Haut de page
 

Affichage par saison

L'anecdote du jour

23/09/2019
Lors des rediffusions d'anciens épisodes aux USA, il arrive fréquemment que des scènes doivent être coupées dans un souci de gain de temps, car la durée des publicités a augmenté avec les années.

Rechercher sur le site

Les Simpson à la TV

Faux amis
Bart découvre l'origine d'une étrange cicatrice sur sa main...
27/09 à 21h05 (6ter)
Moe n'en loupe pas une
Moe avec l'aide de Smithers décide de transformer la taverne en bar gay...
27/09 à 21h30 (6ter)
Homer le père
Bart vend des informations nucléaire secrète à d'autres pays en échange d'une bicyclette...
27/09 à 21h55 (6ter)

Derniers commentaires

dadoo1617 | de tout façon tout est "arrangé" et puis même quand on voit les autres séries animé actuel on peut fa (Les Simpson déjouent les pronostics et remportent l'Emmy Award du meilleur programme animé.)

simpsonofan | Pour cet épisode là? Sérieux? (Les Simpson déjouent les pronostics et remportent l'Emmy Award du meilleur programme animé.)

Bali Balo | Putain, à cause de ce Emmy, la Fox va se dire "Cool, ils aiment encore les simpson, du coup on va leu (Les Simpson déjouent les pronostics et remportent l'Emmy Award du meilleur programme animé.)

Chris503 | Super ! (Les Simpson déjouent les pronostics et remportent l'Emmy Award du meilleur programme animé.)

Les Simpson 80 | Super bravo les Simpson une statuette de plus sur l'étagère (Les Simpson déjouent les pronostics et remportent l'Emmy Award du meilleur programme animé.)

Script : L'amour ne s'achète pas

SEQ 1 – INT/JOUR Maison des Simpson – Salon TV[Homer, Bart et Lisa regardent paresseusement la télévision]
Présentateur télé : Bienvenu à l’émission « Vendez votre héritage ». Cette semaine, nous expertisons des objets anciens à Springfield. [Plusieurs Springfieldiens sont sur le plateau de l’émission pour vendre leurs objets. Moe est assis à une table en compagnie d’une femme qui inspecte le robinet pour la bière qu’il veut vendre]
Femme : Ce robinet pour la bière à la pression date du début du siècle. Et apparemment, il n’a jamais été nettoyé.
Moe : Oui, oui, j’ai bien pensé le nettoyé mais... Ha ! j’ai eu un siècle très chargé.
Femme : Aux enchères, j’estime qu’il pourrait atteindre 20 à 30000 dollars... [Moe est heureux] Si quelqu’un n’avait pas gravé sur le manche « Homer est génial ».
Homer : Et je le suis ! Waaah !
Femme : Valeur actuelle estimée : 15 dollars.
Moe : [Furieux] J’vais le tuer ! J’vais le tuer ! [Il prend un vieux fusil que Skinner voulait vendre mais celui-ci est si vieux qu’il tombe en poussières] [Skinner et Moe sont triste] Oh, zut !
Marge : Je sais pas comment vous faites pour rester enfermer à la maison par un temps pareil. Depuis quand on a pas fait une longue balade à pied en famille ?
Homer : Depuis que les enfants ont dit que j’étais trop lourd à porter.
Marge : Ooooh ! Allez, remuez-vous ! Venez vous promener. On devient paresseux dans cette famille.
Bart : [Fatigué] Je suis pas paresseux, je suis seulement euh... Lisa, finis ma phrase s’te plaît.
Lisa : [Fatiguée] Pourquoi tu la finis pas toi même ta... ? [Elle tombe du canapé tellement elle est fatiguée]
Marge : D’accord, puisqu’on va pas se promener, on va se raconter notre journée. J’ai écris un poème sur un canard...

