Haut de page

Rechercher sur le site

L'anecdote du jour

Suite à des retours mitigés du staff, le Simpson Horror Show III (s4) a subi de nombreux changements au niveau de l'écriture à 6 semaines de la diffusion, un choix rare.

Les Simpson à la TV

Aucune diffusion à venir.

Une leçon de vie

SEQ 1 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World

[La famille Simpson accompagnée d'Abraham se rendent au parc d'attraction aquatique]
Homer : Oh, j'adore aller dans les parcs aquatiques ! Bien sûr, ils ont des attractions moins bonnes que les parcs d'attractions, moins de poissons que les aquariums mais le parking est plus vaste ! [Marge dépose Maggie dans une poussette en forme d’huître. Homer la referme] Et maintenant, on ferme pour ta sécurité. [Maggie se retrouve dans le noir, apeurée]

SEQ 2 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World

[La famille ainsi qu'Abraham se promènent dans les allées du parc]
Marge : Oh, il y a tellement de choses à photographier ! [Elle prend son appareil photo, triste] Mais j'ai déjà rempli mon appareil sur le parking. [Elle consulte les photos et les décrit au fur et à mesure qu'elles défilent à l'écran] Le panneau du parking C, le tram, une plaque minéralogique du Canada, un oiseau picorant des chips, mes pieds marchants, ce petit qui a été malade dans le tram, Grand-père parlant à un buisson-sirène, le règlement du parc en espagnol, un gros bébé, Grand-père racontant une histoire à une barre de remorquage... [On entend un « bip ». Marge est désolée] Oups, je les ai toutes effacées... [Bart et Lisa s'avancent vers un panneau sur lequel est écrit « Visit the... ultimate sea life aquarium » ( « Visitez... l'ultime aquarium de la vie sous-marine ») accompagné d'une illustration de divers poissons tropicaux]
Lisa : [Enjouée] Je veux faire ça ! [Le panneau s'avère être animé, la seconde partie du panneau change et devient « Visit the... ultimate sea life buffet » (« Visitez... l'ultime buffet de la vie sous-marine ») avec une illustration de poissons tropicaux panés dans un plat. Lisa est horrifiée] Aaah !
Bart : Moi, je pique un truc aux objets perdus ! [Il prend un t-shirt immense dans le bac des objets perdus et l'enfile. Il est marqué dessus « Sexy Grandma » (« Grand-mère sexy »). Bart n'a pas l'air de s'en être aperçu et repart en ricanant fièrement]

SEQ 3 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World

[Les Simpson continuent leur visite du parc]
Abraham : [Il râle] Mes pieds me font mal, mon oreille gauche est gelée, mon oreille droite est brûlante, j'ai une odeur de poisson dans mes bajoues. [Mécontent, il s'assoit sur un banc en forme de requin. Une annonce retentit aux haut-parleurs]
Voix : Votre attention, exploro-nautes !
Marge : [Enthousiaste] C'est nous !
Voix : Dans une minute va commencer notre rock'quatique arrond'taculaire !
Homer : Vite ! Si on a pas une place dans la zone d'éclaboussures, j'aurais mis mon maillot de bain sous mes vêtements pour rien. [La famille s'apprête à courir mais est coupée dans son élan lorsqu'Abraham se met à parler]
Abraham : [Enjoué] Un spectacle à éclaboussures ?! Ça me rappelle l'époque où je faisais le grand plongeon dans une éponge mouillée pour l'amusement du président de la réserve fédérale, Paul Volcker.
Marge : Grand-père, pas d'histoire. Vous pouvez venir avec nous ou rester assis sur le banc-requin.
Abraham : Vous savez, je me suis assis sur un vrai requin autrefois.
Homer : [Énervé] Papa, maillot de bain ! [Il se déshabille intégralement puis devient confus] Oups, je l'ai pas mis...

SEQ 4 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World – Arène de spectacle aquatique « Slimu »

[Les Simpson, sans Abraham, sont assis dans les gradins. Dans le bassin, une dresseuse est debout sur les rochers]
Dresseuse : Faisons un accueil mouillé mais chaleureux au plus vieux mollusque d'attraction de Springfield !
Homer : [Il crie, énervé] Commencez le spectacle !
Dresseuse : [Mécontente] C'est le spectacle ! [Calmée] Voici l'originale octo-maman : Slimu ! [De l'eau se déverse dans le bassin par un trou dans le décor de rochers et une pieuvre en sort. La musique « I Got You (I Feel Good) » de James Brown retentit tandis que la pieuvre agite ses tentacules. Le public l'applaudit]
Moe : [Inquiet] Slimu, tu as reçu mes lettres ?
Dresseuse : Slimu ne s'attendait pas à avoir de visite alors elle va faire un brin de toilette. [Des plongeurs viennent nouer des brosses aux tentacules de la pieuvre. Les spectateurs rient]
Lisa : [Peinée] Slimu ne m'a pas l'air très à l'aise.
Homer : Tu le serais pas non plus si t'étais un poisson d'eau de mer dans un aquarium d'eau douce. [Slimu se défait de ses brosses]
Dresseuse : Le pays a son premier président noir. Il est peut-être temps qu'il est son premier président pieuvre ! [Un pupitre de discours s'élève sous la pieuvre et la sort de l'eau. On entend « Hail to the Chief ». La dresseuse prend une perche] Et quand elle doit signer des factures, elle le fait de son encre personnelle ! [Elle donne un coup dans Slimu qui cracha de l'encre. Dans la « Ink Zone » (« Zone à encre »), des spectateurs en k-way sont aspergés. Lenny en prend sur ses doigts]
Lenny : Oh ! Huileux...

