Haut de page
 

L'anecdote du jour

28/07/2017
Contrairement aux stars du cinéma, de la chanson ou du sport, les personnalités politiques se font rares dans la série or, le premier ministre britannique de l'époque, Tony Blair, a véritablement participé à l'épisode Homer rentre dans la reine (s15) ! Il a fallu 8 mois de négociations pour avoir son accord.

Rechercher sur le site

Les Simpson à la TV

Le malheur est dans le prêt
Les Simpson doivent revendre leur maison par manque d'argent.
28/07 à 21h00 (6ter)
Maggie s'éclipse
Maggie a été récupérée par un couvent qui refuse de la rendre aux Simpson.
28/07 à 21h25 (6ter)
Au nom du grand-père
Les Simpson partent en Irlande avec Abraham.
28/07 à 21h50 (6ter)

Derniers commentaires

simpsonofan | Ah ben Joyeux Anniversaire du coup. Et ça veut dire que ça fait dix ans que j'ai découvert cette... (Il y a 10 ans sortait Les Simpson, le film)

JUJU 30 | Et bien enfin, ça c'est une bonne nouvelle ! (Retour des DVD)

Les Simpson 80 | Joyeux anniversaire au Simpson le film (Il y a 10 ans sortait Les Simpson, le film)

Les Simpson 80 | Je suis content ressort en DVD mais a par simpsonspark sur net il s'en parle pas et j'espère qu'il... (Retour des DVD)

TBTURENGA | Super jai la saison 17 en DVD (Retour des DVD)

Interview de Juliette Vigouroux et Alain Cassard (03/02/2007)

Juliette Vigouroux et Alain Cassard, le couple chargé de l'adaptation des Simpson pour la télévision française depuis les débuts de la série à accepté de recevoir l'équipe de The Simpsons Park chez eux pour un entretien.

The Simpsons Park : Juliette et Alain bonjour, on vous connaît beaucoup pour les Simpson, mais pouvez-vous nous résumer votre carrière ? Comment êtes vous arrivés dans le métier et qu'avez-vous fait avant la série ?
Juliette Vigouroux : J'étais attachée de presse de théâtre et j'ai eu à m'occuper d'une pièce mise en scène par Michel Gast qui avait, par ailleurs une grosse boîte de doublage avec Jenny Gérard qui est une grande directrice de plateau. J'en avais marre d'être attachée de presse, qui est un travail très ingrat et comme j'aimais le cinéma et l'écriture j'ai demandé à Michel Gast si je pouvais faire un essai dans l'adaptation de dialogues avec Alain, mon mari.
Alain travaillait dans le tourisme de luxe et faisait visiter l'Europe à des clients américains. La culture américaine lui était plus familière qu'à moi et c'était un plus. On s'est donc lancé sur une obscure série « Hôtel » ce qui nous a permis de nous faire la main et apprendre les techniques de l'adaptation. Ensuite, on nous a confié des choses plus difficiles comme la série M*A*S*H et très vite des films (des petits puis des grands , notamment plusieurs « Palme d'or » comme La Leçon de Piano ou Underground).

TSP : Comment en êtes-vous arrivée aux Simpson et quelles ont été vos premières impressions sur ce dessin animé ?
JV : C'est PM productions, la société qui nous avait donné notre chance dans le doublage,qui nous a confié la série qui, au départ, nous a été présentée comme un dessin animé pour enfants, nous avions donc une interdiction totale de la part de Canal+ d'utiliser des grossièretés.
Alain Cassard : à l'époque, un Américain de la Fox était chargé de superviser nos textes mais ce n'est plus le cas aujourd'hui, nous avons une plus grande liberté et ne sommes plus obligé d'édulcorer nos dialogues.
Le paradoxe c'est que les Simpson soient diffusés sur la Fox, la chaîne réac par excellence.
JV : Le superviseur s'occupait aussi de la version allemande, italienne etc. mais il nous a toujours dit que la VF était la meilleure, tant au niveau des dialogues que des acteurs qui doublent.

