Haut de page
 

L'anecdote du jour

27/03/2017
En Janvier 2016, la chaîne belge Club RTL a déprogrammé les Simpson après 20 ans de diffusion, invoquant une baisse des audiences. Les programmes de remplacement marchant moins bien, et surtout la mobilisation sur internet ayant été forte (Al Jean lui-même a relayé l'info) il ne faudra pas une semaine pour qu'ils soient reprogrammés dans une meilleure case.

Rechercher sur le site

Les Simpson à la TV

Poisson d'avril
Pour le 1er avril, Bart fait une blague à Homer qui finit mal...
01/04 à 19h55 (W9)
L'herbe médicinale
Homer doit prendre du cannabis thérapeutique pour soigner ses yeux...
01/04 à 20h25 (W9)
Tout sur Homer
Homer reçoit un étonnant hommage par les autres habitants...
01/04 à 20h55 (W9)

Derniers commentaires

Chris503 | super ! (Parlons Simpson #13 La Simpsonmania)

DarpaSaly69 | Exactement : un devoir de voir les nouveaux épisodes. Après tout, il y a quelques surprises... (Parlons Simpson #13 La Simpsonmania)

quirat simpson | Un des meilleurs épisode. J'étais mort de rire au montage du début (Parlons Simpson #13 La Simpsonmania)

assasmourad | flamming homer ou m? ?? (Parlons Simpson #12 La saison 3)

TBTURENGA | Cool, j'y serais (Ce qui nous attend en Mars.)

Interview de Véronique Augereau (14/03/2005)

Véronique Augereau, la comédienne qui double Marge, a eu la gentillesse de nous accorder une interview au sujet de la série qui nous passionne tous autant. à travers cet entretien, Véronique Augereau se révèle être une femme sensible, très attachée à la notion de famille et également touchée par le personnage de Marge.

The Simpsons Park : Bonjour. Pourriez-vous nous expliquer le parcours qui vous a menée au doublage ?
Véronique Augereau : J'ai toujours voulu être comédienne. Comme il n'y avait pas de Conservatoire d'art dramatique à Angers - entre la seconde et la terminale -, j'ai commencé par prendre des cours de diction. Au concours de fin d'année, un professeur du Conservatoire de Rouen était présent ; il m'a proposé de rentrer directement au Conservatoire de Rouen, sans avoir à passer de concours. Je me suis installée à Paris (parce que mes parents possédaient un pied à terre) et j'ai fait des allers-retours entre Paris et Rouen pendant deux ans. J'ai obtenu la médaille d'or. Elle m'a été décernée par Daniel Vol et Pierre Debauche, un professeur du conservatoire de Paris. Ensuite, il a fallu que je fasse mon petit bonhomme de chemin toute seule ; je me suis inscrite au cours Florent. Là, j'ai rencontré deux hommes extraordinaires : Florent, que je considère comme quelqu'un de très bien qui m'a prouvé qu'on pouvait être une bête de scène et Yves Lemoigne pour qui le jeu été beaucoup plus intérieur. Puis, j'ai passé le Conservatoire que je n'ai pas eu, alors je me suis inscrite à la rue Blanche. Voilà, par la suite j'ai joué un peu au théâtre Tristan Bernard à Paris et puis comme les temps étaient un peu durs, j'ai décidé, au début des années 80, d'aller à l'étranger pendant deux ans environ ; ce n'était pas le Club Med mais des petites structures où on me demandait de faire des petits spectacles en soirée. En revenant à Paris, je me suis donnée un an pour réussir et ça à payé puisque je suis remontée sur les planches et cela ne m'a plus quitté. J'ai d'ailleurs même fait de la radio avec Perrette Souplex sur Radio Chansons Françaises (ndlr : la fille de Raymond Souplex, l'acteur qui a joué dans "Les 5 dernières minutes"). Les relations que j'avais avant au niveau théâtral m'ont proposé de faire de la synchro. J'ai commencé par le B-A BA, sur les bancs de l'école en synchro à faire des tous petits rôles. J'ai rencontré ensuite une femme extraordinaire qui s'appelle Jenny Gerard et qui, petit à petit, m'a donné des rôles plus importants. J'ai profité de l'arrivée de La Cinq car elle cherchait beaucoup de comédiens pour doubler les nouvelles séries ; après la chute de la chaîne j'ai eu la chance de rester dans le circuit parce qu'il y en a beaucoup pour qui tout s'est arrêté. Depuis les choses marchent plutôt pas mal pour moi, en synchro.