SEQ 5 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World

[Non loin de l'arène, Abraham est assis seul et malheureux sur le banc-requin. On entend les clameurs et les applaudissements du spectacle]
Abraham : [Triste] Et vous réclamez une pieuvre dansante mais laissez tomber un vieil homme qui se plaint à propos de tout... [Un homme s'avance]
Marshall : Excusez-moi monsieur, cette place est prise ?
Abraham : Eh ben, pas pour une jolie fille comme vous. [Marshall se met à rire après une seconde d'incompréhension]
Marshall : Hahaha ! Eh bien, c'est la première fois que je m'assois sur un requin.
Abraham : Pas moi ! Je l'ai fait sur un vrai autrefois.
Marshall : [Enthousiaste] Dites-m'en plus ?
Abraham : [Étonné] Plus ?! [Il peste puis prend un air inquiet. En pensée, à lui-même] Reste calme Grand-père, reste calme Grand-père...

SEQ 6 – EXT/JOUR Navire « USS Première Guerre Mondiale » (Flash-back)

[Un flash-back en noir et blanc illustre le récit d'Abraham. On voit un navire de guerre américain dans l'océan. Les marins sont sur le pont et s'adonnent à des activités de loisirs et de détente. Abraham, jeune, se promène entre ses collègues]
Abraham : [Voix off] C'était pendant la seconde guerre mondiale. J'étais quartier-maître de seconde classe sur le « USS Première Guerre Mondiale ». Nous ne demandions rien à personne quand nous avons été attaqués par une torpille à recherche thermique qu'on avait lancée le jour d'avant. [Étonné, il regarde par dessus-bord la torpille foncer sur leur navire. Celui-ci explose et chavire. Les marins, y compris Abraham, tombent à l'eau en hurlant. Voyant que des requins les encerclent, ils ne sont pas rassurés]
Commandant : N'ayez pas peur des requins, messieurs. Vous faites le mort et ils vous laisseront tranquilles. [L'homme fait le mort en se laissant flotter mais un requin l'attaque aussitôt]
Abraham : [Voix off] Malheureusement, les requins aiment les morts. [Abraham agrippe un aileron et monte à califourchon sur le requin]
Abraham jeune : Eh les gars, ces requins ne peuvent pas nous mordre si on est sur leur dos ! [Quelques marins l'imitent]
Marin 1 : [Enthousiaste] Ouais ! Ah ouais, c'est comme l'attraction du « Cyclone » à Coney Island ! Wouhou !
Marin 2 : [Enthousiaste] C'est comme mater un tourbillon de poussière à Yuma comme je l'ai lu dans un bouquin quand j'étais à Boston ! [Tous les autres montent à leur tour sur des requins]
Abraham : [Voix off] Le temps que les avions de sauvetage arrivent, on avait pas mal entraîné ces requins. [C'est la fin de la journée. Un avion arrive, les pilotes semblent épatés. Vu d'au-dessus, on voit le sillon des requins former « SOS ». Puis le cadre s'élargit et on s'aperçoit qu'il s'agit du début d'une phrase, écrite intégralement par les marins sur les requins, « So sorry to bother you but we'd like to be rescued » (« Navrés de vous déranger mais nous aimerions être secourus »)]

SEQ 7 – EXT/JOUR Wet 'N' Wacky World

[Retour au présent. Abraham est à califourchon sur le banc puis rejoint Mashall sur l'assise. Ce dernier l'écoute attentivement]
Abraham : Je suis resté en contact avec ces hommes et certains de ces requins. Regardez, nous voilà à Hawaï l'an dernier. [Il montre une photo dans son portefeuille de lui et un de ses anciens collègues de la marine ainsi qu'un vieux requin dans un fauteuil roulant sur une plage] De bons moments...
Marshall : Monsieur, je m'appelle Marshall Goldman. Je suis journaliste chroniqueur spécialisé dans les histoires d'intérêt humain.
Abraham : Vous travaillez dans la presse ? Oh oh ! Quelque chose qui va mourir avant moi. [Marshall sort un ordinateur portable de sa sacoche]
Marshall : Vous avez d'autres histoires que vous pourriez me raconter ?
Abraham : [Touché] Enfin quelqu'un qui m'écoute ! Maintenant, je sais ce que ressent une radio.

SEQ 8 – INT/JOUR École élémentaire – Classe de Mme Krapabelle

[Mme Krapabelle parle à sa classe]
Edna : Alors les enfants, nous sommes vendredi après-midi ce qui veut dire qu'il est temps de découvrir lequel d'entre-vous va prendre Larry l'Agneau chez lui ce week-end. [Elle sort une peluche d'agneau de son bureau. Tous les élèves sont enthousiastes sauf Bart] Et n'oubliez pas : l'élève qui aura cette chance devra ajouter sa page au journal intime de Larry... [Elle sort un livre fait-main intitulé « The adventures of Larry the Lamb » (« Les aventures de Larry l'Agneau »)] … comme l'a fait Martin la semaine dernière. [Elle ouvre le livre à une page où il y a une photo de Martin et Larry sautant en parachute. Mme Krapabelle soupire d'admiration. Tous les enfants sauf Bart hurlent pour être désigné]
Bart : [Désabusé] Bah, elle nous gonfle avec son agneau de chiffon. C'est pas de l'étude.
Edna : Ah tu veux de l'étude ?
Bart : Ah non non non ! Je disais juste... [Mme Krapabelle prend une boîte remplie de petits papiers et plonge sa main dedans]
Edna : Ce week-end, Larry va aller habiter cheeez... [La classe retient son souffle. Nelson fait une prière]
Nelson : [Suppliant] Je vous en prie mon Dieu, j'en ai besoin ! [Mme Krapabelle déplie le papier qu'elle a pioché]
Edna : Bart Simpson. [Les élèves poussent un soupire de déception]
Martin : [Dramatique] Oh, cruelle ironie !
Bart : Eh, la seule chose que je rapporte à la maison, c'est les notes pour mes parents et encore, elles arrivent pas dans le même état.

