Haut de page

Les Simpson à la TV

Fastcarraldo
S28E14

Quand tous les restaurants de Springfield arrêtent de vendre de la nourriture grasse, Homer se tournera vers un fast-food qui lui rappellera plein de souvenirs...

Histoires de clochard

SEQ 1 - INT/JOUR Aéroport de Springfield :[Les Simpson font la queue pour aller au guichet]
Marge : J'en reviens toujours pas. On a encore gagné un concours.
Homer : Les Simpson partent en voyage au Delaware !
Lisa : Je veux visiter Wilmington !
Bart : Je veux visiter un élevage de poules pondeuses.
Marge : D'accord, Bart. Il y a tout au Delaware !
Guichetière : C'est à vous, monsieur Simpson.
Homer : [il lit les billets] Eh, attendez voir. 5$ de taxe d'aéroport ?
Guichetière : C'est la taxe habituelle, monsieur.
Homer : Ouais ben on embarquera pas tant que vous auriez pas enlever cette taxe. Enlevez la sinon...

SEQ 2 - INT/JOUR Gare de Springfield :[Les Simpson se dépêchent de prendre l'Union Pacific en cours de route]
Homer : On peut même plus brandir le poing dans ce pays.
[Les Simpson sont montés dans le train]

SEQ 3 - INT/JOUR Dans un wagon :Homer : Les Simpson voyagent par le train !
[Bart voit un clochard allongé au sol]
Bart : Ouais, cool. Un clodo mort.
[Le clochard se lève. Les Simpson ont peur]
Homer : Qu'est-ce que vous allez nous faire ?
Clochard : Rassurez-vous. Je suis pas un clodo tueur, je suis un clodo chanteur.
[Il joue du banjo]
Clochard : [il chante] Rien ne vaut une vie de clodo, je tue les gens avec mon couteau. Je leur tranche...
Marge : Excusez-moi monsieur le clodo, vous n'avez pas de chanson qui plairait aussi aux enfants ?
Clochard : Hé hé hé ! Mais si, j'ai... j'ai chanté ça pour voir le tête que vous alliez faire. Voici une petite ballade qui devrait tous vous emballer.
[Il rejoue du banjo]
Clochard : [il chante] Je vais vous raconter l'histoire belle mais un peu folle d'un bûcheron géant nommé Bunyan prénom Paul.
[L'histoire commence]

SEQ 4 - INT/JOUR Maison :[L'histoire se passe au Far-west. Un bébé immense vient de naître dans une maison. Il s'appelle Paul qui est en fait Homer]
Homme : Félicitations, Se¤or Bunyan. C'est un garçon.
Abraham : Oh, doux Jésus !
[Il se précipite dans la chambre de sa femme]
Abraham : Ca a pas été trop dur ?
Mona : Du whisky, s'il te plaît.

SEQ 5 - EXT/JOUR Village :[Le bébé boit du lait mais au lieu de prendre un biberon, il tête une vache. Le clochard continue de jouer du banjo en même temps]
Clochard : [il chante] Et il grandit de façon spectaculaire, car il avait un gros problème d'ondulaire.
[Nelson lui jette une boule de neige ridiculeusement petite par rapport à sa taille. Paul détache le sommet d'un montagne enneigée et le jette sur Nelson qui est écrasé]
Clochard : Son corps se développe pas mais pas son cerveau. Il coupait les arbres, coupait tout un vrai fléau.
[Paul découpe pleins d'arbres]
Paul : Moi a faim.
Moe : Il faut faire le petit déjeuner de Paul.
[Moe et les habitués du bar se servent d'une poêle géante pour faire des crêpes]
Moe : Hé Paul, viens manger.
[Paul se dépêche. En courant, il marche sur des maisons qu'il écrase]
Paul : Hi hi hi ! Manger.
Barney : Sortez de la poêle !
[Paul avale la crêpe]
Moe : Très bien. On va s'attaquer au repas de midi et... mais où est Lenny ?
[Lenny est avalé par Paul. Il est dans son ventre]
Lenny : Au secours ! Est-ce que vous m'entendez les mecs ?
[Willie est aussi dans le ventre]
Willie : Je crois que j'ai trouvé une sortie. C'est pas ragoûtant, mais y'a pas le choix.
[Lenny et Willie plongent dans le suc gastrique. Plus tard, la ville est saccagée]
Moe : Ecoutez. Il faut faire quelque chose concernant Bunyan. Il nous coûte une fortune en vêtements et en nourriture, sans compter tout ce qu'il écrase.
Carl : Eh ! Moi je dit qu'il faut le saouler, et le traîner hors de la ville, comme on l'a fait pour le receveur des impôts.
Femme : C'est une très bonne idée, on l'a jamais revu.
[Paul est accoudé à l'église et se cure les dents avec le clocher]
Moe : Eh Paulo. Qu'est ce que tu dirais de boire une bière ?
[Ils amènent une charrette dans laquelle a été faite la bière]
Paul : Oh, vous êtes trop gentils avec moi qui suis qu'un gros couillon.
[Paul boit la bière. Instantanément après, il s'endort. Il écrase l'église]
Skinner : Seigneur Dieu ! Terrassé par une bière.
[Moe montre un médicament géant]
Moe : Et aussi par ces petites merveilles. Maintenant, excusez-moi. Je m'en vais au bal de la saint-Jean.
[Les habitants tirent Paul hors de la ville. Plus tard, Paul se réveille]
Paul : Où que je suis ? Ah, ils veulent plus de moi ? Ohh...

SEQ 6 - EXT/JOUR Dans le désert :Clochard : [il chante] Paul se sentait seul et il avait le bourdon, alors il pris sa hache et sculpta un compagnon.
[Paul sculpte un boeuf en pierre à partir d'une montagne]
Paul : Pinaise, j'aimerais que tu sois un vrai.
[Paul se couche. Pendant la nuit, un éclair vient frapper le boeuf en pierre qui prend vie. Le boeuf lui lèche le visage, Paul se réveille]
Paul : Oh mais qu'est-ce que... C'est un miracle ! Je vais t'appeler babe. Tu sera mon meilleur copain.

SEQ 7 - EXT/JOUR Dans plusieurs lieux aux Etats-Unis :Clochard : Paul et son boeuf bleu voyagèrent aux quatre coins de notre beau pays, et laissèrent leurs empreintes.
[Paul et le boeuf fument le cigare]
Clochard : Les grandes montagnes qui fument...
[Paul et son boeuf dévastent une forêt]
Clochard : ... La vallée de la mort...
[Ils boivent une bière et en renversent dans des trous au sol]
Paul : [bourré] Il est des nôtres...
Clochard : ... Et le parc national aux trous pleins de bière.
[Paul se bat avec un ptérodactyle. Retour dans le wagon]

SEQ 8 - INT/JOUR Dans un wagon :Lisa : Excusez-moi. Paul Bunyan ne s'est jamais battu avec Rodan, et il y a des incohérences par rapport à sa taille. C'est vrai, à un moment donné il mesure trois mètres et l'instant d'après ses pieds sont grands comme un lac.
Clochard : Hé ho ! Tu vas pas me faire un cours.
Lisa : N'en parlons plus.
Clochard : [il chante] Malgré leur amitié, Paul se sentait frustré. Car ce qu'un homme désire, un boeuf ne peut l'offrir.

SEQ 9 - INT/JOUR Dans une ferme :[Paul voit Marge de loin labourer un champ]
Paul : Oh, qu'est-ce qu'elle est belle.
Marge : Oh, qu'est ce qu'il est mignon.
[Ils courent l'un vers l'autre. Marge ne se rend pas tout de suite compte de sa taille du fait de la distance qui les séparent. Quand c'est le cas, elle a peur. Paul la prend dans sa main]
Paul : Je t'ai eu ! Aies pas peur. T'as peur que je t'écrabouille ? Non, t'es trop jolie.
Marge : Oh, merci.
[Paul se sert des cheveux de Marge comme coton-tige]
Marge : Eh ben, qu'est-ce que vous faîtes ?
Paul : Je vais me faire beau pour sortir avec toi.
[Marge fait de la balançoire attachée sur Paul. Paul la pousse en soufflant. Plus tard, Il ouvre le toit du musée des peluches qui se transforme en coffre à jouets. Paul sort des peluches et les donne à Marge. Il retire la partie métallique d'un tonneau qui devient une bague de fiançailles. Il la met sur la taille de Marge. Un peu plus tard, Paul est couché, Marge est sur son ventre]
Paul : Ca fait un pitit bout de temps qu'on sort ensemble. Quand est-ce qu'on va euh... tu sais euh...
Marge : Bientôt. Il faut que je prenne encore quelques cours de yoga. Oh regarde, une étoile filante.
[Ce que Marge appelle étoile filante est une météorite qui se dirige droit sur eux. Le professeur Frink la regarde à l'aide d'une longue vue]
Pr Frink : Aïe aïe aïe ! Cette météorite vient droit sur nous. Il y aura des feux, des raz de marée. 100% de chances de mourir, de mourir.
Habitants : Oh !
Lovejoy : Dieu nous envoie ce rocher incandescent pour nous prouver son amour.
Habitants : Oh ! On va mourir.
Quimby : Y'a qu'un homme qui puisse nous sauver.
[Les habitants vont en parler à Paul]
Paul : Ah, j'ai compris. Quand je vous écrase et que je vous tue, vous m'aimez pas. Mais quand je vous sauve la vie, tout à coup je suis un dieu pour vous.
Lenny : Ouais, c'est à peu près ça.
Paul : Wou hou ! Je suis un dieu pour eux ! Hi hi !
[Paul attend la météorite avec un gros bâton]
Paul : C'est ça, viens droit sur ma batte. Tu vas pas être déçu du voyage. Ca c'est pour le pitit garçon estropié, euh... que j'ai estropié.
Marge : Tu va réussir, Paul.
Paul : Un pitit bisou avant.
[Paul se penche pour embrasser Marge. La météorite entre dans son pantalon pendant qu'il est penché]
Paul : Ouh ouh ! Ca brûle ! Ouh pinaise j'ai... Ouh la vache !
[Il sort la météorite de son pantalon. Elle lui brûle les mains. Il la jette loin. Elle atterrit sur un autre village, qui est détruit]
Habitants : Ouais !

SEQ 10 - INT/JOUR Dans un wagon :Clochard : Et voilà comment Paul Bunyan provoqua le grand incendie de Chicago.
Bart : Bravo ! Cette histoire avait tout pour plaire. Un géant, des maisons écrasées, des météorites...
Marge : Des gens d'un village.
Lisa : Vous avez d'autres histoires ?
Clochard : Ouais, je devrais pouvoir vous en raconter encore quelques unes. Mais avant, l'un de vous va me laver à l'éponge. Je suis crasseux.
Homer : Très bien. Ta prochaine histoire a intérêt à être géniale.
[Il lave le clochard qui est entièrement nu]
Clochard : Ah, frottez bien fort. Ouais, c'est ça. Faut pas avoir peur. Ca fait du bien.
[Homer n'apprécie pas trop]
Clochard : Très bien. Prêts pour une autre aventure ? C'est Jack le vagabond qui engueule Timmy belle lurette.
Homer : Ah ah ! Ca va être super.
Clochard : Qui a mis des fayots dans ma musette ? [il prend une voix de femme] Ah j'en ai marre que tu m'accuses d'avoir mis les fayots dans ta musette. Ca me rend complète... [voix d'homme] Ca t'arrive jamais de la boucler ? [voix de femme] Embrasse-moi, idiot.
[Il s'entoure avec ses bras pour faire semblant d'embrasser]
Lisa : Euh, vous nous racontez une autre histoire ?
Clochard : Une seconde.
[Il continue à faire semblant d'embrasser]
Clochard : [à Lisa] Et maintenant, en voici une spécialement pour toi, petite. C'est l'histoire de Johnny... euh, non... Connie Des Pomiers.
Lisa : Oh !

SEQ 11 - EXT/JOUR Dans le désert :[L'histoire débute]
Clochard : Dans les années 1840, l'Amérique était comme un gros gâteau qui refroidit sur le rebord de la fenêtre. Tout le monde partait dans l'ouest pour en avoir une part.
[Les Simpson sont dans un chariot tiré par des chevaux. Homer nettoie son fusil]
Homer : J'nettoie mon flingue sans l'cran de sûreté, cran de sûreté, cran de sûreté. J'nettoie mon flingue sans...
[Il tire accidentellement avec le fusil et tue un bison]
Homer : Pas de pot ! Hi hi hi !
Connie : Papa, tu viens de tuer un pauvre bison sans défense.
Homer : Un pauvre bison savoureux. Ca fera de quoi dîner pour tous les gens du convoi.
[Il tue un autre bison]
Connie : Pourquoi tu en as tué un autre ?
Homer : Le dessert.
[Les gens se régalent avec le bison. En mangeant, Bart tombe sur un truc dur]
Bart : Ah ! J'ai trouvé une balle.
[Il crache la balle sur un bison. Le bison meurt]
Homer : Hi hi hi hi ! Qu'est ce que c'est facile à tuer les bisons.
Lisa : Ecoutez, si vous n'arrêtez pas cette tuerie, un jour il n'y aura plus un seul bison.
Skinner : Supprimer tout une espèce, voyons c'est impossible.
[Les gens se mettent à rire. Même les bisons rient]
Lisa : Je comprends pas. On a des échelles pour envoyer des hommes sur les toits mais on arrive pas à trouver des nouvelles sources de nourriture. Réfléchis Connie, réfléchis.
Voix : Connie !
Connie : Qu'est-ce que c...
Voix : Connie !
Connie : Cet arbre ! J'ai l'impression qu'il m'a appelé.
[Connie s'approche de l'arbre. C'est un pommier remplit de pommes]
Connie : Evidement, des pommes !
[La voix ne venait pas de l'arbre mais de Hans Taupeman qui est dans les sables mouvants]
Hans : Non Connie, par ici. Aide-m...
[Hans est entièrement recouvert par les sables mouvants. Connie prend plusieurs pommes et retourne voir sa famille]
Connie : Maman, papa, regardez ce que j'ai trouvé.
Homer : Ouh chouette, des testicules de bison.
[Homer mange une pomme]
Connie : Mais non papa, ce sont des pommes.
Homer : Beurk !
[Il recrache les morceaux de pomme]
Connie : Bon, ça suffit. Je ne veux plus rien avoir à faire avec ce convoi de chariots qui sème la mort. Ou vous adoptez les pommes, ou vous continuez sans moi.
[Le convoi s'en va laissant Lisa derrière lui]
Connie : Vous allez le regretter !
[Elle jette une pomme qui tue un bison]
Connie : Ohh...
[On voit une carte qui montre la route de Lisa et celle du convoi]
Clochard : Alors Connie parcourut seule la prairie tout en semant des pépins de pomme sur sa route. elle changea même son nom de famille pour "Des Pommiers". Et ses parents changèrent le leur pour "Tue le Bison".
[Homer dort dans une peau de bison. Il se lève et baille]
Homer : Ca doit faire au moins 6 heures que j'ai pas mangé de bison. Marge, tu vas me préparer des pieds de bison panés, du museau de bison en gelée et des fayots cuits dans la graisse de bison.
Marge : On trouve plus de bisons. Tu les as tous tué Homer.
Homer : Oh, Connie avait raison ! On a massacré toute l'espèce. Oh, qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce que j'ai fait ?
Bart : Calme-toi, p'pa. Il en reste deux.
[Homer tue les deux derniers bisons]
Homer : Oh, qu'est-ce que j'ai fait ? Qu'est-ce que j'ai fait ?
Clochard : La disparition des bisons obligea les pionniers affamés à devenir cannibales.
Wiggum : T'es le plus gros, Tue le Bison. Allons-y les amis, chacun se sert.
[Les gens se précipitent sur Homer pour le manger. Connie arrive à la rescousse]
Connie : Arrêtez ! J'apporte des pommes, des pommes délicieuses et très nourrissantes. Et il y en a assez pour tout le monde.
[Connie leur donne des pommes]
Tahiti Mel : Succulent. C'est le petit Jésus qui fond dans votre bouche.
Skinner : Nous sommes sauvés !
Carl : Un grand merci à Connie Tue le Bison.
[Moe a un morceau d'Homer sur sa fourchette]
Moe : Qu'est-ce que... alors on mange pas Homer ?

SEQ 12 - INT/JOUR Dans un wagon :Clochard : Et grâce à cette gentille petite fille, aujourd'hui on trouve de la pomme dans tout ce qui est bon. Calvados, whisky à la pomme, gin à la pomme, vodka à la pomme, eau de Cologne à la pomme, dissolvant à la pomme pour vernis à ongles...
Lisa : Il y a aussi la compote de pomme.
Clochard : Ouais, on doit pouvoir piller quelques pilules dedans.
[Le train passe sur un pont qui traverse le Mississippi]
Clochard : Regardez ça si c'est pas beau. C'est le puissant Mississippi.
Homer : Ouais.
Clochard : Ca me rappelle une histoire qui parle de deux garnements qui descendent le Mississippi sur un radeau. Tom Sawyer et Huck Finn.
Lisa : C'est pas une histoire, c'est un roman de Mark Twaïn.
Clochard : Tais-toi petite. Laisse-moi raconter.

SEQ 13 - EXT/JOUR Maison :[Huck et Tom Sawyer peignent une palissade en blanc. Ce sont en fait Nelson et Bart]
Huck : C'est pas marrant de passer de la chaux, Tom. Vachement pas marrant.
[Tom voit Milhouse jouer avec un cerceau]
Tom : Bonjour mon ami. T'as pas envie de passer de la chaux ? C'est vachement marrant.
Milhouse : Cette fois tu m'auras pas, Tom Sawyer.
Huck : Tu permets ?
[Huck vide la peinture sur la tête de Milhouse et le force à peindre]
Huck : Maintenant au bouleau.
[Tom se repose pendant que Milhouse et un autre peignent pour lui. Huck marche en équilibre avec les mains sur la palissade]
Tom : Ah ah ah ! J'ai toujours la technique !
[Becky regarde Huck. Becky est en fait Lisa]
Becky : Oh, Huckleberry Finn, descends de là. Tu vas finir par te rompre le cou.
Huck : Ca ne me fait pas peur. Si ça arrive, je le remplacerai par un cou de chat.
[Huck tombe de la palissade. Becky vient l'aider]
Becky : Huck ! Oh, Huck, tu dois avoir le dos en compote. Est-ce que tu souffre ?
Huck : Ouais...
[Becky prend la main de Huck]
Huck : Mais je me sens beaucoup mieux maintenant.
[Becky et Huck se regardent. Ils se sourient. Homer arrive]
Homer : Hin hin !
Becky : Papa ?
Homer : On tient la main de ma fille à ce que je vois ?
Huck : Euh... je l'ai tenu que quelques secondes avant votre arrivée.
[Homer attrape Huck par l'oreille]
Homer : Je veux bien croire qu'aucun mal n'a été fait, vu que ça n'a duré que quelques secondes. Mais par sécurité...

SEQ 14 - INT/JOUR Eglise :[Huck et Becky vont se marier. Homer braque un fusil sur Huck pour le forcer à se marier]
Lovejoy : Nous sommes réunis aujourd'hui pour obliger cet homme Huckleberry Finn à prendre femme sous le regard de Dieu.
Marge : Comme c'est romantique. [à Homer] Ca me rappelle notre mariage, pas toi ?
[Abraham braque son fusil sur Homer et Marge]
Marge : Grand-père, nous sommes mariés depuis 10 ans, quand allez-vous poser ce fusil ?
Abraham : T'as raison, il est grand temps.
[Il pose son fusil. Marge en profite pour s'enfuir]
Abraham : Oh la garce !
Lovejoy : Veux-tu Huck prendre Becky pour épouse ?
Cochon : Groink, groink !
Abraham : Hé, ils ont remplacé le marié par un cochon !
Homer : C'est pour ça qu'il y avait un gros tas de crottes derrière lui.
[Huck et Tom sont à l'entrée de l'église]
Huck : Ah ah !
Bart : [il imite le bruit du cochon] Ah ah ah ah ah !
Wiggum : Allez venez. On va s'emparer de ces vauriens.
[Huck et Tom s'enfuient. Ils sont poursuivis par les habitants]
Habitants : Ouais ! Il faut les rattraper, allons-y.

SEQ 15 - EXT/JOUR Sur le Mississippi :[Huck et Tom montent en radeau]
Homer : Oh pinaise, on les rattrapera jamais maintenant.
Bart : On risque rien maintenant, on passe la frontière.
[Il voit un panneau "Vous quittez le Missouri" et voit un autre "Vous entrez au Missoura"]
[Ils arrivent dans des rapides]
Huck : Des rapides ! Aaahh !
[Ils passent une cascade. Quelqu'un les prend en photo. Au moment où ça se calme, ils arrivent à la sortie d'une attraction. Il y a un responsable de l'attraction]
Responsable : Veuillez attendre l'arrêt complet pour quitter le radeau, s'il vous plaît.
[Il y a un mur avec les photos prises au moment de la chute. On voit la photo de Huck et Tom. Sur une autre photo, on voit une femme qui montre ses chevilles. Un homme prend cette photo]
Homme : Monsieur Silla, cette jeune personne exhibe ses parties intimes.
Silla : Oh ! Je vais détruire cette photo sur la champ.
[Il prend la photo]
Silla : Hi hi ! Pour moi tout seul, pour moi tout seul.
[Huck et Tom sont toujours sur le radeau]
Huck : J'ai l'estomac dans les talons. Il nous reste à manger ?
Tom : Il nous reste plus de pain de maïs, plus de lard maigre, de lard gras, de lard fumé, de lard salé.
Huck : Et du lard de couenne ?
Tom : Lard de couenne ?
Huck : Euh, je veux dire couenne de lard.
Tom : Même plus.

SEQ 16 - INT/JOUR Dans un magasin :[Huck et Tom ont quitté leur radeau. Il sont arrivés dans une ville et vont dans un magasin]
Apu : Un gallon de whisky, trois carottes de tabac à chiquer et un carré d'opium extra fort. Ca vous fera deux cents, les gars.
Huck : Deux cents ?
Apu : Hé, si vous trouvez que je vends cher, allez voir en face.
[Le magasin en face est un magasin de luxe qui vend des vêtements. Il est écrit "Tout à 99 cents"]
Apu : Merci, à la prochaine.
Apu : Il a mis le lard sur les oeufs et maintenant on a une omelette.
Nelson : Zut !
[Tom voit une pancarte avec la photo de Huck dessus. Il la lit]
Tom : "Recherché pour s'être soustrait au mariage" ? Double crotte !
[Ils voient une autre pancarte avec Tom montrant ses fesses]
Huck : "Pour avoir montrer son derrière". Ah, crotte de bique !
[Ils voient leurs poursuivants. Huck et Tom prennent les pancartes et ils s'enfuient]

SEQ 17 - EXT/JOUR Sur le Mississippi :[Ils reprennent le radeau et rament avec les pancartes. Ils sont toujours suivis]
Huck : On est fichus.
[Tom voit un bateau à vapeur]
Tom : Non, j'ai une idée.
[Ils s'accrochent au bateau. Homer les cherche]
Homer : Ca c'est pas banal. Ces vauriens ont disparu.
Tom : Maintenant, plus un mot. Ils nous verront pas si on attire pas leur attention.
[Le docteur Hibbert passe sur la passerelle du bateau juste au dessus d'eux]
Dr Hibbert : [il chante] Old man river. That old man river. He just keeps throwling.
[Tom et Huck lâchent prise. Ils tombent dans la roue en bois du bateau. Après avoir fait un tour de roue, il partent en l'air et retombent dans une salle du bateau. Ils atterrissent juste sur deux tabourets devant Moe. Krusty fait son numéro]
Krusty : J'ai constaté que le président Fillmore refaisait parler de lui. Glou glou glou !
Moe : Qu'est-ce qu'ils vont boire ?
Tom : Du trois X pour moi.
Huck : Moi du cinq.
[Moe leur sert un verre de trois X et de cinq. Huck boit son verre]
Huck : Eh, c'est pas du cinq X ce whisky, je vois pas double. Ce barman est un tricheur.
Joueurs : Tricheur ?
[Tous les membres de la salle jouent aux cartes. Dès qu'ils entendent le mot "tricheur", ils sortent leur arme]
Moe : D'accord, vous avez tous un deringer et vous allez gentiment le ranger. Personne n'est un tricheur.
Joueurs : Tricheur ?
[Les joueurs tirent dans tous les sens. Leurs balles sont de petits plombs qui ne cassent même pas le verre]
Huck : Dis donc, elles sont faiblardes les balles du deringer.
[Moe les vire de la salle]
Moe : Allez voir là bas si j'y suis.
[Il les jette par dessus bord. Les deux garnements tombent au fond de l'eau. Au fond, les habitants les attendent avec des fusils]
Tom : Oh, quelle poisse !

SEQ 18 - INT/JOUR Eglise :[On assiste à l'enterrement de Tom et Huck]
Lovejoy : Prions mes frères pour le repos de l'âme de nos chers jeunes défunts Huckleberry Finn et Thomas Sawyer.
[On voit Huck et Tom couchés sur une poutre au dessus de l'église qui sourient]
Lovejoy : Et maintenant, comme le veut la coutume, nous allons procéder à la levée des corps.
[Les corps de Huck et Tom sont soulevés de la poutre et mis dans leurs cercueils]

SEQ 19 - INT/JOUR Dans un wagon :Clochard : Huck et Tom ont connu là leur dernière aventure.
Homer : Cette histoire m'a beaucoup plu parce que j'étais juge.
[Un homme tape au wagon]
Homme : Delaware !
[Les Simpson descendent du train]
Marge : Ah, nous voilà à destination. Vous voulez visiter la région avec nous ?
Lisa : On va aller voir l'entrepôt où Gogo Sport solde ses vêtements qui ont des défauts.
Clochard : Non merci. Je vais continuer à voyager en train et à échanger des histoires contre un brin de toilette.
[Les Simpson rigolent]
Clochard : Je crois que j'ai raconté trois histoires.
[Il montre une éponge]
Homer : Ohh... Je vous rejoins à Wilmington.
[Homer remonte dans le train]
Clochard : Fermez la porte.
[Homer referme la porte du wagon]
Homer : Levez le bras. Très bien, l'autre.
Clochard : Vous savez je fais 400 pompes par jour.
Homer : Ah ça se voit. Je voulais vous en parler parce que j'avais peur que ça fasse un peu... vous voyez ?
Clochard : Ah, pas du tout. J'aime bien qu'on me fasse des compliments sur mon physique.
Homer : Et c'est important d'avoir une bonne image de soi. Allez, écartez les orteils. Eurk ! Vous avez vu tout ce qu'il y a là-dedans ?
L'équipe du site | A propos
©2000-2022 The Simpsons Park