SEQ 2 – EXT/JOUR Dans la rue[Ne voulant pas écouter le poème, les Simpson se promènent dans les rues de Springfield]
Homer : On peut rentrer maintenant ? J’ai mal aux pieds. Y a trop d’air dehors, ca me décoiffe. Et j’aurai bientôt plus la force de me plaindre. [Barney passe en voiture à coté d’eux]
Barney : Prenez un cheval ! [Il s’en va]
Homer : On peut prendre un cheval Marge ?
Marge : On marche Homer !
Homer : Hou ! Des chiens ! On peut monter dessus ? [Il montre des chiens qui fouillent dans une poubelle]
Marge : Ca suffit ! Personne ne monte ! [Bart arrive près d’eux, sur un chien]
Bart : Yahou ! En avant Silber ! [Il tombe du chien]

SEQ 3 – EXT/JOUR Devant le mégastore[Les Simpson se promènent toujours]
Marge : Ooooh ! Regarde ! C’est là que j’achète mon fil à coudre. Mais il faut pas acheter ces boutons chez eux !
Homer : [A Bart] Ouf ! J’ai failli leur en acheter !
Marge : C’est dans cette boutique qu’il faut acheter ses boutons. [Elle montre un magasin puis elle montre une maison] Et c’est là qu’habitait la dame du bibliobus.
Bart : [A Homer] Si tu m’aime, achève-moi ! [Ils arrivent près d’une foule de personnes devant un grand magasin]
Lisa : Oooh ! Maman, regarde.
Marge : Oooooh ! On fête quelque chose on dirait. On en saura plus demain en lisant le journal.
Lisa : On peut le savoir tout de suite.
Marge : Eh bien euh... c’est pas exactement sur notre trajet. [Homer, Bart et Lisa courent vers le magasin pour voir se qui se passe] Ooooooh ! [C’est l’inauguration d’un grand magasin Mégastore. Les Simpson sont derrière le cordon rouge et attendent que les portes s’ouvrent. Homer a une coupe de champagne à la main] Où tu as eu ce champagne ?
Homer : Le clown. [Un clown lui ressert du champagne] Merci nigauds.
Marge : Tout ce tapage pour un magasin !
Homer : Eh ! C’est pas qu’un magasin, c’est un mégastore. Méga veut dire grand et store veut dire truc.

SEQ 4 – INT/JOUR Megastore[Tous le monde entre dans le magasin. Les Simpson sont surprit]
Homer : Waaaah ! Le paradis de la technologie. Hou ! Ca me gratte... [Il s’arrête et se gratte le postérieur. Une caméra film justement cette action. Des écrans géants rediffusent cette scène. Les gens sont écœurés]
Bart : Waaaah ! Y a tout se qu’on veut ici. Même une boutique de vol à l’étalage. [Nelson, Dolph et Jimbo sortent de la boutique avec des objets volés dissimulés sous leurs vêtements]
Jimbo : C’est hyper pratique.
Nelson : Je viendrai toujours voler ici.
Marge : C’est nettement plus agréable que le mini marché. [Apu est à coté d’elle et a tout entendu]
Apu : [triste] Oh !
Marge : Oooh ! Je suis désolée mais... c’est pourtant le cas.
Apu : [Triste] Oui je sais mais, n’empêche...
[Homer regarde des écrans géants]
Bart : Eh p’pa ! File-moi 50$ pour acheter des trucs. Euh... plutôt 100$. [Il lui donne]
Lisa : Oui, moi aussi. [Il lui donne]
Marge : Homer, tu crois pas que tu pourris euh... [Homer lui donne un billet à elle aussi] Ha ha ha !... [Elle s’en va]
[Otto écoute de la musique. Il retire le casque qu’il a sur les oreilles]
Otto : Pffff ! Nouvelle musique ! Tu parles ! Tout ces groupes ont tout pomper à Judas Price !
[Lisa regarde un film où l’on voit Kevin Costner marchant dans le désert avec un cheval]
Lisa : Oooh ! Il paraît que c’est nul. Humm... Commentaire du réalisateur. [Elle appui sur un bouton de la télécommande et Kevin Costner apparaît sur une partie de l’écran]
Costner : Je suis désolé, désolé pour ce postman. Je ne sais pas où j’avais la tête. Mais, Danse avec les loups c’était bien, c’est vrai. Tous le monde a adoré.
Lisa : Oooh ! Pauvre monsieur Costner, il s’en donne du mal.
Costner : Oh, merci c’est très gentil.
Lisa : [surprise] Où êtes-vous ?
Costner : Je suis là. [A l’écran on voit qu’il s’en va. Il sort de derrière la télé] Bonjour, tu veux bien m’acheter un sandwich ? Sans... sans beurre.
[Des enfants sont sur un petit train conduit par Gil. Bart pose une petite pièce sur les rails du train, celui-ci déraille et tous les enfants tombent. Bart récupère sa pièce en parfait état] Cool !