SEQ 9 – INT/JOUR Maison des Simpson – Cuisine

[Marge lit une lettre signée de Mme Krapabelle. Des bouts de papiers avec une autre écriture sont collés à certains endroits. Il est écrit « Bart is in danger of failing /none/ of his courses. Please call me /Bart's Biggest Fan/.» (« Bart est en train d'échouer à /aucun/ de ses cours. S'il vous plaît, appelez-moi /la plus grande fan de Bart/. »)]
Marge : [Contente] Oooh, quelle gentille note.

SEQ 10 – INT/JOUR École élémentaire -Classe de Mme Krapabelle

[Mme Krapabelle s'avance vers le bureau de Bart en tenant Larry]
Edna : [Énervée] Je ne replonge pas ma main dans cette boîte de conserve. C'est toi qui a l'agneau ! [Elle pose la peluche sur le bureau de Bart. En colère, ce dernier la range violemment dans son sac-à-dos en lui coinçant la tête dans la fermeture éclair]
Nelson : [Menaçant] Pas si vite. Raconte au journal comme tu te sens fier de l'avoir. [Il pose le livre sur le bureau de Bart. Celui-ci écrit, contraint, sous le regard de Nelson. Il s'énerve] Plus d'adjectifs ! [Bart continue d'écrire. Nelson s'énerve encore plus] Ça c'est un adverbe ! [Il frappe Bart]

SEQ 11 – INT/JOUR Maison des Simpson – Cuisine

[En pyjama, Homer fait frire du bacon puis le sert dans une assiette. Il regarde aux alentours, verse l'huile dans sa tasse et la boit. Ned arrive à la fenêtre]
Ned : Bien le bonjour, Homer ! Tu as lu le journal ?
Homer : Non, je regarde les nouvelles sur internet. [Il montre un ordinateur posé sur la table. À l'écran, il y a « The seven essential truths about pyramid power » (« Les sept vérités fondamentales sur la pyramide du pouvoir »), un diagramme pyramidale composé de cases comme, entre autres, le diable, l'argent et le sexe. Homer rigole]
Ned : Eh ben dis donc, on dirait que ton père est une personnalité dont on parle. [Il montre la une du Springfield Shopper. On peut lire en gros titre « Out of the mouth of Abe » (« Sorti de la bouche d'Abe ») avec un article signé Marshall Goldman ainsi qu'une photo d'Abraham et de son flash-back]
Homer : Hein ?! Késako ? [Homer prend le journal, met ses lunettes et le lit] C'est rigolo... C'est poignant... C'est vraiment arrivé ?! Mon père est intéressant ? [Dépité] C'est vraiment le monde à l'envers ! [Il rouvre le journal] Ça veut dire que le canard est drôle ? [Désabusé] Non.

SEQ 12 – INT/JOUR Maison de retraite – Salon

[Assis dans des fauteuils, Jasper, le vieux fou juif et Abraham lisent le journal tandis que Marshall tape à l'ordinateur]
Vieux fou juif : Abraham, je savais pas que t'étais plein de [mot yiddish] !
Jasper : Ça veut dire quoi ?
Vieux fou juif : C'est comme [mot yiddish] mais avec une petite pointe de [mot yiddish].
Abraham : Ouais. Je vais pit-être devenir l'Abraham le plus connu de l'histoire.
Marshall : Alors, qu'est-ce que vous avez de plus pour moi ?
Abraham : Ben, voyons... [Il réfléchit] Ouuuh, j'ai travaillé comme cireur de chaussures à la gare centrale de Springfield !

SEQ 13 – EXT/JOUR Gare centrale de Springfield (Flash-back)

[Un flash-back en noir et blanc accompagne l'histoire d'Abraham. On le voit enfant cirant les chaussures de 2 hommes qui lisent le Springfield Shopper sur le quai. Leurs journaux titrent « Curly to Shemp : you're out ! » (« Curly à Shemp : Tu sors ! ») et « Bike wheels now the same size » (« Les roues de vélo sont désormais de la même taille »)]
Abraham : [Voix off] Tous les lundis, l'Étoile du Nord de Paillette-ville s'arrêtait à dix-sept heure sur le chemin d'Hollywood. J'ai jamais pris ce train mais je palabrais avec les stars du cinéma qui descendaient se dégourdir les jambes. [Le train entre en gare. Sortent les uns à la suite des autres Jimmy Durante, Shirley Temple, W. C. Fields...]
W. C. Fields : Salut. [...Laurel & Hardy, James Cagney et Frankenstein. Ce dernier s'allume un cigare]
Abraham : [Voix off] Mais aucun n'est aussi mémorable pour moi que... [Le jeune Abraham crache sur la chaussure devant lui avant de l'essuyer. Le visage de Clark Gable se reflète dedans]
Abraham enfant : [Impressionné] … Clark Gable ?!
Clark Gable : Uh, quelqu'un a vu ma participation comme figurant dans « Du Barry, femme de passion » ?
Abraham enfant : Je l'ai vu, monsieur Gable ! Comment ça se fait que vous êtes pas encore une star ?
Clark Gable : Peut-être que mes oreilles sont trop grandes, je sais pas. Hahahaha ! Qu'est-ce que tu lis, là ? [Il désigne un livre posé près d'Abraham]
Abraham enfant : Oh, ça s'appelle « Autant en emporte le vent » ! Lisez-le ! [Il donne le livre à Gable] Y a qu'un seul gros mot et il est pas très gros.
Clark Gable : « Autant en emporte le vent », hein ? Voyons... [Gable le lit et s'en va] Sottise, sottise, mon texte. Sottise, sottise, mon texte. Atlanta en feu, beaux costumes... Oh, ça me plaît ! [Il monte dans le train qui démarre. Il salue Abraham] Merci petit ! Ne raconte cette histoire à personne avant soixante ans ! [Le train s'éloigne]