TSP : Pouvez-vous nous expliquer plus précisément en quoi consiste votre métier ?
JV : Nous recevons, au coup par coup pour chaque épisode, une cassette VHS tirée du « master » original, qui nous est transmise par la SOFI, la boîte de doublage, ainsi que le script de l'épisode que l'on nous envoie par e-mail.
Avant que nous intervenions, il y a toute une étape de « détection » faite par une autre personne que l'on appelle le détecteur, qui consiste à écrire toutes les répliques en anglais sur une bande vierge appelée bande rythmo, de façon à ce qu'elles soient synchrones avec l'image avec un système de « time code ». Nous écrivons ensuite nos répliques en français sur la même bande en dessous de celles en anglais.
AC
: Après le détecteur et l'adaptateur intervient une troisième personne que l'on appelle le calligraphe qui reproduit le texte français sur une nouvelle bande transparente en belle calligraphie de façon à ce que les comédiens puissent la lire en même temps qu'ils regardent l'image à l'écran dans le studio d'enregistrement.

TSP : Combien de temps prend l'adaptation d'un épisode ?
JV : S'il n'y a pas de chansons à adapter on met un minimum de 5 jours par épisode.
AC : Et ce ne sont pas des journées de 6 ou 8 heures mais bien souvent des journées de 12 heures.

TSP : Comment vous vous repartissez le travail entre vous ?
JV : Pour les films nous écrivons toujours à deux. Pour les Simpson nous faisons nos épisodes séparément mais nous faisons quand même lire notre travail à l'autre. Nous nous répartissons les épisodes au hasard, parfois en tirant au sort !
AC : Je laisse ceux avec des chansons à Juliette, car elle aime bien en écrire et moi je déteste ça (rires)

TSP : Regardez vous les épisodes dès leur diffusion aux USA pour savoir a quoi vous attendre et suivez vous la série quand elle est diffusée en France ?
JV : Non, nous les découvrons lorsque nous les recevons.Et nous ne les regardons pas tous sur Canal, faute de temps.

TSP : Parfois des personnages qui n'apparaissent que très peu ont un nom différent lorsqu'ils réapparaissent parfois des années plus tard dans un autre épisode. Par exemple, la femme de Ned de Las Vegas s'appelle Ginger dans Fiesta à Las Vegas (saison 10), alors que dans Un homme et deux femmes (saison 13), elle s'appelle Gloria. Ou bien encore Sanjay le frère d'Apu s'appelle tour à tour en VF Mouloud, Sanchez et enfin Sanjay dans les épisodes plus récents. Avez-vous des notes pour vous aider à vous souvenir de certaines choses ? Etes vous devenus plus intransigeants sur la continuité de la série en voyant son succès et le nombre de fans grandissant au fil des ans ?
JV : Nous ne nous souvenons pas de tous les épisodes, nous finissons toujours par les oublier et c'est un peu normal.
AC : Concernant Apu , la première fois qu'il est apparu dans un épisode, personne ne savait qu'il serait un personnage récurrent et donc, que le fait qu'il soit Indien deviendrait évident et important. Comme l'accent indien ou pakistanais n'est peut-être pas facile à imiter, sur le plateau d'enregistrement ils lui ont donné un accent portugais.
JV : Le nom Mouloud ou Sanchez ne vient certainement pas de nous. Il s'agit d'un changement sur le plateau. De plus, nous essayons de ne jamais changer les noms originaux car nous craignons toujours que leur nom apparaisse à l'écran, écrit sur un T-shirt par exemple.

TSP : Pourquoi les comédiens sur le plateau prennent ils alors cette liberté ?
JV : Il faut le leur demander !

TSP : Quelle est la difficulté principale de votre travail ?Y a t'il des parties plus difficiles à adapter que d'autres ? Notamment les chansons.
Pourquoi certaines sont elles traduites alors que d'autres restent en Anglais sous titrées ?

AC : La difficulté principale réside dans la synchronisation des dialogues, nous avons la contrainte de la longueur des phrases qui ont en plus un rythme différent en Anglais et en Français. C'est une chose de bien comprendre le sens, de trouver l'équivalent en français, c'en est une autre de faire coller la phrase aux mouvements de la bouche et à la longueur. A cela vient s'ajouter le fait qu'on nous laisse souvent très peu de temps pour écrire les épisodes ou les films ce qui nous oblige à travailler dans l'urgence. Les Simpson sont sans aucun doute ce que nous avons de plus dur à adapter.
JV : Une autre difficulté réside dans les « inserts » (ndlr : les textes en incrustation des panneaux de l'église par exemple). Canal+ exige que l'on sous-titre tout mais il n'y a parfois pas assez de temps de lecture et il est très difficile de rendre les blagues en si peu de mots. Pour les chansons, quand il s'agit de quelque chose de connu, il est hors de question d'y toucher, elle sera seulement sous-titrée si on juge que les paroles ont un sens dans la scène. Normalement la musique est sur une piste audio séparée pour pouvoir être doublée mais il est déjà arrivé que cela ne soit pas le cas et que les paroles soient sur la même piste ce qui explique que certaines chansons créées pour la série soient restées en anglais dans la VF.
AC : Nous faisons parfois aussi appel à une amie américaine de Los Angeles pour comprendre le sens de certaines plaisanteries obscures que parfois même elle a du mal à comprendre. Il s'agit bien souvent d' « inside jokes » de la part des scénaristes.

TSP : Etes vous totalement libres de modifier complètement un gag s'il ne se prête pas à une traduction ?
JV : Bien sûr et c'est là la grande difficulté des Simpson. Quand il y a des jeux de mots ou des allusions à des produits , des marques, ou des choses qui se sont passées entre des personnalités totalement inconnues en France, il faut adapter sans jamais tomber dans le franchouillard, jamais faire d'allusions à des choses françaises mais toujours à quelque chose de connu internationalement, car, même si c'est doublé en français, le contexte est américain. (ndlr : ce ne sont pas eux qui sont responsables des noms Loana, Danièle Gilbert, Mamie Nova etc. mentionnés dans certains épisodes, il s'agit de modifications apportées par les comédiens lors de l'enregistrement)

TSP : Intervenez vous sur les sous titres des DVD ?
JV : Non pas du tout. (ndlr : ce sont d'autres traducteurs qui s'occupent de ces sous- titres, ce qui explique les différences dans les textes en incrustation)

TSP : Avez-vous déjà reçu le script du film et si oui pouvez vous nous en dire deux mots ?
AC : Non pas encore, nous le recevrons probablement au dernier moment comme c'est souvent le cas malheureusement.
Nous avons simplement écrit des scènes avec des personnages qui n'existent pas dans la série pour que des acteurs fassent des essais afin de choisir les voix françaises de ces personnages.

TSP : Lors de vos adaptations de films, vous recevez le scénario avant même la sortie mondiale du film, vous êtes ainsi détenteurs du scénario complet avant tout le monde. Cela représente t'il une pression particulière ?
JV : La pression ne vient pas de là. C'est de travailler dans l'urgence qui est pénible, ne jamais pouvoir laisser reposer son travail et revenir dessus avec un esprit frais, comme pour tout travail d'écriture. Les Américains travaillent souvent sur le montage d'un film jusqu'à une date très proche de sa sortie. Or s'il sort en France le même jour, il reste très peu de temps pour le détecter, écrire les dialogues, le doubler, le mixer etc.. .Sans compter que nous avons souvent des versions provisoires et qu'il faut remanier nos textes au fur et à mesure des changements de montages, et ce, jusqu'à la version définitive.

TSP : Et pour finir à part les Simpson sur quoi travaillez vous en ce moment ?
JV : Hormis Les Simpson, nous ne travaillons pas du tout pour la télé.
Nous venons de finir le film « 300 » tirée d'une bande dessinée. Nous travaillerons ensuite sur le prochain film d'Harry Potter et bien entendu sur le long métrage des Simpson, les 2 films sortent avec seulement deux semaines d'intervalle. Beaucoup de travail en perspective donc.


» Cliquez ici pour télécharger une petite vidéo (13 Mo - .mov) de Juliette Vigouroux nous expliquant, exemple à l'appui, les difficultés de leur métier sur l'épisode Jazzy and The Pussycats.

» Cette interview a été réalisée par l'équipe de TSP le 03 février 2007 à Paris.

L'équipe du site | A propos | Contact
©2000-2017 The Simpsons Park