SEQ 5 – EXT/JOUR Devant le mégastore[La voiture de Burns arrive près de la foule qui se trouve devant le magasin]
M. Burns : [Il klaxonne à la place de Smithers] Un peu de nerf Smithers ! Cet orphelinat ne va pas se démolir tout seul.
Smithers : J’adore vous coups monsieur. Vos coups de Klaxons énergiques monsieur mais ca ne semble pas impressionner la foule.
M. Burns : Servez-vous du chasse-bétail. [Un triangle métallique, comme il y en a sur les trains à vapeur, apparaît à l’avant de la voiture. La voiture avance et les personnes qui gênent sont éjecter. Le chasse-bétail vient se coincer entre les jambes du vendeur de BD. La voiture n’avance plus à cause de lui]
Vendeur de BD : Une foi de plus, mon caleçon est tire-bouchonné à cause d’un chasse-bétail.
M. Burns : Oh ! Sacre bleu ! Qu’est-ce qui provoque un tel attroupement ? [Il sort de sa voiture et électrocute les gens à l’aide d’un petit appareil] Laissez passer ! Je suis médecin... Excusez-moi... désolé... Pardon mon vieux.
Ned : Oh, salit salut... [Burns l’électrocute. Il s’écroule sur le sol]
M. Burns : C’est un bon garçon. [Il l’enjambe et entre dans le magasin]

SEQ 6 – INT/JOUR Megastore[Burns et Smithers entrent]
M. Burns : [Étonné] Des livres et du café dans la même boutique ! Et quoi encore ? Une banane parlante ? [Il regarde un peu partout pour voir s’il y en a une]
Smithers : Moi je n’en vois pas monsieur.
M. Burns : Ooooh ! Évidement ! La notion même de banane parlante est absurde... Quoi que... [Il regarde à nouveau pour voir s’il n’en voit pas. La lumière s’éteint et des lasers de couleurs apparaissent]
Foule : Ouaiiiiiis !
Quimby : Votre attention chers clients de Springfield, un personnage très important vient d’entrer dans ce magasin. Le milliardaire le plus populaire du monde...
M. Burns : [Gêné] oh voyons, tout ce tapage pour ma petite personne.
Quimby : Souhaitons la bienvenue au propriétaire des fortunes Megastore, Arthur Fortune !
M. Burns : Quoi !? [Le dôme du magasin s’ouvre, Arthur Fortune arrive à bord d’une montgolfière avec un $ dessiné sur le ballon et des sacs de banque à la place de sacs de lest]
Fortune : Salut Springfield.
Foule : Salut Arthur !
Fortune : [Il descend de la nacelle] Vous savez, j’ai fais des tas de choses passionnantes dans ma vie. J’ai descendu le mont Everest sur une luge. [Sur un écran géant, on le voit descendre la montagne sur une luge]
Foule : Ooooooh !
Fortune : Escalader les chutes du Niagara. [On le voit dans la chute d’eau]
Foule : Ooooooooooh !
Fortune : Et pas plus tard que le mois dernier, j’ai mis KO Mohamed Ali ! [On le voit sonner à la porte de chez Mohamed. Il ouvre et Fortune le tape avec des gants de boxe]
Marge : [Choquée] Oh ! Mais c’est horrible !
Fortune : Mais ce qui m’excite par dessus tout, c’est l’ouverture de mon 112ème Megastore !
Foule : Ouaiiiiis !
Fortune : Malheureusement, mon comptable m’a annoncé une mauvaise nouvelle, il semblerait que j’ai beaucoup trop d’argent. Qui veut un dollar ?
Foule : Moi ! Moi ! Moi !
Homer : Moi ! Moi ! [Il monte sur la scène à coté d’Arthur Fortune]
Fortune : Ah ! Très bien. Comment vous appelez-vous ? [Il lui tend le billet, Homer le tire mais Arthur Fortune ne veut pas le lâcher]
Homer : J’en sais rien ! Filez-moi ce dollar !
Fortune : Tenez et j’espère que se sera le début d’une immense fortune. Et maintenant, pour qui le second dollar !?
Homer : Pour moi !
Fortune : Ah, bon d’accord. Tenez. [Il lui donne le deuxième billet] Alors...
Homer : Pour moi !
Fortune : Oh ! Ras le bol ! [Il prend une poignée de dollars dans un des sacs de banque et les jette en l’air] Dollars pour tous le monde !
Foule : Ouaiiiiiiiis ! Fortune ! Fortune ! Fortune ! Fortune !
M. Burns : [Surprit] Cet homme a perdu la tête ! [Un billet tombe à coté de Ned, il le ramasse]
Ned : Celui-ci va aller tout droit dans le tronc des pauvres.
M. Burns : Pas si vite mon vieux ! [Il électrocute Ned avec son appareil et reprend le billet. Une chenille, avec Arthur Fortune en tête, chante et danse]
Foule : [Ils chantent] On aime Arthur Fortune ! Il nous donne des dollars, on aime Arthur Fortune...
M. Burns : Aaaah ! Ces dandys extravagants ! Il les a mit dans sa poche.
Smithers : Il faut avouer qu’il a du charisme monsieur.
M. Burns : Oh, sornettes ! N’importe qui peut mener une tonga. En piste Smithers ! [Smithers se met à danser tous seul, à contrecœur] [Il chante] Tonga, tonga, tonga ! On aime plus Monty Burns ! Mettez-y plus d’entrain ! Ou je vous en donne un coup !