SEQ 14 – INT/JOUR Maison des Simpson – Cuisine

[Assise à la table, Lisa lit le journal. Bart fait sauter à la poêle Larry l'Agneau]
Lisa : [Elle lit] « Clark Gable me doit un bouquin et il ne m'a jamais payé le cirage de pompes. Mais ses grands yeux bleus pouvaient faire fondre le beurre qu'on gardait dans la poche pour le déjeuner. « Le beurre de poche », on l'appelait. ».
Homer : [Peiné] Comment ça se fait que Grand-père n'a jamais partagé ces histoires avec nous ? [Marge sert à manger]
Marge : Il l'a toujours fait mais t'as jamais écouté.
Homer : Marge, mon cerveau est comme un ordinateur et je range toujours les histoires de Grand-père dans un endroit très spécial. [On voit le cerveau d'Homer illustré sous la forme d'un bureau d'ordinateur. La souris prend le dossier « Grampa's Stories » (« Les histoires de Grand-père ») et le déplace dans « Trash » (« Corbeille »)] Hm, pendant que je suis là-haut... [La souris sélectionne les dossiers « Kids' Friends' Names » (« Les prénoms des amis des enfants »), « Driving a Stick Shift » (« Conduire une voiture à boîte manuelle ») et « History » (« Histoire ») et les met également dans la corbeille. Puis elle clique sur « Empty Trash » (« Vider la corbeille »)] Hihihihihi ! [Un écran de veille apparaît puis un message d'erreur s'affiche disant « Fatal Error – Please contact system administrator » (« Fatal Error – Veuillez contacter l’administrateur du système s'il vous plaît »). Homer est confus] Oh-oh...

SEQ 15 – INT/JOUR Maison des Simpson – Séjour

[Bart s'amuse avec Larry l'Agneau et Petit Papa Noël. La chien tente d'attraper la peluche tandis que Bart l'agite devant lui. Le chien finit par le mordre et tire dessus]
Bart : Vas-y mon chien, mords-lui les noisettes ! [Lisa accourt et reprend Larry]
Lisa : [Mécontente] Bart ! Si tu ne dois pas prendre soin de lui comme il faut, alors donne-le moi !
Bart : Pourquoi tu te mets pas en rogne quand je tourmente les vrais animaux ?
Lisa : [Mécontente] Je m'y mets. Ça me fait enrager.
Bart : Je croyais que vous, les hindous, vous deviez aimer tout le monde.
Lisa : [Furieuse] Mais bon sang, je suis Bouddhiste ! Une Bouddhiste ! [Elle donne un grand coup de pied dans la commode]

SEQ 16 – EXT/JOUR Rue de Springfield

[Lisa promène Larry l'Agneau dans une poussette]
Lisa : Larry, je t'en prie, ne juge pas toute la famille d'après Bart. C'est le mouton noir. Euh je veux dire, c'est pas que les moutons noirs soient inférieurs aux moutons blancs, je ne juge pas la laine par sa couleur, seulement par sa façon de gratter. Hihi ! [Elle s'arrête devant « The Jazz Hole »] Oh regarde, du jazz ! Larry, quel sous-genre de jazz est-ce que tu aimes ? Fusion ? Néo-bop ? Afro-cubain ? [La poussette commence à dévaler le trottoir en pente et fonce sur la route. Lisa est catastrophée] Larry ! [Elle court pour arrêter la poussette qu'elle réussit à empoigner] Je te tiens ! [Dans l'élan du freinage, Larry est propulsé hors de la poussette et vole par-dessus la route. Lisa hurle] Oooooh ! [La peluche tombe dans une bouche d’égout puis on entend un « plouf ». Lisa s'agenouille et passe son bras à travers les barreaux. Elle crie] Larry ? Oh... Larry ? Larry ? Laaarry ? [Agnès Skinner passe sur le trottoir]
Agnès : Tu me sembles bien désespérée, ma chérie. [Elle repart]

SEQ 17 – INT/JOUR Maison de retraite – Salon

[De nombreux résidents de la maison de retraite écoutent Abraham. Marshall Goldman écrit sur son ordinateur]
Abraham : C'est comme ça que j'ai eu l'idée de ma valise sur roulettes : en regardant une publicité pour les valises sur roulettes. [Tout le monde est impressionné par l'histoire. Soudain, Mitch Albom entre dans la pièce]
Mitch Albom : Eh Abraham, super ces histoires. Je suis Mitch Albom, auteur des « Mardis avec Morrie ».
Abraham : Jamais entendu parler de vous.
Mitch Albom : [Vexé] Ouais, bien évidemment. [Il s'assoit à côté d'Abraham et sort un carnet et un stylo]
Abraham : [Contrarié] Dégage, p'tit Hollywood ! J'ai déjà un jeune étudiant qui change le moindre de mes mots en lingots d'or.
Jasper : [Énervé] Oui fiche le camp, page des sports ! [Ne les prenant pas au sérieux, Mitch Albom se relève]
Mitch Albom : Que ferez-vous sinon ? [Les personnes âgées s'avancent vers lui d'un pas laborieux en grognant et tentant d'être menaçants. Mitch Albom attend les bras croisés, impassible. Il y a plusieurs allers-et-venus entre les vieux en colère qui n'en finissent pas d'avancer et Albom qui patiente. Il regarde sa montre]

SEQ 18 – EXT/JOUR Devant la maison de retraire

[Six heures plus tard. Mitch Albom se fait violemment jeter dehors et finit à plat-ventre sur le trottoir. Ralph arrive]
Ralph : Les nuages, c'est des atchoums de Dieu.
Mitch Albom : [Enthousiaste] Oh ! Il me plaît, ce gosse ! [Il suit Ralph avec un calepin et un stylo. Homer se dirige en chantonnant vers l'entrée de la maison de retraite, une bouteille enrubannée à la main]
Homer : Ouhouh, Papa ! Je t'ai apporté du scotch !

SEQ 19 – INT/JOUR Maison de retraite – Appartement d'Abraham

[Homer entre dans la chambre d'Abraham]
Homer : … Le genre d'alcool spécial qui oblige la caissière à ouvrir les vitrines pour le sortir. [Abraham et Marshall sont assis dans le canapé]
Abraham : [Mécontent] Tiens, tiens, tiens. Regardez qui a décidé de me rendre visite deux fois en un an ! [Il met sa main sur l'épaule de Marshall] Cet homme est plus un fils pour moi que tu l'as jamais été !
Homer : Qu'est-ce que ?! [Énervé] Bah, il est plus un père pour moi que tu l'as jamais été !
Marshall : Je ne crois pas que ce soit vrai...
Homer : Reste en dehors de ça, P'pa.
Marshall : [Pantois] Uh hum, uh... O-okay, okay.
Abraham : [Furieux] Tu ne t'intéresses à moi maintenant que parce que je suis célèbre.
Homer : [Furieux] Ça suffit ! Je te rends ta bague ! [Il quitte sa bague]
Abraham : Bague ? Quelle bague ?
Homer : C'est un anneau d'obligation fils-père que j'avais acheté dont je t'ai jamais parlé. [Il jette la bague et part en pleurant. On l'entend beugler au loin. Marshall et Abraham se regardent sans savoir quoi penser] Et maintenant, je t'en parle ! [Homer pleure de plus belle]

SEQ 20 – EXT/JOUR Devant la maison des Simpson

[Bart et Lisa sortent de chez eux, cartables sur le dos. Lisa a un sac en carton à la main. Elle a l'air inquiète]
Bart : Bon allez, faut que je récupère cet agneau débile.
Lisa : [Nerveuse] Il est là-dedans, sain et sauf. [Elle empêche Bart de toucher le sac en carton] Laisse-moi agrafer ce sac pour toi, hahaha... [Elle agrafe à outrance le sac puis le donne à Bart. Ce dernier l'ouvre]
Bart : Mais c'est pas Larry ! [Contrarié, il sort du sac une chose censée ressembler à Larry] C'est des boules de coton sur des rouleaux de PQ ! Où est le vrai Larry ?
Lisa : [Chevrotante] Mais qu'est-ce que ça peut te faire ? Tu ne l'aimes même pas.
Bart : Bien sûr que non ! Mais il est aimé par pleins de gens !
Nelson : Eh Bart, il me tarde de revoir Larry !
Lisa : [Fébrile] Euh... Que se passerait-il si quelqu'un perdait Larry ?
Nelson : [Inquiétant] On verrait un côté obscur de moi que personne ne connaît encore. [Il repart, les mains dans les poches, en chantant d'un ton menaçant] Nelson aimait un p'tit agneau, p'tit agneau, p'tit agneau. Nelson aimait un p'tit agneau, il l'avait dans la peau. [Il se retourne et agite son poing en regardant Lisa et Bart. Ces derniers s'échangent un regard anxieux]

SEQ 21 – INT/JOUR Maison des Simpson – Chambre d'Homer et Marge

[Assis sur le lit, Homer compose un numéro sur le téléphone fixe]
Voix d'Abraham : [Répondeur] Vous êtes chez Abraham...
Voix de Marshall : [Répondeur] … et Marshall ! Abraham ne peut pas répondre pour le moment !
Voix d'Abraham : [Répondeur] Et si c'est Homer, c'est trop tard pour avoir mon amour !
Homer : [Énervé] Hein ?! [Il raccroche furieusement] Andouille de Grand-père ! [Marge s'assoit à côté de lui] J'essaie de mettre fin au cycle d'indifférence et il me répond avec une super indifférence !
Marge : Peut-être que t'es pas si fâché contre Grand-père ? Peut-être es-tu fâché contre toi-même pour ne pas l'avoir apprécié toutes ces années ?
Homer : Marge, comment on peut être fâché contre soi-même ? C'est impossible. Regarde. [Il se lève et se regarde dans le miroir. Il parle à son reflet, furieux et en agitant le poing] Espèce de sale pitit... [Il s'attendrit devant sa propre image] Oh, je peux pas... Quand je regarde ce beau visage si bien joufflu... Oh, je t'aime toi. [Il tente d'enlacer la glace mais se cogne dedans et la fendille. Il redevient furieux] Je vais te tuer ! Espèce de sale... [Il s'apprête à donner un coup de poing dans le miroir mais s'attendrit à nouveau et caresse son reflet. D'un ton rassurant] Oh oh, non non je voulais pas te vexer. C'est bon. C'est pas grave, c'est pas grave. [Marge lève les yeux au ciel. Il se retourne, contrarié] Il va voir, le Grand-père ! Je vais me trouver un avatar de père pleins d'histoires qui réchauffent le cœur que je partagerai avec le monde !

SEQ 22 – INT/JOUR Centrale nucléaire – Bureau de Burns

[Burns, en robe de chambre et fumant une pipe, et Homer, prenant des notes sur un carnet, sont assis face à face devant la cheminée]
Burns : Et c'est ainsi que l'on gagne la guerre de l'opium.
Homer : Hm hm, quel sujet superbe ! Et la morale est ?
Burns : [Sinistre] Le fleuve Yangtsé avale tous les secrets.
Homer : Mmh... Je vais juste mettre « Se hâter fait rater ».
Burns : Oui, bien qu'à mon âge, je ne puisse plus ni me hâter ni rater. Vous savez, Simpson, j'ai vraiment passé un délicieux après-midi. [Il appuie sur un bouton. D'une voix inquiétante] Lâchez le chien. [Une trappe s'ouvre derrière Homer, un seul chien apparaît]
Homer : Hm ? S'il est pas mignon ? Il se prend pour une meute. [Le chien poursuit Homer en aboyant férocement]

SEQ 23 – EXT/JOUR Rue de Springfield

[Lisa et Bart se trouvent devant la bouche d’égout où est tombé Larry l'Agneau. Bart tient une corde]
Lisa : D'où tu sors cette corde ?
Bart : Je l'ai piquée au gymnase.

SEQ 24 – INT/JOUR École élémentaire – Gymnase

[Des élèves font du sport avec le coach Krumpt. Milhouse est posté devant lui, debout sur un tapis]
Krumpt : [Il hurle] Grimpe à cette corde ! [On voit le tout petit bout de corde restant au plafond]
Milhouse : Y a pas de corde.
Krumpt : [Il hurle] Bah débrouille-toi pour atteindre le plafond ! [Milhouse se met à sauter de toutes ses forces en tendant les bras vers le haut] Plafond ! Plafond ! Plafond !

SEQ 25 – EXT/JOUR Rue de Springfield

[Attaché à la corde, Bart descend dans la bouche d'égout. Lisa retient la corde avec difficulté]
Lisa : [Alarmée] Oh !

SEQ 26 – INT/JOUR Égouts de Springfield

[Bart descend dans les égouts en se cramponnant à la corde. Il a l'air peu rassuré]
Lisa : [Alarmée] Bart ! Je perds ma prise !
Bart : Mets la corde entre les dents !
Lisa : Qu'est-ce que ça va faire ?
Bart : Ça va te faire taire ! [La corde lâche, Bart tombe sur le trottoir bordant les eaux usées. Il allume une lampe-torche] Larry ? Larry l'Agneau ? [Son faisceau éclaire dans l'eau une botte abîmée puis un amas de mousse blanchâtre] Ha ! T'es là, petite ordure. [Bart l'empoigne. Il découvre, horrifié, qu'il s'agit d'un gros rat à l'allure menaçante. Il s’égosille] Haaa !

SEQ 27 – EXT/JOUR Rue de Springfield

[Agenouillée devant de la bouche d'égout, Lisa, inquiète, entend les cris de son frère]
Bart : [Horrifié] Y a des rats dans ma culotte ! [Le chef Wiggum passe sur le trottoir]
Lisa : Chef ! Mon frère est tombé dans la bouche d'égout !
Wiggum : [Serein] Mh. Je suis strictement un policier de terrain de surface. Ce qu'il te faut, c'est un flic d'égout.
Lisa : Bien ! Comment on l'appelle ?
Wiggum : Lisa, t'es assez grande maintenant pour que je te dise la vérité : ça n'existe pas les flics d'égout. C'est juste ce qu'on raconte aux enfants pour les rassurer.
Lisa : [Alarmée] Mais alors Bart ?!
Wiggum : Bah s'il te manque vraiment, crie dans les toilettes. [Il repart]
Bart : [Il crie] C'est tout noir là-dedans !

SEQ 28 – INT/JOUR Springfield Shopper – Accueil

[Homer se présente à l'accueil]
Homer : J'ai un article que je veux vous proposer. [Il montre à la réceptionniste l'article, titré « Mondays with Monty » (« Les lundis avec Monty »), et lui donne la feuille] Vous me paierez quand vous pourrez.
Réceptionniste : Je vais tout de suite le porter à notre rédacteur. [Elle va dans une pièce dont la porte est en vitre teintée. On distingue sa silhouette, mettant l'article d'Homer à la broyeuse à papier. Pendant ce temps, Homer repère une porte avec le nom de Marshall Goldman dessus]

SEQ 29 – INT/JOUR Springfield Shopper – Bureau de Marshall Goldman

[Discrètement, Homer s'introduit dans le bureau et allume la lumière. Il consulte un dossier posé sur le bureau]
Homer : Quoi ? « Formulaire de demande du prix Pulitzer » ? [Dans le dossier, il y a un formulaire au nom de Marshall suivi d'un texte titré « Abe Simpson's sunset ride » (« La balade du crépuscule d'Abe Simpson »). Homer le lit] « Quand je voyageais avec Abraham Simpson à bord de l'Étoile du Nord, j'aurais jamais imaginé que son premier voyage serait son dernier. À quinze heure ce lundi, Abraham est mort paisiblement dans son sommeil. ». [Homer regarde l'horloge qui indique 13h00, lundi] Comment il savait que Grand-père allait mourir aujourd'hui ? Sinon... qu'il avait l'intention de le tuer ! Mais quelqu'un pourrait-il tuer un homme juste pour avoir le prix Pulitzer ?! [Il aperçoit la maquette du livre « Out of the mouth of Abe – by Marshall Goldman & the late Abraham Simpson » (« Sorti de la bouche d'Abe – par Marshall Goldman & le regretté Abraham Simpson ») avec en photo de couverture une illustration de Marshall regardant Abraham en ange s'envoler vers les Cieux. Puis il voit une maquette d'affiche d'une pièce de théâtre éponyme avec Hank Azaria et Abraham en fauteuil roulant avec l'annotation « Grampa created by Jim Henson's Creature Shop » (« Grand-père a été confectionné par la Creature Shop de Jim Henson »). Homer est sidéré] Hein ?!

SEQ 30 – EXT/JOUR Gare central de Springfield

[Un train est en gare, les gens embarquent]
Contrôleur : [Il clame] En voiture pour le dernier voyage de l'Étoile du Nord de Paillette-ville ! Le dernier voyage dans la nostalgie du passé ! Toute personne sans billet sera tabassée par les malabars du chemin de fer ! [Il désigne 4 hommes costauds tabassants violemment quelqu'un à terre à coup de matraque]
Malabar 1 : [Il chante] Le vieux Dan Tucker était un type au poil.
Les 4 malabars : [Ils chantent] Il se lavait le visage dans une poêle. Il se coiffait avec une roue de wagon.
Malabar 2 : [Il chante] Et mourut d'une carie dans le talon. [On voit qu'ils sont en train de frapper Moe]
Moe : On se fait pas tabasser comme ça en prenant l'avion. [Abraham et Marshall montent dans le train]
Abraham : Je prends enfin l'Étoile du Nord de Paillette-ville ! Maintenant je peux mourir heureux. [Marshall affiche un sourire sournois et inquiétant. Le train démarre et quitte la gare. Homer arrive au même moment en voiture. Il s'élance à sa poursuite mais s'essouffle puis redouble d'effort et parvient à atteindre un wagon et monte dessus. Il se rend compte qu'il s'agit d'un wagon factice et fixe, un restaurant « Café Caboose »]
Homer : [Dépité] T'oh !

SEQ 31 – INT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville

[Abraham et Marshall sont assis dans un wagon privé à la décoration d'époque. Ils boivent du champagne]
Marshall : Buvez Abraham ! Vivez chaque moment comme si quelqu'un allait vous tuer. Enfin je veux dire, comme si vous viviez le dernier.
Abraham : Désolé, mon appareil auditif est kaputt. Le seul mot que j'ai entendu est « tuer ». [Il boit tranquillement son verre. Dehors, on aperçoit Homer faisant de grands gestes en tentant de l'appeler puis disparaître pour réapparaître sur un cheval, toujours en train de gesticuler et beugler. Il se fait distancer à nouveau. Abraham regarde le paysage, admiratif. Il y a des tentes et des banques en faillite] Regardez moi ça ! Ils ont recréé les années trente. Les villages de tentes, les banques en faillite...
Marshall : Non, c'est actuel. [Abraham bafouille d'effarement]

SEQ 32 – EXT/JOUR Abords de l'Étoile du Nord de Paillette-ville

[Sur un gyropode, Homer tente encore de faire signe à Abraham. Une roue heurte un cailloux et prend feu]
Homer : [Il hurle] Méfie-toi de Marshall Goldman !

SEQ 33 – INT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville

[Marshall, impassible, regarde Homer se faire distancer en hurlant]
Abraham : C'était quoi, ça ?
Marshall : Oh, un éléphant sur un train de cirque barrissant pour appeler sa mère.
Abraham : Ah, je me souviens de la première fois qu'un éléphant a essayé de me bouffer comme une cacahuète. J'étais sur le plateau de Warner Brothers Animation. Jack Warner est arrivé. Il a dit...

SEQ 34 – INT/JOUR Égouts de Springfield

[Bart est poursuivi par un troupeau de rats menaçants. Dans l'eau, il voit Slimu]
Bart : Salut Slimu ! [Dans un virage, les rats s'arrêtent, tétanisés, puis s'enfuient en sens inverse. Bart triomphe] Hahahaha ! Oui, vous faites bien de fuir ! [Il s'aperçoit qu'il y a une horde de chats derrière lui. Il panique et se remet à courir] Des chats d'égout ! [Les chats lui courent après. Bart arrive dans un cul-de-sac, bloqué par une grille. Il est encerclé. Soudain, il voit Larry l'Agneau sur un tuyau au-dessus de lui] Larry ?! [Il grimpe au grillage et s'élance pour agripper les pattes de la peluche. Il se met à glisser le long du tuyau et échappe aux chats] Larry, tu m'as sauvé la vie ! T'es le plus formidable agneau de chiffon du monde ! Je regrette toutes les choses méchantes que je t'ai dites ! Nous avons tout le reste du week-end pour... [Tout-à-coup, Larry se craque en deux sous le poids de Bart qui est propulsé dans un tuyau en criant]

SEQ 35 – EXT/JOUR Plage

[À la sortie du tuyau, Bart atterrit brusquement sur une plage. Il se rend compte que Larry est déchiré en deux]
Bart : [Il hurle, anéanti] Larryyy ! [Il pleure. Agnès Skinner arrive]
Agnès : Bon sang, tout le monde aime ce gars. Donne-lui mon numéro, je lui apprendrai des choses. Ça pourra toujours lui servir... [Elle donne un bout de papier à Bart et repart]

SEQ 36 – EXT/JOUR Abords de l'Étoile du Nord de Paillette-ville

[Le train passe à côté d'un panneau indiquant « Shelbyville – Land of no lakes » (« Shelbyville – Pays sans lacs »)]

SEQ 37 – INT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville

[Abraham fait une sieste, allongé sur la banquette]
Abraham : [Somnolant] Plus je vieillis et plus j'aime le goût de l'eau chaude... [Il ronfle. L'air inquiétant, Marshall s'approche de lui avec un oreiller]
Marshall : [Il chante, menaçant, sur l'air « Here Comes the Bride »] Voici le prix, le prix Pulitzer. Je vais enfin avoir réussi aux yeux de ma mère.

SEQ 38 – EXT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville – Toit

[Carl et Lenny tiennent Homer par les pieds pendant que celui-ci regarde par la fenêtre du wagon d'Abraham et Marshall]
Homer : Un peu plus bas ! Un peu plus bas !

SEQ 39 – INT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville

[Homer parvient à se glisser à l'intérieur du wagon. Marshall est sur le point d'étouffer Abraham avec un oreiller]
Homer : [Furieux] Lâche cet oreiller ! [Marshall se tourne vers lui et sort un couteau caché derrière l'oreiller] Ha !
Marshall : [Sournois] Et y a pire ! [Il éventre l'oreiller avec le couteau et en sort un pistolet qu'il pointe sur Homer. Homer angoisse] Oui.

SEQ 40 – EXT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville – Toit

[La veste de Carl se prend dans un crochet fixe au bord de la voie ferrée. Celui-ci reste accroché tandis que le train s'éloigne]
Lenny : [Il crie] On se voit demain au yogaaa !
Carl : [Il crie] Jane est malade, c'est Tricia qui la remplace !
Lenny : [Il crie] Tant que c'est pas un garçooon !

SEQ 41 – INT/JOUR Étoile du Nord de Paillette-ville

[Homer essaie de prendre le pistolet des mains de Marshall. Ils se débattent. Abraham dort toujours paisiblement. Homer enroule une corde qui attachait un rideau autour du cou de Marshall et l'étrangle. celui-ci réussit à s'en défaire et pointe à nouveau son arme sur Homer]
Homer : Comment tu as pu te sortir de ce mauvais pas ?!
Marshall : [Enragé] Je suis le plus dur-à-cuire des enfants de salauds ! Un chroniqueur bi-hebdomadaire de la nature humaine ! Et votre père va me rapporter une fortune ! Ce minable vieux fou ! [Derrière lui, Abraham se relève]
Abraham : [Contrarié] C'est peut-être vrai mais en tout cas, je sais faire le mort. [Il casse une bouteille sur la tête de Marshall mais ça n'a aucun effet. Il braque son arme sur Abraham qui recule, les mains en l'air. Marshall charge le pistolet et ricane. Abraham agrippe une corde, la tire et déclenche le freinage d'urgence du train. Dans l'élan, Marshall est propulsé contre le fond du wagon. Il se retrouve enseveli sous des dizaines de boîtes qui lui tombent dessus]
Marshall : Aïe, ah... Il y a tant de cartons à chapeaux ! [Des boîtes l'assomment]
Homer : [Désolé] P'pa, j'ai pas les bons mots pour dire ce que j’éprouve vraiment pour toi mais au moins, je sais comment battre un mec qui sait le faire.
Abraham : [Attendri] Ouais, au moins t'as jamais essayé de me tuer.
Homer : Juste par indifférence. [Ils se prennent dans les bras. Le fantôme de Clark Gable apparaît]
Clark Gable : Beau travail, mon p'tit ! Voilà pour le cirage de pompes. [Il lance une pièce à Abraham qui n'en revient pas] C'est une pièce fantôme mais tu vas être en mesure de la dépenser bientôt.

SEQ 42 – INT/JOUR Maison des Simpson – Séjour

[Les Simpson sont assis au coin du feu autour d'Abraham, sur le fauteuil. Sur un accoudoir, il y a Larry l'Agneau, intacte]
Lisa : Alors Grand-père, t'as vraiment sauvé la vie de Papa ?
Abraham : Bien entendu. Mais on devrait laisser Homer raconter cette histoire.
Homer : [Touché] Vraiment ?! Moi ?! T'es bien sûr ?
Abraham : Je pense que tu es prêt pour ton premier radotage.
Homer : [Touché] Oh, j'attends ce jour depuis si longtemps ! [Il raconte] On est en 1946 dans un monde en guerre. Une seule fleur peut éclore et cette fleur, c'est un monstre japonais en colère nommé Godzilla. Comment je m'en sors Papa ?
Abraham : Je suis suspendu au moindre de tes mots !
Homer : [Il raconte] Heureusement, il existait un homme de grand secours : le colonel Tom Parker. Le colonel prit ce monstre, lui fit un brin de toilette et le mit sur scène sous le nom des Rolling Stones. Le premier concert à guichets fermés vit beaucoup beaucoup beaucoup de gens de faire dévorer mais ceux qui survécurent se répondirent en compliments sur les indéniables harmonies et les lyriques d'une franchise brutale de ce qu'ils venaient de voir.

SEQ 43 – Générique de fin

[Homer continue son récit]
Homer : [Il raconte] Et ça dura environ cinq ans. Mais ensuite, Godzilla reparut à un moment pour faire des films, tous ces horribles films qu'on voit de nos jours dans les drive-ins qui n'existent plus.
L'équipe du site | A propos
©2000-2024 The Simpsons Park