TSP : Justement. On ne connaît de vous que votre travail sur le doublage. Est-ce que vous êtes sollicitée pour des films ou du théâtre ?
VA : J'ai fait un choix : j'ai préféré élever ma fille, la voir évoluer, plutôt que de m'engager dans des projets un peu galères, mais depuis quelques années j'ai repris le théâtre.

TSP : Quelles ont été vos premières impressions lors de votre rencontre avec Les Simpson ?
VA : Jenny Gérard m'a proposé le casting en fin de parcours parce que j'étais encore à mes débuts. Lorsque je suis arrivée, il y avait toute l'équipe américaine avec Christian Dura, notre actuel directeur de plateau. Contrairement à Philippe (ndlr : Philippe Peythieu, qui est son mari dans la vie) qui avait fait l'essai sur la version espagnol, moi je l'ai fait sur la version américaine. Je me suis basé sur la voix américaine parce qu'on m'avait bien dit qu'il fallait que je me calque sur la voix originale. J'avoue que j'étais quand même étonnée de voir autant de monde pour des personnages si moches ; ça dépassait presque l'entendement, c'était trop. (rires) Cela dit, on se rend compte aujourd'hui, après 16 ans, que c'est toujours aussi bien ; que les scénario sont toujours aussi bons et que c'est une série culte. Cependant, ils m'ont demandé si j'allais tenir la route avec cette voix d'aspirateur déglingué, dixit un journaliste. Etant donné que je voulais obtenir le rôle j'ai répondu "Bien sûr." (rires) Le premier épisode a ensuite été enregistré huit ou neuf mois après.

TSP : Est-ce que vous pensiez que la série connaîtrait un tel succès ?
VA : Absolument pas. C'était impensable.

TSP : Votre voix est celle qui se rapproche le plus de la version originale. Pourtant c'est une voix très particulière. Comment l'avez-vous "trouvée"?
VA : Tout simplement en l'écoutant. D'ailleurs c'est toujours ce que l'on fait, que ce soit pour un film ou un dessin animé, surtout quand on nous demande d'être au plus près de la voix originale.

TSP : Une telle voix doit vous demander une très bonne forme vocale ?
VA : Quand je rentre chez moi après une journée de Simpson, ma voix est descendue de deux octaves ! Elle est fatigante, c'est une voix de gorge qui joue sur les cordes vocales. Je ne vais pas me plaindre, en 15 saisons, j'ai peut-être été trois fois aphone parce que j'ai forcé. Pourquoi ? Parce qu'il y a certains matins où on ne la trouve pas !

TSP : Est-ce qu'elle vous demande un exercice particulier ?
VA : Oui, je m'amuse à faire des grognements.

TSP : Vous avez été choisie pour donner vie à Marge mais aussi à ses s?urs et sa mère. De quel personnage vous sentez-vous le plus proche ?
VA : De Marge forcément. D'abord parce que c'est une petite mère de famille puis parce qu'elle est très humaine, très proche de ses enfants. Là où elle force mon admiration, c'est qu'elle ferait tout pour son mari qu'elle admire, malgré son côté beauf.

TSP : Le personnage de Marge a bien évolué. Au début elle était juste un personnage de second plan alors qu'aujourd'hui c'est un personnage à part entière. Pensez-vous que son personnage a évolué avec la société ?
VA : Je trouve que le personnage a évolué parce qu'elle s'est un peu libérée. Elle est moins à la maison et puis elle ose maintenant s'aventurer dans des histoires qui paraissaient avant impossibles parce qu'elle faisait trop mère au foyer ; c'était la tête pensante de la famille, mise à part la petite Lisa, maintenant elle se permet d'avoir des idées un peu loufoques, comme si le personnage d'Homer ou de Bart déteignaient un peu sur elle.

TSP : Eh vous pensez que ces changements sont dus en partie aux évolutions de notre société ?
VA : Oui, sans aucun doute. L'équipe de scénaristes et Matt Groening se sont aussi libérés.

TSP : Je ne sais pas si vous êtes au courant mais dans un épisode de la dernière saison (ndlr : There's something about marrying), Patty fait son coming out. Marge qui est pourtant pour les mariages gay, a du mal à accepter que sa s?ur veuille se marier avec une femme. Est-ce que sa réaction vous étonne ?
VA : D'abord, je suis sûre que ça s'arrange. Dans ce cas de figure, combien de parents ou de proches acceptent systématiquement que son fils ou sa fille soit homo ? C'est difficile quand même pour des parents. C'est une remise en question totale et je pense que Marge, qui a la tête sur les épaule, gère un peu la vie de ses s?urs et que quelque part il y a forcément une remise en question sur elle-même, sur ses relations avec elles : Est-ce qu'elle a bien agi ? Est-ce qu'elle les a bien guidées ? Est-ce qu'elle les a assez soutenues ? Je pense que c'est, entre guillemets, une première réaction normale. C'est l'instinct qui veut ça. On réagit d'une façon un peu négative et puis après, en réfléchissant, en discutant et en dialoguant, on arrive un peu à comprendre et à se faire à cette idée.

TSP : Est-ce que le coming out de Patty vous surprend ?
VA : Oui, parce qu'elle était plutôt une bonne chercheuse de mecs. (rires)

TSP : Quel est votre regard sur l'évolution de la série ?
VA : Après plus de 300 épisodes, je les trouve toujours aussi bons. Il y en a que j'aime moins notamment les "Spécial Halloween" ; j'aime néanmoins certaines séquences. Je préfère les épisodes qui ont pour thème la cellule familiale. Certains sont cruels, mais ils sont toujours aussi efficaces. C'est une série qui ne s'essouffle pas au niveau des scénarii et je trouve ça exceptionnel.

TSP : Les Simpson sont une critique acide de la société américaine. Selon vous, cette critique a-t-elle des frontières ?
VA : à mon avis, chacun s'y retrouve dans au moins un personnage et c'est valable autant pour les petits que pour les grands. Les sujets sont universels et dépassent évidemment les frontières. Dans le cas contraire, la série n'aurait pas connu ce succès.

TSP : Est-ce que Marge influe sur votre vie de tous les jours ?
VA : Non.

TSP : Avez-vous des épisodes favoris ?
VA : Je n'ai pas comme vous la mémoire des seize années passées mais il y en a un qui m'a bien plu dernièrement : celui où elle a recours à la chirurgie esthétique, opération après laquelle elle se retrouve avec des gros seins (ndlr : il s'agit de l'épisode La nouvelle Marge - s14).

TSP : Y a t-il une actrice que vous êtes particulièrement fière de doubler ?
VA : Oui. Je suis fière de Jamie Lee Curtis, de René Russo, de Linda Hamilton et Leslie Hope que je double maintenant tout le temps (systématiquement depuis "24 heures chrono"). C'est une femme remarquable, d'une grande humilité.

TSP : Vous êtes officiellement leur voix ?
VA : Normalement oui, sauf pour Jamie Lee Curtis. ça dépend beaucoup des clients. On est seulement propriétaire de notre voix ! Rien n'est acquis. Par exemple, Kim Delaney (ndlr : elle joue dans "NYPD Blue"), est une actrice que je double pratiquement tout le temps pourtant une petite chaîne comme 13ème Rue a décidé que ce ne serait pas moi.

TSP : Auriez-vous aimé doubler une actrice en particulier ?
VA : Il y en a plein, parce que je les admire beaucoup. Des femmes aussi intenses que Meryl Streep par exemple. C'est une femme qui a un vécu, elle est donc par définition très intéressante à travailler.

TSP : étant fan de la série "The Shield", j'ai remarqué que vous doubliez le personnage de Danny. Que pensez-vous de cette série choc ?
VA : Pour moi elle est trop "choc". Par contre, cela ne l'empêche pas d'être une série très bien doublée et interprétée notamment par le rôle principal qui est Patrick Floersheim. Elle est très intense. José Luccioni (ndlr : le directeur de plateau) m'a confiée une fois qu'il ne pouvait malheureusement pas se permettre de mettre sur un petit rôle quelqu'un qui débute parce que les rôles sont souvent très durs. En effet, chacun des personnages est bien dessiné et c'est pourquoi j'aime cette série que je trouve très intéressante. J'avoue cependant que j'évite de regarder les scènes violentes. Je préfère ne pas rester à l'enregistrement si mon personnage ne figure pas dans les scènes à doubler.

TSP : Quelle est votre actualité ?
VA : Je viens de doubler Leslie Hope dans une toute nouvelle série pour Canal+ qui s'appelle "Line of Fire". Sinon, j'ai également quelques projets au théâtre. Il est prévu que l'on monte "Le bourgeois gentilhomme" et que je joue le rôle de Nicole. Par ailleurs, j'ai fais des lectures de pièces dont une qui a été écrite par le frère de Philippe et qu'on a présenté à la SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques), et une autre au théâtre Mouffetard qui s'appelle "Le dernier homme" du comédien Tony Joudrier.

» Cette interview a été réalisée par Neotheone le 14 mars 2005.

L'équipe du site | A propos | Contact
©2000-2017 The Simpsons Park