SEQ 7 – INT/NUIT Manoir de Burns – Salon[Burns regarde la télé, assis dans son fauteuil, un verre de vin à la main]
Kent : Springfield est encore subjugué suite à la visite éclair du facétieux blutocrate Arthur Fortune.
M. Burns : Cette homme ignore comment doit se conduire une milliardaire. Où est la dignité ? Où est le méprit pour l’homme de la rue ?
Kent : Cette nouvelle race de milliardaires, boute-en-train, nous change agréablement du classique gripsous sans joie qui rumine dans sa demeure caverneuse.
M. Burns : Bah ! [Ce mot résonne plusieurs fois dans toute le manoir]
Kent : Un verre de Brandi entre ses doigts décharnés, pareilles à des griffes et un sourire narquois sur son visage cupide et sans âme.
M. Burns : [Il se regarde dans son verre d’un air triste] Aaaaah ! Je croyais tout avoir. L’argent, la beauté, de solides dents aiguisées. Mmmmmh ! Mais que vaut tout cela si personne ne vous aimes ?
Smithers : Mais moi je vous aimes monsieur.
M. Burns : Vous êtes encore là !

SEQ 8 - INT/JOUR Centrale nucléaire – Lieu de travail[Homer prend des barres d’uranium avec des gants à travers une vitre protectrice]
Homer : Doucement... Doucement... [Il en prend plusieurs et jongle avec] Eh ? Eh ! Eééh ! Wouhou ! Super, je sais jongler ! [Burns arrive dans la pièce]
M. Burns : Euh... Simpson.
Homer : Aaaah ! [Il a peur et laisse tomber les barres qui se mettent à brûler]
M. Burns : J’ai besoin de vous. J’ai envie d’être aimé.
Homer : Je vois... Bon, alors il me faudra de la bière.
M. Burns : Je veux que vous me regardiez comme je vous ai vu regarder Arthur Fortune.
Homer : Ooooh ! Arthur Fortune ! Aaaaaaaah !
M. Burns : Oui ! C’est ce regarde que je recherche. Qu’est-ce qui vous pousserais vous et les brutes dans votre genres à me regarder ainsi ?
Homer : C’est pas la peine de me traiter de brute !
M. Burns : Ouiii, exactement ! C’est le genre de conseils qu’il me faut. Quoi d’autre gros lard ?
Homer : [Il réfléchit] Hummmm...

SEQ 9 – EXT/JOUR Dans la rue[Homer et Burns sont sur le toit d’un immeuble. Ils lancent des pièces de monnaie sur les gens en bas]
M. Burns : Ha ha ha ! Excellente idée Simpson ! Des pièces d’un dollar. Avec les compliments de Montgomery Burns ! [Les pièces qui s’écrasent sur la rue manquent de blesser plusieurs personnes. Lenny et Carl passent par là. Lenny reçoit une pièce sur sa tête]
Lenny : [Il soufre] Hou ! Aaaah ! Retire-moi ça ! Retire-moi ça ! [Carl enlève la pièce de son crâne. Beaucoup de sang commence à gicler de la blessure] Oh ! Remets-la ! Remets-la ! [Carl lui remet la pièce dans la fente de son crâne] Ah ! Je l’ai échappé belle... Tu viens au bowling ?
Carl : Tu ferais mieux de voir un toubib avec cette pièce dans le crâne.
Lenny : Et toi de t’occuper de tes oignons ! [Une femme passe à coté d’eux. Lenny prend la pièce qu’il a sur la tête et la retire comme s’il s’agit d’un chapeau. Le sang se remet à gicler] Bonjour m’dame.
Femme : [Apeurée] Aaaaaah ! [Elle s’en va en courant, Lenny remet sa pièce sur son crâne]

SEQ 10 – INT/JOUR Centrale nucléaire – Bureau de monsieur Burns[Il regarde un magazine]
M. Burns : Je n’en reviens pas. Je ne figure toujours pas dans les 100 milliardaires les plus populaires. Je suis derrière Adam Sandler non d’un chien !
Homer : Pourquoi vous donnez pas de l’argent à une œuvre ? Y a plein de vieux schnock qui font ça.
M. Burns : Un don à une œuvre de bienfaisance, hein ? Il y a un commencement à tout. [Il prend un énorme chèque dans son tiroir et le remplit] Portez ce chèque de 200000$ à l’hôpital de Springfield.
Homer : Tout de suite. [Il plie le chèque plusieurs fois puis le met dans sa poche arrière. Il s’en va et, le chèque se déplie au fur et à mesure dans sa poche]
M. Burns : Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre tranquillement qu’on vienne me couvrir de lauriers. [Plusieurs heures plus tard, il attend toujours. Burns appuie sur un bouton « poison criquets. Un gaz s’échappe à l’extérieur et on entend de petits toussotements]

SEQ 11 – INT/JOUR Hôpital – Accueil[Burns vient se plaindre auprès de la réceptionniste]
M. Burns : [Fâché] Où sont les lauriers que l’on me doit !?
Femme : [Elle regarde dans un registre] Hummm... non, je ne voit aucunes traces d’un don que vous auriez fait monsieur Burns. Par contre nous avons reçu un très généreux don d’un monsieur Homer Simpson.
M. Burns : Quoi !!? [Il voit qu’il y a une statue d’Homer derrière lui, des enfants dans les bras. Burns, fou de rage, donne des coups de poing et de pieds dans la statue] C’est injuste ! C’est injuste ! Gnnnn ! [Il se retourne vers la réceptionniste car il a mal aux mains] Morphine je vous prie.

SEQ 12 – INT/NUIT Maison des Simpson – Salle à manger[Les Simpson sont en train de manger. Monsieur Burns est là également]
Homer : Attendez voir, parce que j’ai apporté le chèque ils ont donné mon nom à une aile ? Hi hi hi hi hi hi hi hou hi hi ! Oh, vous devez être furax.
M. Burns : Je le serai quand la morphine ne fera plus effet, mais d’ici là... Tidoudoumdidi... [Il chante et danse dans la salle à manger]
Homer : Je me sens coupable. Si les gens connaissaient le vrai Burns et pas le lanceur de dollars accroc à la morphine qu’il est devenu, il vous aimerai.
Lisa : Oui, pour changer votre image, il vous faut montrer votre vrai visage. [On voit la tête de Burns passant une langue de lézard, les yeux pleins de veines] Euh... à la radio.
M. Burns : La radio, mais bien sûr ! J’irai dans l’émission qui marche le mieux ces temps-ci. C’est toujours réveille en fanfare avec Don McGean ?
Bart : Eh ! On est plus en 40 mec. C’est « Poubelle show » animé par Bob WC.
Marge : Ooooh ! Je doute que monsieur Burns aime cette émission.
M. Burns : Qu’est-ce qu’il y a ? Je ne suis pas branché ? Je n’ai pas assez de Poupoupidou ? [Il se déhanche comme Marilyn Monroe. Les Simpson le regarde d’un air surprit]

SEQ 13 – INT/JOUR Studios de KBBL[Des siamoises sont dans le studio. Homer et Burns attendent leur tour derrière la vitre]
Bob WC : Merci à Knick-knack et Paddywhack les siamoises naines. On regardera votre nouvelle série sur la Fox.
Homer : Bonne chance monsieur Burns. Si vous êtes en panne, j’ai noté qu’que blagues sur la différence entre les noirs et les blancs. [Il prend la feuille que lui donne Homer et va s’asseoir en face de Bob WC]
Bob WC : Ca va monsieur Burns ? Bob WC, bienvenu à l’émission.
M. Burns : C’est un plaisir de...
Bob WC : Bon allez, on expédie le fossile et on présente les lesbiennes gladiateurs.
Homer : [Aux lesbiennes gladiateurs] Voyez, les noirs ont tendance à s’appeler Carl alors que les blancs ont plus tendance à s’appeler Lenny. Hi hi hi hi hi hi ! [Elles s’en vont. Homer passe sa main au dessus de sa tête] Zou !
[L’enregistrement de l’émission commence]
M. Burns : Bien, monsieur WC, sachez que je ne suis pas le mauvais bougre. Si vous voulez vous moquer de ma passion légendaire pour les noix, ne vous gênez pas.
Bob WC : [Il a une tasse à café en forme de WC dans la main] Hein, hein. Très bien. Combien de fois vous allez aux toilettes ?
M. Burns : Environ 40 fois par jours. Quand serons-nous à l’antenne ?
Bob WC : Mais on y est en ce moment Squelettor.
M. Burns : Quoi !? [Il voit que le panneau « On the air » est allumé]
Bob WC : Deuxième question, combien mesure votre saucisse ?
M. Burns : [Énervée] Oh, seigneur dieu ! Que genre d’émission de radio est-ce là !?
Bob WC : Bon, autre question, votre première expérience gay remonte à quand ?
M. Burns : Eh bien, quand j’avais 6 ans, mon père m’a emmené en pique-nique. Tous le monde était follement gai. Aaaah ! Je me suis gavé de saucisses ce jour là.
Bob WC : Ah, comme c’est charmant. [Il dit tantouzes en toussant] Vous avez déjà tuer ?
M. Burns : Tuer ? Eh bien... Il y a eu des erreurs.
Bob WC : Monty, il parait que vous avez sans arrêt des gaz. Un commentaire ?
M. Burns : Oh non ! Écoutez ! [Bob WC appuie sur un bouton plusieurs fois et on entend des gaz] Ca suffit ! Attention chers auditeurs, la plupart des bruits que vous entendez ne viennent pas de moi. Oh, arrêtez ! Je vous en prie, faites cesser cette pétarade ! [Il est si nerveux qu’il perd connaissance] Arggggh !
Bob WC : N’aillez pas peur, il n’est pas mort. J’entend encore certaines fonctions vitales. [Il appuie encore plusieurs fois sur le bouton qui fait entendre des gaz]

SEQ 14 – EXT/JOUR Sur la route – Dans la voiture d’Homer[Homer et Burns reviennent à la maison]
M. Burns : Ca ne s’est pas bien passé, hein ?
Homer : Heureusement que les lesbiennes savaient faire le bouche à bouche.
M. Burns : [triste] Oooh ! A quoi bon ? Je ne serais jamais le célèbre milliardaire adulé de tous qu’est Arthur Fortune.
Homer : Oooooooh ! Arthur Fortune ! Aaaaaaaah ! Vous savez se que ce type fabuleux vient de faire ? Il a offert deux pandas mâles au zoo de Springfield. Et il a réussi à les faire s’accoupler.
M. Burns : Et ce genre d’exploits impressionnent les gens ?
Homer : Oh ouais ! Et il en faut beaucoup pour m’impressionner. [Il pointe une voiture du doigt, impressionné] Waaaaaah ! Une voiture bleue !
M. Burns : Si un couple de mangeurs de bambou peut conquérir le cœur des gens, alors je vais leur offrir se que l’homme recherche depuis qu’il est sur terre.
Homer : Un Irlandais qui boit pas ?
M. Burns : Encore plus rare.

SEQ 15 – EXT/JOUR Écosse – Dans un hélicoptère[Homer, Burns, Willie et le professeur Frink arrivent en Écosse à bord d’un hélicoptère]
Homer : Waaaah ! C’était une sacrée balade en hélico ! [On voit, à travers le brouillard, une panneau avec écrit dessus Loch Ness]

SEQ 16 – EXT/JOUR Écosse - Au bord du Loch Ness[Willie et le professeur Frink préparent les appareilles qui serviront à attraper le monstre du Loch Ness. Burns scrute l’horizon avec une paire de jumelles]
Homer : Vous pensez pouvoir capturer le monstre du Loch Ness ? Parce qu’il a échappé à Léonard Nimoy qui était venu le filmer.
M. Burns : Pssst ! Ce pauvre Nimoy ne verrai pas une vache dans un placard !
Frink : [Il sort plusieurs appareilles d’une caisse en bois] Euh... Voyons voir, nous avons le monstromètre, le glouglouteur, le canularscope indispensable à toutes recherches...
Willie : Ah ! Toute la ville a débarquée. Je les ai jamais vu si énerves. [Seulement cinq villageois les regardent, immobiles. Deux d’entre eux sont les parents de Willie]
Homer : Eh Willie, vous ressemblez à ce couple de vieux.
Willie : Ouais. C’est m’man et p’pa. Ils ont une taverne dans le coin. Y a encore la table de billard sur laquelle j’ai été conçu, mis au monde et élevé. [Il s’approche de ses parents]
Mère de Willie : Alors t’es revenu fils ?
Willie : Ouais.
Père de Willie : Je suppose que tu répares bientôt.
Willie : Ouais. [Comme ils n’ont plus rien à se dire, ils haussent les épaules et s’en vont]
[Homer a enfilé une combinaison de scaphandrier mais il n’arrive pas à fermer la ceinture]
Homer : Gnnnnn ! Encore un peu !
M. Burns : Où est mon monstre bibendum ? Pourquoi croyez-vous que je vous paye tous les trois ! ?
Homer : Pour bosser dans votre centrale.
Willie : Moi je touche rien du tout !
Frink : Vous m’avez kidnappé ! Je me souviens de tout. De la corde, du ruban adhésif, de la balle de tennis dans la bouche, j’avais mal !
M. Burns : Le monstre ressemble à ça... [Il sort une poupée souvenir représentant le monstre avec un t-shirt et un chapeau] Mais sans le t-shirt fantaisie.
Homer : Paré. Allons-y. [Homer, habillé en scaphandrier, entre dans le lac]
[Plus tard, Homer n’est toujours pas revenu]
Willie : Ca fait des heures qu’il marine dans cette eau glacée. Comment un type peut survivre à une épreuve pareil ? [On suit le tuyau et on se rend compte qu’il sort du lac, à l’opposé de l’endroit où sont Burns, Willie et Frink]

SEQ 17 – INT/JOUR Écosse - Taverne[Le tuyau mène à une taverne. Homer y est et joue à un flipper ayant pour thème, le monstre du Loch Ness]
Homer : Gnnnn ! Gnnnnnn ! Tu va crever sale monstre !

SEQ 18 – EXT/JOUR Écosse – Au bord du Loch Ness[Les quatre hommes attendent patiemment que la créature se montre]
Frink : Oh, doux Jésus ! Le voilà ! Nous touchons au but messieurs. [Il regarde sur un radar] Je viens de repérer une gigantesque créature amphibie. 80 mètres de long et elle se dirige vers nous ! Oh, l’andouille ! Elle est sur ma chaussure ! C’est une... une petite grenouille. [Il a en effet, une grenouille sur sa chaussure. Il la fait partir] Va-t’en ! Va-t’en ! Fiche le camp ! Fiche le camp ! [Il donne un coup sur l’antenne du monstromètre] C’est cette machine ! Oh, attendez voir, ca ne vient pas du monstromètre mais du surgrenouillateur. Oh !
M. Burns : Nous sommes la risée de la ville. [Les villageois les regardent sans rire. Ils ont un regarde sans expression]
Homer : No problemo m’sieur Burns. On trouvera ce monstre quelque soit le temps que ça prendra... Et puis je commence à me sentir bien en kilt. Hi hi hi ! Vous vous rendez compte que c’est un 38 ? Wouuu ! [Il porte un kilt et tourne sur lui même d’un air efféminé]
Père de Willie : Hum.
Villageois 1 : Ouais.
M. Burns : [triste] Aaaah ! C’est inutile de traquer un animal qui a 38 kilomètres d’eau pour se cacher... .Videz le lac !
Willie : Quoi !?
M. Burns : Parfaitement ! Mettez en route le délochnessateur ! [Frink commence à pomper l’eau du lac avec une petite pompe]
Frink : Gnnnn ! Gnnnnn ! Gnnnnn ! Ah, c’est dur de pomper ! Gnnnn ! [Plus tard, le lac est complètement à sec mais l’eau s’est déversée dans la vallée où se trouvait le village où habitent les parents de Willie]
Villageois 1 : On a perdu nos maisons et tout se qu’on chérissait.
Villageois 2 : Ouais.
[Burns voit dans ses jumelles quelque chose qui ressemble au monstre]
M. Burns : Je le vois. Je le vois le monstre !
Willie : Naaan ! C’est un char de la fête annuelle du collège Loch Ness qui a été balancé là. [C’est en effet, un char ressemblant au monstre. Il est écrit dessus « Ecrasez Aberdeen »]
Homer : [Énervé] Sûrement pas ! Aberdeen est meilleur ! [Le vrai monstre du Loch Ness arrive et écrase le char. Les 4 hommes sont apeurés. Homer regarde la poupée représentant le monstre] C’est bien lui.
M. Burns : Allons messieurs, maîtrisez-le. [Homer, Willie et Frink s’en vont en sifflant, comme s’il n’avait rien entendu] Très bien, je vais le faire moi même. [Il retire sa veste, retrousse ses manches, retire sa cravate et s’approche du monstre]

SEQ 19 – EXT/JOUR Écosse – Hélicoptère[Le monstre du Loch Ness est accroché avec une corde en dessous de l’hélicoptère. Les 4 Springfieldiens sont à l’intérieur de l’appareil]
Willie : Vous m’avez épaté m’sieur Burn !
M. Burns : J’étais un peu inquiet quand il m’a avalé mais, vous connaissez la suite. Et bientôt mon retour triomphal à Springfield.

SEQ 20 – EXT/JOUR Port[Homer, Burns, Willie et Frink sont arriver à Springfield. Une foule de gens attend de voir le monstre devant un grand rideau disposé sur un podium]
Kent : La fièvre du monstre c’est emparé de la population et cela grâce à un Homme : Montgomery Burns. Qui n’a pas seulement capturé le monstre, il a aussi conquit nos cœurs. A propos les filles... il est célibataire.
Patty : Ah ouais ? Tous les espoirs sont permis. [Elle se met un peu de spray dans la bouche. Burns arrive sur la scène. Les gens l’applaudit]
M. Burns : Merci. Merci à vous tous. Et maintenant, voici la neuvième merveille du monde... La huitième tant les yeux de velours de Rudolph Valentino. Le légendaire monstre du Loch Ness !
[Le rideau s’ouvre. Le monstre est dans un bassin et est arrosé par Willie et Frink à l’aide de lance incendies]
Gens : Ouais !!
M. Burns : [Gêné] Merci, vous êtes trop gentils. C’est ça, laissez-vous aller. Vénérez-moi comme un dieu. [Le monstre sort sa gueule de l’eau]
Milhouse : Eh ! Regarde, il se redresse. [Les gens commencent à faire des photos]
M. Burns : Non ! Ne faites pas ça ! Non ! Vous affolez le monstre ! [En fait, le monstre apprécie qu’on le prenne en photo] Pas de photos ! Ca le rend fou furieux ! [Les flash des appareils aveuglent monsieur Burns] Arrêtez, vous m’aveuglez ! Non ! Non ! Je ne vois plus rien... [Comme il est aveuglé, Burns fonce sans le vouloir sur un cameraman. La machine de celui-ci fait tomber les projecteurs et se mettent à brûler]
Marge : Fuyez !
Apu : [Apeuré] Monsieur Burns va tous nous tuer ! [Tous le monde s’en va en courant]
M. Burns : Non, restez ! Aimez-moiiiiii !
[Plus tard, lorsque tous le monde est parti, Homer et Burns sont assis au bord du quai]
Homer : Ben dis donc, si vous vouliez vous faire aimer des gens, c’est fichu après un souk pareil.
M. Burns : [triste] Aaaah !
Homer : Vous savez quoi ? Pour être aimer faut être gentil avec les gens tous les jours. Mais pour être détesté y a besoin de rien faire.
M. Burns : Vous n’avez peut-être pas tort. J’étais tellement obsédé par l’idée de plaire que j’en ai oublié qui je suis. Je suis un vieux fou égoïste et ceci me convient parfaitement. [Le monstre du Loch Ness frotte gentiment sa tête contre monsieur Burns]
Homer : Et notre ami on en fait quoi ? On le met à la décharge ?
M. Burns : Non, non, non. J’ai l’intention de donner un foyer à ce petit coquinet.

SEQ 21 – INT/NUIT Las Vegas – Casino[Nessie, le monstre du Loch Ness, travail maintenant au casino. Il se trouve à coté d’une machine à sous en compagnie de Homer et Burns. Homer joue et perd]
Homer : D’oh !
M. Burns : Pas de chance Simpson.
Homer : Allez Nessie, encore un coup ! [Nessie s’énerve] D’accord, d’accord... Tu veux pas des crevettes ? [Nessie hoche la tête] Oui je sais, elles sont dégueu.

[Pendant le logo gracie film]
Lisa : Oh, il paraît que c’est nul !
Script écrit en octobre 2004 par Lenny Bar
L'équipe du site | A propos | Contact
©2000-2019 The Simpsons Park