'avons juste écouté, je l'ai analysé seul tant elle m'a intéressé.
Journalisée

"Si un jour tu doutes, si tu as peur, que l'avenir te paraît sombre et que tu ne sais plus vers qui te tourner, fais comme les bulles de savon, dirige-toi toujours vers la lumière."

Marie Vareille, "Ainsi gèlent les bulles de savon".
Luigi Sommet Simpson
Super vice-président
****
Messages: 2365


Oh pinaise un donut ! :)


Voir le profil
« Répondre #26 le: Mai 02, 2012, 19:57:33 »

Nous, pour le moment nous l'avons juste écouté, je l'ai analysé seul tant elle m'a intéressé.
Tu devrais l'analyser en classe dans peu de temps, car cela fait parti de l'histoire des arts
Journalisée

Wwette
Super vice-président
****
Messages: 4449


je vous aime pas


Voir le profil
« Répondre #27 le: Mai 02, 2012, 20:36:40 »

Les oeuvres d'histoire des arts ne sont pas les mêmes partout. Clin d'oeil
Journalisée

prononcé "Wwette"
Luigi Sommet Simpson
Super vice-président
****
Messages: 2365


Oh pinaise un donut ! :)


Voir le profil
« Répondre #28 le: Mai 02, 2012, 20:45:13 »

Les oeuvres d'histoire des arts ne sont pas les mêmes partout. Clin d'oeil
Oui mais peut etre que lui ce sera sur la première guerre mondial (bon,après je ne dis rien... Sourire)
Journalisée

AntoineLaBouteille
Garbage-Man
**
Messages: 105


Meh...


Voir le profil
« Répondre #29 le: Octobre 16, 2012, 18:29:45 »

Blowin' in the wind de Bob Dylan Clin d'oeil

Combien de routes un homme doit-il parcourir
Avant que vous ne l'appeliez un homme?
Oui, et combien de mers la colombe doit-elle traverser
Avant de s'endormir sur le sable?
Oui, et combien de fois doivent tonner les canons
Avant d'être interdits pour toujours?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien de fois un homme doit-il regarder en l'air
Avant de voir le ciel?
Oui, et combien d'oreilles doit avoir un seul homme
Avant de pouvoir entendre pleurer les gens?
Oui, et combien faut-il de morts pour qu'il comprenne
Que beaucoup trop de gens sont morts?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.

Combien d'années une montagne peut-elle exister
Avant d'être engloutie par la mer?
Oui, et combien d'années doivent exister certains peuples
Avant qu'il leur soit permis d'être libres?
Oui, et combien de fois un homme peut-il tourner la tête
En prétendant qu'il ne voit rien?
La réponse, mon ami, est soufflée dans le vent,
La réponse est soufflée dans le vent.
Journalisée

Pages: 1 [2] 3 4 5 Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.14 | SMF © 2006-2009, Simple Machines LLC
Simple Audio Video Embedder
XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !